Les Dossiers Thématiques > Logistique > Entrepôts : nouveaux défis, nouvelles opportunités > Interview de Jean-Pierre GAUTIER, Directeur des Métiers chez ACSEP



‘‘Passer de l’efficacité à l’efficience ’’


Jean-Pierre GAUTIER, Directeur des Métiers chez ACSEP

Jean-Pierre GAUTIER, Directeur des Métiers chez ACSEP


Réalisée le mardi 22 février 2022 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Entrepôt : nouveaux défis, nouvelles opportunités »


Quels sont les principaux défis auxquels sont aujourd'hui confrontés les entrepôts ?

Ils sont nombreux.

Les derniers mois ont vu la multiplication d’aléas mettant en exergue une complexité croissante à anticiper les niveaux d’activité et typologies de flux à traiter. Pandémie, conflits géopolitiques, dérèglement climatique, perturbations du transport international… sont autant de facteurs qui ont provoqué d’importantes difficultés d’approvisionnement et des hausses de coûts drastiques.

Toutes ces incertitudes jouent sur la capacité des entreprises à continuer, entre autres, à appliquer la logique de flux tendus qui prévalait jusque-là.

À cela s’ajoute le fait que les typologies de services attendus se sont diversifiées. Celles-ci vont par exemple dépendre des catégories de clients ou des marchés géographiques adressés. On assiste en particulier dans certains secteurs (cosmétiques, bio, etc.) à une mondialisation de l'entrepôt. Il doit alors servir de multiples pays auxquels sont associés des objectifs de services et des contraintes différents. Cela est rendu possible par une connexion croissante des sites logistiques à l’écosystème Supply Chain de l’entreprise : aux fournisseurs, transporteurs, destinataires internes et externes de la marchandise, sites e-commerce, etc.

Dans le même temps, les saisonnalités sont désormais de moins en moins marquées, à l’image, par exemple, de l’industrie textile où il y a plus de collections que de saisons. Il y a encore quelques années, l’activité pouvait être considérée sur une maille mensuelle. Cette maille s’est désormais sensiblement affinée avec des écarts significatifs d’une journée à l’autre, voire à l’intérieur d’une même journée.

Ces différents défis font que la performance de l’entrepôt est directement liée à l’agilité dont il sait faire preuve.




Comment dès lors concilier agilité et robustesse ?

Nous n’avons plus le luxe de nous poser la question en ces termes. Les entreprises ont l’obligation d’honorer la promesse faite à leurs clients au niveau du service prévu, quelles que soient les contraintes rencontrées.

Dans un monde si changeant et incertain, une organisation qui manque d’agilité ne peut pas être qualifiée de robuste.

Cette agilité peut être travaillée sous plusieurs angles, parmi lesquels :

  • En estimant et en qualifiant précisément la charge de travail pour adapter les process en fonction des volumes et typologies de commandes à traiter, à l’image de ce que peut faire IzyPro,
  • En suivant en temps réel ce qui se passe dans l’entrepôt pour pouvoir ajuster l’organisation prévue si nécessaire comme le propose notre WMS,
  • En définissant des « plans B » efficients et en mesure d’être enclenchés très rapidement ce qui fait partie intégrante de notre ADN,
  • En restant à l'écoute des solutions disponibles sur le marché et en privilégiant des partenaires pouvant assurer la continuité de l’activité à l’image de notre écosystème,
  • En veillant à la polyvalence et à la formation des collaborateurs, ce que nous proposons via notre offre de formation Logistique et SI.

Pour contrer les effets des aléas, convient-il de revoir les niveaux de stocks à la hausse ?

Si le dimensionnement des stocks n’est pas du ressort de l’entrepôt, ce dernier joue néanmoins un rôle de tampon pour pallier l’incertitude. Il est donc au service de la stratégie de l’entreprise visant à sécuriser ses engagements vis-à-vis de ses clients.

Nous constatons ainsi en effet depuis l’année dernière qu’un certain nombre d’acteurs ont travaillé leur profondeur de stock sur les références auxquelles est associé un risque de pénurie.

