Les Dossiers Thématiques > Dossiers Entrepôt > La digitalisation au cœur de la performance des entrepôts > Interview de Patrice HENRION, Directeur Général de Boa Concept



Dossier sur la digitalisation des entrepôts

INTERVIEW

‘‘ Les outils et technologies actuels permettent une logique itérative de « petites victoires consécutives » ’’
P. HENRION, BOA CONCEPT


Patrice HENRION, Directeur Général de Boa ConceptInterview de Patrice HENRION, Directeur Général de Boa Concept.
Réalisée le 18/02/2020 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « La digitalisation au cœur de la performance des entrepôts ».


La logistique est-elle propice à la digitalisation ?

Si notre secteur était historiquement confronté à un déficit technologique, ce retard a été comblé à marche forcée ces dernières années. La digitalisation n’est ainsi pas un sujet complètement nouveau pour la supply chain. Une partie de la mutation a en fait déjà été opérée.

  Autres contributions

LIVRE BLANC | SSI SCHÄFER
‘‘ L'Intelligence Artificielle dans la logistique : état des lieux et perspectives ’’

JP. GAUTIER | ACSEP
‘‘ Une entreprise ne peut pas se digitaliser toute seule ’’

H. KERJEAN | AKANEA DEVELOPPEMENT
‘‘ Intégrer les bonnes technologies dans ses process  ’’

I. ROCHER | AUTOSTORE
‘‘ Renforcer l’agilité de l’entreprise dans un contexte omnicanal ’’

F. BIESBROUCK | BK SYSTÈMES
‘‘ Pouvoir intégrer facilement les nouvelles technologies au fur et à mesure de leur apparition  ’’

A. KHOBIZA | SAVOYE
‘‘ Avec la digitalisation, les entreprises ne fonctionnent plus en silos  ’’

E. DESSUPOIU | GEFCO
‘‘L’invention du « digital twin » est une formidable avancée ’’

Néanmoins, l’utilisation des outils s’étant fortement démocratisée, tous les entrepôts sont aujourd’hui éligibles aux opportunités digitales. Le sujet n’est donc plus réservé aux seuls grands donneurs d’ordre.

Il s’agit aujourd’hui d’identifier les opportunités existantes et de déterminer dans quelle mesure l’intégration de nouvelles technologies peut contribuer à améliorer la performance de son entrepôt.

Il convient en fait de ne pas considérer la digitalisation de manière binaire, mais plutôt de privilégier une logique itérative de « petites victoires consécutives ». L’objectif d’une telle démarche est de s’assurer de tirer profit rapidement des premiers gains permis par la digitalisation.


Que peut concrètement apporter la digitalisation aux entrepôts ?

Il existe à mon sens trois grands domaines couverts par la digitalisation en rapport avec l'intralogistique :

  1. Le pilotage. Grâce à des interfaces de pilotage orientées utilisateur, l’information devient accessible et n’est plus réservée aux seuls experts techniques ou aux automaticiens.
  2. Les données d'exploitation. Il s’agit pour les décideurs de pouvoir améliorer leurs temps de réaction en bénéficiant de remontées immédiates sur le cycle d’exploitation. La prise de décision est dès lors facilitée et accélérée.
  3. L’orientation client. Grâce à la digitalisation, l’entrepôt fonctionne de manière moins « nombriliste ». Il devient plus clair que les missions qui lui sont attribuées visent avant tout à tenir la promesse formulée par l’entreprise à ses clients. Ceux-ci peuvent d’ailleurs être plus facilement informés sur le traitement logistique de leur commande. Ces informations peuvent être enrichies (prise de clichés, etc.) et communiquées en temps réel.



Vous évoquiez la notion de petites victoires …

Je pense que pour avancer efficacement dans la digitalisation de son entrepôt, il convient avant tout de dédramatiser le sujet et de ne pas vouloir tout faire en même temps.

D’un côté les entreprises se doivent désormais de répondre très rapidement aux problématiques de leurs marchés. Elles doivent donc se « jeter à l’eau » pour y répondre.

De l’autre côté, l’écosystème a beaucoup mûri. Il existe une solution digitale adaptée à la grande majorité des problématiques auxquelles les entrepôts sont confrontés. Des solutions expertes vont permettre de brancher une brique digitale sur une problématique spécifique pour une mise en œuvre rapide.

Je pense que des projets digitaux qui dureraient 36 mois sont voués à l’échec et qu’il ne faut plus chercher à intégrer des solutions clés en main couvrant de manière superficielle toutes les problématiques.

Les outils qui rencontrent les échos les plus favorables sur le marché sont d’ailleurs ceux qui permettent de s’affranchir d’une phase amont extrêmement chronophage. Que l’on appelle cela méthode RAD ou agile, les nouveaux modèles de développement, et en particulier le mode SaaS, permettent de faire disparaitre les barrières d’infrastructure et de compétences techniques internes.


Quelle place les opérateurs peuvent-ils occuper dans ce contexte de digitalisation ?

De nouveaux métiers et compétences intègrent l'entrepôt. Les opérateurs doivent être en mesure d’apporter une vraie valeur ajoutée sur l'usage qui peut être fait des données issues de la digitalisation.

Mais cela a également un côté bénéfique pour eux, en termes de confort de travail et d’efficacité. La digitalisation permet par exemple d’identifier de rationaliser les déplacements, d'optimiser les flux, de réduire les coûts, etc.

Les opérateurs sont également responsabilisés dans la remontée d’informations constatées sur le terrain ; du simple constat d’un écart entre stock physique et stock informatique au retour d’expérience quant à l’ergonomie d’un poste de travail. Tout cela permet de créer de la valeur et de faciliter la prise de décisions.


