Les Dossiers Thématiques > Transport > Nouveaux outils, nouveaux modèles > Interview de Sibylle PESSALL, CEO de Kratzer Automation



Transport : Nouveaux outils, nouveaux modèles

INTERVIEW

‘‘ L'intelligence artificielle est plus qu'un simple slogan marketing ’’ S.PESSALL, KRATZER AUTOMATION


Sibylle PESSALL, CEO de Kratzer AutomationInterview de Sibylle PESSALL, CEO de Kratzer Automation.
Réalisée le 26/03/2019 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Transport : Nouveaux outils, nouveaux modèles »


Présentez-nous Kratzer Automation.

Kratzer Automation est une société allemande fondée il y a une quarantaine d’années. Nous évoluons dans le domaine de l’édition de logiciels en particulier dédiés à la gestion des opérations de transport.

  Autres contributions

M.WATERSCHOOT, F.PETITJEAN, DESCARTES | DESCARTES
‘‘Les solutions pour pallier les nouvelles contraintes transport existent’’

O.SCHULMAN | A-SIS
‘‘Le transporteur est désormais considéré comme un partenaire’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ L’efficacité du transport est considérée comme un facteur de conquête commerciale   ’’

M.VUKOVIC | ZETES
‘‘ Les investissements dans les Freight Techs doublent chaque année ’’

Notre division logistique compte ainsi plus de 150 collaborateurs.

Ce qui nous différencie des solutions présentes sur le marché c’est notre capacité à intégrer, en plus des opérations de transport, l’ensemble des process de manutention. Nous prenons ainsi en charge la gestion du cross docking (opérations de déchargement, de tri et de chargement) et de la cour qui constituent des points critiques.

Kratzer Automation bénéficie également d’une grande expertise dans la gestion des terminaux mobiles, pour laquelle nous disposons d’une expérience de plus de 20 ans.

Ainsi notre capacité à collecter et à analyser un important volume de données permet à nos clients de bénéficier d’une grande transparence sur l’ensemble de leur chaine de distribution.




Quelle est votre vision de l’évolution du marché ?

La logistique et le transport contribuent selon moi directement à la prospérité des économies. Néanmoins, ils souffrent encore d’un certain déficit dans la chaine de valeur des produits. Nombre de villes ne sont par exemple pas favorables au développement de l’activité des prestataires logistiques.

Les entreprises de notre secteur ont véritablement besoin de déterminer comment améliorer leur légitimité sur le marché. Cela devrait se répercuter bénéfiquement sur leurs marges qui restent encore aujourd’hui assez faibles.


Comment ces marges peuvent-elles justement être améliorées ?

Je pense que c’est désormais sur l’efficacité opérationnelle qu’il convient d’agir et non plus sur la taille des réseaux de transport.

Les entreprises ont dès lors besoin de visibilité afin :

  • D’identifier là où elles perdent du temps et de la capacité de transport.
  • D’être en mesure de remonter l’information si un dysfonctionnement est détecté.

De nos jours l’enjeu est de taille dans un contexte de pénurie des chauffeurs.

Cette transparence ne peut être obtenue que par une digitalisation de l’entreprise et des relations avec son écosystème.

Aujourd’hui, même si les transporteurs sont dotés d’équipements pour collecter les données, nous assistons néanmoins à une certaine déperdition d’information du fait d’un manque de transparence et d’une efficacité de connexions entre les différents systèmes.

De mon point de vue, il s’agit d’un enjeu de taille pour notre secteur. C’est donc pour répondre à cette problématique que nous avons orienté nos solutions ces dernières années.

Nous avons ainsi pris conscience il y a 5 ou 6 ans de l’intérêt d’aller au-delà du transport, c’est à dire d’intégrer les dépôts (cross docking et gestion de la cour) pour pouvoir bénéficier d’une transparence de bout en bout des opérations.

Il y a un an environ, nous avons également lancé nos premiers modules de Business Intelligence pour une analyse chiffrée des performances et la formulation de recommandations adaptées pour optimiser les processus.


À quels profils ces modules BI sont-ils destinés ?

L’objectif est de donner de la transparence à ceux qui managent les process. Dans certaines entreprises ceux-ci sont gérés au niveau de la direction. Ces sociétés sont particulièrement sensibilisées aux enjeux de marges.

Dans d’autres entreprises, cela est géré localement. L’objectif est alors de comparer la performance locale à celles des autres entités de l’organisation et de comprendre s’il existe des potentiels d’amélioration, par exemple en reprenant des pratiques appliquées dans d’autres domaines.

Les puissances de calcul de nos solutions permettent également de formuler des axes d’améliorations pour nos clients. Je ne sais pas si l’on peut à l’heure actuelle réellement qualifier cela d’intelligence artificielle au sens universitaire du terme, mais je suis convaincue que c’est ce vers quoi nous tendons.

L'intelligence artificielle est plus qu'un simple slogan marketing.


Pourriez-vous nous présenter un exemple de bénéfice apporté par l’utilisation de vos modules de Business Intelligence ?

Traditionnellement, les entreprises utilisent le code postal de destination pour constituer leurs chargements. Cette solution représente l’avantage de la simplicité.

Aujourd'hui, beaucoup de systèmes de distribution fonctionnent encore de cette façon y compris pour des organisations s’appuyant sur des outils informatiques.

Cela ne constitue pas la façon la plus efficiente de procéder. Prenons l’exemple de livraisons vers deux codes postaux avec l’équivalent d’un camion et demi par destination. Ce sont en fait quatre camions qui seront nécessaires. Le système pourra lui, de son côté, proposer un groupage intelligent des commandes de manière à combiner les destinations et à optimiser le chargement des camions.


Présentez-nous vos objectifs de développement, en particulier sur le marché français.

Nous avons historiquement sur le marché allemand une très bonne couverture nationale. Nous disposons aussi d’un important potentiel de développement sur le marché européen et, en particulier, sur le marché français.

La France est le deuxième marché logistique en Europe avec de bonnes perspectives économiques. Au cours de ces dernières années, nous avons renforcé notre équipe française déjà constituée de collaborateurs qui disposent d’une solide expérience. Pour Kratzer Automation, la France représente un marché avec une forte croissance dans les années à venir.


Bio Express

Sibylle PESSAL a étudié les mathématiques financières et commerciales à l'Université Technique de Munich. Elle a ensuite travaillé pendant 2 ans en Recherche & Développement dans les domaines de la gestion, de la planification et des systèmes de contrôle du trafic puis dans les domaines de l’audit et la due diligence chez Mazars Allemagne.

En 2009, Mme PESSAL a intégré KRATZER AUTOMATION AG en tant que Responsable Financier. Depuis 2015, elle est membre du conseil d'administration de l’entreprise.

Site Internet de Kratzer Automation : https://www.kratzer-automation.com/fr/


Contactez notre équipe