Les Dossiers Thématiques > Logistique > Entrepôts : nouveaux défis, nouvelles opportunités > Interview de Patrice HENRION, Directeur Général de Boa Concept

‘‘L’enjeu reste la qualité de service apportée à des clients finaux toujours plus exigeants ’’


Patrice HENRION, Directeur Général de Boa Concept

Patrice HENRION, Directeur Général de Boa Concept


Réalisée le lundi 21 février 2022 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Entrepôt : Nouveaux défis, nouvelles opportunités »


À quels principaux défis les entrepôts sont-ils confrontés en 2022 ?

L’évolution des modes de consommation et l’augmentation des niveaux d’attente des clients enregistrées ces derniers mois ont bien entendu entraîné des répercussions sur l’entrepôt. Il s’agit néanmoins de phénomènes qui étaient sous-jacents et que la crise sanitaire a simplement accélérés.

Ce qui me semble finalement plus marquant, c’est que les entreprises ont pris conscience que la performance logistique ne pouvait plus être analysée sous les seuls angles des flux traités et de la rentabilité. De plus en plus intégrés à la chaîne de valeur des organisations, les entrepôts doivent se mettre au service des stratégies commerciales sachant qu’au sein d’un même secteur, les positionnements des acteurs peuvent fortement varier.

Qu’il s’agisse, pour certains, de proposer des délais de livraison toujours plus courts, de limiter le volume des emballages pour d’autres ou encore d’intégrer une multitude de flux (click-and-collect, livraison à domicile, livraison des magasins…), l’enjeu reste la qualité de service apportée à des clients finaux toujours plus exigeants.

Une entreprise qui prône un modèle vertueux devra naturellement aligner ses politiques fournisseurs et collaborateurs pour être en cohérence avec celui-ci. C’est la même chose avec la Supply Chain et avec la logistique. Prenons l’exemple d’une enseigne qui vend des produits de bien-être en ligne, il serait contradictoire qu’elle n’ait pas une politique RSE forte et engagée.

Nous allons donc vers des approches clients beaucoup plus segmentées et la notion de performance s’en trouve elle-même de plus en plus éclatée.

Cela se ressent naturellement dans les projets d'automatisation. Au-delà du ROI, de nombreux paramètres sont considérés au moment de la comparaison des offres. En particulier :

  • La capacité à servir et à tenir la promesse client
  • La capacité à assurer une continuité d'exploitation
  • La RSE dans son ensemble
  • Le sourcing (circuits courts, autonomie vis-à-vis des fournisseurs, etc.)
  • Etc.



Quelle place pour les collaborateurs dans l’entrepôt ?

En logistique, le facteur humain est clé. Si le secteur a réussi à redorer son blason ces dernières années, il doit encore améliorer son attractivité pour attirer ou retenir les profils à fort potentiel.

Avec l'augmentation des volumes traités et l’importance croissante de la technologie, les plateformes ont besoin de collaborateurs en mesure de piloter les outils robotisés et automatisés.

Si à niveau d’automatisation équivalent, des différences sensibles de performance peuvent être constatées d’un entrepôt à l’autre, c’est bien la capacité des équipes à s'approprier les outils et à en tirer le meilleur qui en est à la source.

Au-delà de compétences très opérationnelles, les entreprises recherchent des collaborateurs disposant d’une vision suffisamment macro pour comprendre comment chaque geste quotidien vient s'inscrire dans un schéma global de traitement complexe.

Une fois les bons profils attirés, il convient également d’accompagner la progression des équipes dans le temps. Historiquement, ces métiers étaient considérés comme ponctuels, correspondant à un « moment de vie ». Aujourd'hui, il est véritablement envisageable de faire carrière au sein de l’entrepôt.


Comment combiner robustesse et agilité dans l’entrepôt ?

La robustesse a longtemps été assimilée à la rigidité au sens industriel du terme. Il convient de dépasser cette vision. La robustesse d'un système tient à mon sens à sa capacité à garantir la continuité d'exploitation, ce qui passe par :

  • Une disponibilité sans faille. Pour faire face aux croissances de volumes et à des délais tendus, les entrepôts ont des plages horaires d'ouverture de plus en plus larges. Pour des équipements tels que ceux que nous proposons, les critères de maintenance, support, évolutivité ou facilité d'utilisation sont devenus prépondérants.
  • Une absence de dépendance de l’entreprise utilisatrice vis-à-vis de son fournisseur. Les premiers pas dans l'automatisation sont généralement anxiogènes pour les clients avec parfois l’impression d’être face à une « boîte noire ». Chez Boa Concept, nous luttons contre cette appréhension en limitant drastiquement les besoins de maintenance et en offrant de la visibilité sur les coûts récurrents. Nos solutions permettent d’offrir une large autonomie aux utilisateurs.