Je pense à un de nos clients évoluant dans le secteur de l'automobile qui a triplé son stock pour certaines références clés.

Les entrepôts doivent dès lors s'adapter à une telle charge additionnelle, ce qui peut être compliqué au regard de leurs dimensions non extensibles. Certaines sociétés doivent ainsi utiliser des sites de débord. Dans un tel cas, elles doivent veiller à leur appliquer un niveau d'exigence et une robustesse de process équivalents à ceux de l'entrepôt central. Pour y parvenir, pouvoir s’appuyer sur un WMS qui puisse être en exploitation en quelques semaines est essentiel. Par exemple, avec notre WMS IzyPro, nous sommes en mesure de démarrer un entrepôt additionnel en seulement quelques jours !


Quelle place pour les collaborateurs dans l’entrepôt en 2022 ?

L'importance des femmes et des hommes dans l’entrepôt a toujours été prépondérante. Selon moi ce n’est pas près de changer, en particulier pour une question de réactivité face à des typologies de flux mouvants, à des services réclamant toujours plus de valeur ajoutée, à l’image de la gestion des retours qui représente un véritable critère d’adhésion du consommateur final.

Le problème est plutôt du côté de l’offre. Le secteur est en effet confronté à une pénurie de personnels logistiques. Du cariste au responsable d’exploitation, en passant par le chef d'équipe, tous les profils sont concernés. L’enjeu est donc de motiver de nouveaux candidats potentiels à se lancer dans des carrières logistiques, puis de les fidéliser.

Pour cela, il convient de porter une grande attention à la qualité de travail et à l’intérêt des postes. En organisant et en distribuant mieux les missions. En mettant à disposition des équipes des outils intuitifs, évolutifs et performants comme IzyPro qui obtient une adhésion immédiate des agents. Mais aussi, en les formant et en les faisant naturellement progresser.

Sur ces différents points, nous avons en tant qu’éditeur et intégrateur de WMS un rôle important à jouer.

D’abord en contribuant à organiser au mieux les missions des collaborateurs pour qu'ils n'aient pas le sentiment de faire des pas inutiles qui pénaliseraient leur bien-être, leur productivité et leur intéressement.

En effet, le WMS se doit d’avoir un impact direct sur la qualité de travail des opérateurs. L’ergonomie de la solution, sa facilité de prise en main et sa capacité à retranscrire en temps réel les cadences de l'entrepôt sont en particulier des facteurs de motivation. De plus en plus connectés, les sites logistiques sont également en mesure de répondre aux nouveaux usages. Il devient ainsi fréquent que le personnel administratif puisse aussi télétravailler une partie de la semaine.

Enfin, la capacité à former les équipes est primordiale pour éviter le rejet des nouvelles technologies. En atteste le succès rencontré par le projet de visio-learning que nous avons mis en place ces deux dernières années. Nous avons dû multiplier notre service de formation par 4 pendant cette période.


Quelles opportunités pour réduire l’empreinte environnementale des entrepôts ?

Sur ce sujet, tout le monde a désormais intégré qu’il ne s’agit plus d’une question d’image, mais d’une nécessité.

Là encore, le WMS en organisant au mieux la façon de travailler peut contribuer à réduire l’empreinte environnementale. Par exemple, en optimisant le remplissage des colis à travers l’affectation des commandes aux bons gabarits de cartons, ce qui est bénéfique en termes de consommation de calage et de limitation du vide à l’intérieur des camions.

Il doit également permettre d’estimer avec grande précision les besoins en approvisionnements de consommables.


Qu'attendre d'un WMS en 2022 ?

De la confiance ! De la confiance en la capacité de la solution à remonter de l’information fiable, à simuler / piloter les charges de travail et à assurer la continuité d’activité de l’entrepôt.

  • La remontée d’information

C’est bien le WMS qui détient la vérité sur ce qui se passe entre les quatre murs d’un site. Encore faut-il pouvoir mettre à disposition les informations aux différents services internes et aux acteurs externes concernés par l’état d’avancement du traitement des commandes. Ce qui est par exemple le cas de la logistique bien sûr, mais également des achats, du SAV, des magasins, des fournisseurs, etc.