Comment les WMS ont-ils évolué ces dernières années ?

Les relations entre les WMS et les autres couches (ERP, WCS…) ont largement été remises en cause. Nous ne sommes plus sur une relation maître-esclave. Le système s’auto-alimente et les flux d'information sont désormais bilatéraux. Cela permet de rendre l’ensemble plus intelligent par un effet d’expérience. Les configurations qui auraient généré des problèmes, par exemple des goulots d'étranglement, sont identifiées et ne seront plus reproduites.


Et au niveau des équipements ?

De la même manière que le WMS doit parfaitement s’intégrer dans son écosystème, chaque équipement ne peut plus être considéré de manière cloisonnée.

L’apport des machines peut donc également être analysé à travers les volets de pilotage, d’exploitation et d’orientation client.

Les équipements doivent ainsi être en mesure de remonter de l'information à la couche supérieure : consommation, état de fonctionnement, etc. Il sera également attendu de la machine qu'elle gère elle-même sa continuité d'activité, tant par sa consommation que par sa maintenance prédictive. Elles devront également pouvoir lancer elle-même les commandes de réapprovisionnement en consommables.


En quoi l’offre de Boa Concept est-elle en lien avec la digitalisation des entrepôts ?

L’élément visible de notre offre est l’installation automatisée. C'est la partie immergée de l'iceberg. Nous adossons des solutions digitales à une solution automatisée physique.

Le monde de l'automatisation d'entrepôt tourne autour de mécaniciens qui cherchent à s'informatiser. Boa concept a pris le contrepied de cette approche. Nous sommes en effet des informaticiens qui ont mécanisé des solutions. Notre ADN est donc digital.

Cela nous donne une approche fondamentalement différente de celles de nos confrères. Notre conviction est que le volet mécanique est le résultat et non le moyen. La quintessence des modèles automatisés repose en fait en premier lieu sur la digitalisation.

En résultent deux principales forces.

D’abord, nous sommes en phase avec le côté « victoires rapides » que j’évoquais en début d’entretien.

Nous travaillons sur des capacités à intégrer rapidement nos solutions pour apporter des réponses très rapides aux problématiques rencontrées dans les entrepôts de nos clients, quels que soient leurs environnements informatiques (absence d’ERP, logiciel maison, progiciel du marché, etc.).

L'automatisation telle que nous la portons dans notre concept, notamment sur nos systèmes de convoyage ou de stockage, permet de démocratiser l’accès à des technologies de pointe. Celle-ci n’est donc plus réservée aux seuls grands groupes.

Ce point est très important parce qu’encore aujourd’hui nombre d’entreprises freinent la digitalisation par crainte de difficultés dans l’intégration des solutions.

Ensuite, nous sommes sur une capacité à offrir des solutions qui ne sont plus dans la seule exécution, mais bien en capacité de remonter de l'information, voire même de prendre le lead sur du pilotage de chaine quand cela est nécessaire. Nous proposons des solutions qui vont venir intégrer le système de pilotage, s'interfacer avec les systèmes des clients et seront en mesure de remonter les informations nécessaires.

Les solutions Boa Concept, Plug-and-Carry pour le convoyage et Plug-and-Store pour le stockage, portent en fait leur propre valeur. La digitalisation est intégrée au plus près des éléments. Cela nous permet ainsi d’être la seule société en Europe à proposer la location de nos convoyeurs.

Nous pouvons même proposer aux clients de compléter leur environnement avec nos briques digitales s’ils ne disposent pas des fonctionnalités nécessaires. Nous leur assurons ainsi que la solution fonctionnera parfaitement et que leurs problématiques seront bien couvertes. Je pense par exemple à la brique précolisage pour réduire le volume de leurs expéditions.


En quoi l’offre Boa Concept permet-elle une intégration facilitée ?

Nous ne cherchons pas à adapter l’environnement client à notre fonctionnement. Au contraire, notre offre s'adapte au contexte du client. D'un point de vue gymnastique intellectuelle, c'est très différent des approches classiques. Quand vous voulez utiliser une solution, vous essayez de « brancher vos tuyaux » pour que la solution tourne. Nous opérons différemment. Nous construisons les tuyaux en fonction de l'environnement client déjà en place. Nous sommes donc davantage dans une logique d'intégration côté système d'information que dans une logique d'intégration mécanique.


Quelles sont les évolutions prévues pour l’offre de Boa Concept dans les prochains mois ?

La logique de digitalisation continuera d'être portée durablement par le système de convoyage et de pilotage décentralisé. C’est l'ADN de l'entreprise.

Nous sommes également en train de continuer le développement des différentes solutions intralogistiques, toujours dans cette logique d'intelligence déportée. L’objectif reste de démocratiser l'accès à l'automatisation. C’est par exemple le cas avec les premières solutions goods-to-man que nous venons de déployer.


Bio Express

Patrice HENRION a rejoint Boa Concept en 2018 en tant que Directeur du Développement. Il accède à la Direction Générale de l’entreprise en 2020.

Avant d’intégrer Boa Concept, il était en charge de la Direction Commerciale de Locam. Il dispose à ce titre d’une grande expertise dans les domaines du financement des ventes et dans l'accompagnement des entreprises dans la transformation vers l'économie d'usage.

Il avait auparavant évolué dans les secteurs de la Grande distribution et de la Banque.

Site internet de Boa Concept : https://www.boa-concept.com/


Contactez notre équipe