C’est d’ailleurs sur cette notion de continuité d'activité qu’un pan de notre clientèle nous consulte aujourd’hui, en particulier lorsque les dossiers soumis sont de grande envergure. En proposant un système entièrement décentralisé, les risques d’arrêt de l’installation sont en effet éliminés. Si une défaillance survient sur un élément, tout continue à fonctionner en amont et en aval du module en question. L’entrepôt a en outre la main pour intervenir sur la portion concernée.

L’autonomie permise par notre concept est telle que nous avons eu l'occasion, pendant la crise sanitaire, de déployer des installations d'envergure en distanciel. L’un de nos clients marocains a par exemple mis en place une solution Boa Concept alors que le pays était sous embargo, sans que nos équipes ne puissent se déplacer sur le terrain.


Comment s’inscrit l’objectif de réduction de l’empreinte environnementale dans l’offre Boa Concept ?

Dans les phases de conception de leur futur entrepôt, les entreprises demandent aux professionnels de l’immobilier logistique des bâtiments ayant l’empreinte carbone la plus faible possible. Les besoins en eau et électricité sont limités au maximum.

La logique doit être la même en ce qui concerne les systèmes qui équipent l’entrepôt, en particulier sur les volets consommation et pérennité des systèmes. Nous adressons de notre côté la problématique environnementale à travers différents angles :

  • Notre offre s’inscrit totalement dans l’économie circulaire. Nous proposons en effet une véritable réemployabilité du matériel d’automatisation. Nos modules peuvent facilement être déplacés à l’intérieur d’un site pour faire évoluer les lignes avec les flux à traiter. Ils peuvent également être transférés sur une installation située sur un autre entrepôt.
  • Nous travaillons autour des volumes expédiés et de la chasse au vide. Au-delà de l’aspect écologique, le bénéfice est également économique (réduction des achats de consommables, moins de camions à affréter, etc.), et marketing, les clients ne tolérant plus de recevoir des colis remplis aux 2/3 de calages.
  • Nos systèmes, 100% électriques, ne fonctionnent que lorsqu’une charge est détectée ce qui réduit automatiquement la consommation d’énergie. 

2021 a vu l’introduction de Boa Concept en bourse. Quels étaient les principaux objectifs de cette opération ?

Nous avions trois objectifs principaux.

Le premier était évidemment financier. Il s’agissait de nous doter des moyens de nos ambitions. En 2022, nous allons ainsi pouvoir nous développer à l’international et proposer de nouvelles solutions autour du Plug-and-Store® (stockage robotisé, dérivé du concept de Plug-and-Carry®).

Ensuite, nous souhaitions que cette recherche de financement soit compatible avec le maintien d’une totale autonomie de décision et d’orientation sur l'activité de l'entreprise. Cela a été le cas dans la mesure où l’introduction en bourse a été limitée à une partie du capital. Notre capacité à rester maîtres du destin de l’entreprise en ressort consolidée.

Le dernier objectif était de gagner en crédibilité vis-à-vis de nos futurs clients. Malgré la belle réussite de BOA Concept depuis 2012, nous restons un acteur de taille modeste à l’échelle européenne. Désormais, quand un donneur d'ordre international se penche sur notre entreprise, le label Euronext et la lisibilité du business model sont autant de gages de crédibilité. Cela a beaucoup joué dans notre capacité à rentrer quelques gros dossiers sur la dernière période.

L’introduction en bourse a donc été une grande opportunité. Et je pense que la performance du cours de l'action, qui a presque doublé au cours des huit derniers mois, montre également que le marché est réceptif à notre proposition de valeur. Si cela n’a pas vocation à constituer un outil de pilotage, il est toujours agréable que la publication des résultats aille au-delà des attentes des investisseurs..


Bio Express

Patrice HENRION a rejoint BOA Concept en 2018 en tant que Directeur du Développement. Il accède à la Direction Générale de l’entreprise en 2020.
Avant d’intégrer BOA Concept, il était en charge de la Direction commerciale de Locam. Il dispose à ce titre d’une grande expertise dans les domaines du financement des ventes et dans l'accompagnement des entreprises dans la transformation vers l'économie d'usage.
Il avait auparavant évolué dans les secteurs de la grande distribution et de la Banque.

Site internet de BOA Concept : https://www.boa-concept.com/


Contactez notre équipe






  Autres témoignages

J-P.GAUTIER | ACSEP
‘‘ Passer de l’efficacité à l’efficience ’’

I. BADOC | GENERIX GROUP
‘‘Le défi majeur des entrepôts est celui de la flexibilité ’’

L. UVO | UVO TEC
‘‘ Efficacité, ergonomie et rapidité constituent le triptyque de la performance de l’entrepôt ’’

P. HENRION | BOA CONCEPT
‘‘ L’enjeu reste la qualité de service apportée à des clients finaux toujours plus exigeants ’’

A. ANTOSZKIEWICZ | LA POSTE
‘‘ La Poste entame le deuxième volet de son plan logistique ’’