Le succès rencontré par notre portail collaboratif IzyWeb en atteste. Il est désormais souscrit par 100% des clients de notre WMS IzyPro.

  • La simulation des charges de travail et le pilotage des opérations

L’entrepôt doit désormais assurer une multiplicité de services avec des différenciations en fonction des marchés de destination. Nous avons par exemple des clients qui demandent que la couleur et la qualité du carton soient personnalisées en fonction des canaux de livraison.

Pour gérer de telles complexités, le WMS doit jouer avant tout, le rôle de chef d’orchestre. Il lui est demandé de simuler les charges de travail et d’en déduire la meilleure organisation pour les traiter. La solution devra ensuite piloter au mieux les ressources disponibles (technologiques ou humaines).

  • La continuité d’activité

Je l’évoquais en début d’entretien, l'entrepôt peut potentiellement servir de nombreux pays de destination. Cela va l'obliger à drastiquement augmenter les plages horaires de travail. Pour respecter les délais de livraison d’un client qui passe une commande depuis un fuseau horaire différent, il peut par exemple s’avérer nécessaire de lancer des préparations la nuit. Le WMS doit dès lors garantir cette connectabilité en 24/7.

La confiance concerne également la capacité de la solution informatique à évoluer sans affecter l’activité de l’entrepôt. Dans le passé, nombreux étaient ceux qui craignaient les montées de version. Ces appréhensions sont, je pense, derrière nous, la mise en œuvre des mises à jour ne posant plus de problème.

C'est d'autant plus important que le WMS est désormais bien souvent connecté à une dizaine de systèmes externes : le SAV, la comptabilité, la paye pour le relevé d'heures avec les outils de mobilité interne comme les PDA, les fournisseurs auxquels sont envoyées des informations, etc. Le WMS est devenu une véritable multiprise universelle.


Un mot pour conclure ?

Si le rôle de l’entrepôt est de servir la stratégie de l’entreprise, il est néanmoins important que la logistique puisse gagner en proactivité vis-à-vis notamment du Marketing et des Ventes. Nos métiers ont trop souvent tendance à être mis devant le fait accompli or, nous avons notre pierre à apporter à l’édifice. La logistique, si elle est impliquée dès la prise de décision, peut répondre à toutes les demandes des Ventes et réaliser toutes les promesses marketing. Rien n’est donc impossible si nous sommes consultés à temps. Tant sur le plan opérationnel que sur le plan des systèmes d’information, il n’y aura plus de limite métier !


Bio Express

De formation technicien supérieur en logistique, Jean-Pierre GAUTIER a occupé différents postes de Direction d’Entrepôt et de Projets chez Hays Logistique (désormais Kuehne+Nagel). En 2000, il cofonde l’éditeur L4 Epsilon, entreprise au sein de laquelle il occupe la Direction des Opérations puis la Direction Générale. En 2011, il rejoint ACSEP en tant que Directeur des Métiers. À ce titre, il apporte son expertise opérationnelle dans l’organisation et l’intégration des projets, il définit la roadmap du WMS IzyPro développé par ACSEP en regard de l’évolution des métiers et des schémas de distribution et il conseille les entreprises dans leurs choix stratégiques et opérationnels.

Site Internet d'ACSEP : https://www.acsep.com/


Contactez notre équipe






  Autres témoignages

J-P.GAUTIER | ACSEP
‘‘ Passer de l’efficacité à l’efficience ’’

I. BADOC | GENERIX GROUP
‘‘Le défi majeur des entrepôts est celui de la flexibilité ’’

L. UVO | UVO TEC
‘‘ Efficacité, ergonomie et rapidité constituent le triptyque de la performance de l’entrepôt ’’

P. HENRION | BOA CONCEPT
‘‘ L’enjeu reste la qualité de service apportée à des clients finaux toujours plus exigeants ’’

A. ANTOSZKIEWICZ | LA POSTE
‘‘ La Poste entame le deuxième volet de son plan logistique ’’