Les Dossiers Thématiques > Transport > Nouveaux outils, nouveaux modèles > Interview d’Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SIS



Transport : Nouveaux outils, nouveaux modèles

INTERVIEW

‘‘ Le transporteur est désormais considéré comme un partenaire ’’ O.SCHULMAN, A-SIS


Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SIS Interview d’Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SIS.
Réalisée le 12/04/2019 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Transport : Nouveaux outils, nouveaux modèles »


En quoi le transport est-il désormais un élément différenciant dans l’offre des entreprises ?

D’abord, la part du transport dans le coût global du produit s’est largement accrue.

  Autres contributions

M.WATERSCHOOT, F.PETITJEAN, DESCARTES | DESCARTES
‘‘Les solutions pour pallier les nouvelles contraintes transport existent’’

S.PESSALL | KRATZER AUTOMATION
‘‘ L'intelligence artificielle est plus qu'un simple slogan marketing’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ L’efficacité du transport est considérée comme un facteur de conquête commerciale   ’’

M.VUKOVIC | ZETES
‘‘ Les investissements dans les Freight Techs doublent chaque année ’’

Les entreprises ont ainsi pris conscience de l’intérêt d’optimiser leurs achats de transport afin de réduire leurs prix de revient et in fine leurs prix de vente.

Dans le même temps, une importance de plus en plus grande est accordée à l'expérience client. C’est une conséquence de ce qu’on appelle communément l'effet Amazon. Même en B2B, les clients veulent désormais bénéficier d’une traçabilité détaillée sur la livraison de leur commande et en disposer le plus rapidement possible. La performance du transport opéré par l’entreprise a dès lors un impact direct sur son image de marque.

Ces deux facteurs combinés font que le transport devient un élément différenciant dans la chaine de valeur. De sa maitrise dépend grandement le succès commercial de l’entreprise.




Quelles sont les contraintes auxquelles le secteur est aujourd’hui confronté ?

La principale contrainte porte sur la diminution de la capacité de transport au regard des besoins, elle-même provoquée par un phénomène de pénurie de chauffeurs. La demande étant supérieure à l’offre, la tendance est logiquement à l’augmentation des coûts de transport.

Ensuite, de nouvelles contraintes opérationnelles s’amplifient autour des sujets de livraison urbaine. Face aux problématiques de congestion et de pollution, les modes de livraison sont en effet en train d’évoluer. Des solutions qui consistent à approcher la marchandise jusqu'aux portes des grandes villes avec des camions de type affrètement se développent. Il s’agit ensuite d’effectuer la distribution finale avec des moyens plus propres, de plus petite capacité : véhicules électriques, vélos, etc.

Ces modèles permettent de faciliter la circulation et le stationnement et par là même de réduire les embouteillages et les émissions de CO2.


Avec la diminution des capacités de transport, comment s'assurer que son budget transport n'explose pas ? Les chargeurs ont-ils encore la possibilité de lancer des appels d'offres transport ?

Lancer des appels d'offres transport est toujours pertinent. Il s’agira pour les chargeurs de profiter de la démarche pour établir des relations plus durables avec leurs transporteurs avec des engagements plus forts de part et d’autre. Le transporteur va désormais être considéré comme un véritable partenaire, plutôt que d’être sollicité dans des cotations spot au coup par coup.


Que peuvent faire les chargeurs pour améliorer leurs performances transport ?

Pour améliorer sa performance transport, l’entreprise doit mettre en place une organisation adaptée. Les responsabilités de cette organisation seront de gérer le planning transport quotidien, de lancer des appels d'offres, etc.

En support à cette organisation, la mise en place d’un TMS est fortement recommandée. C'est en effet l’outil adéquat pour mieux maitriser ses opérations et ses coûts de transport.

L’ensemble des problématiques d'organisation, de visibilité et de contrôle des coûts y est couvert.

Sans TMS, la gestion sera manuelle. Les équipes prendront donc beaucoup de temps pour gérer les dossiers avec de forts risques d’erreur. En outre, l’entreprise ne bénéficiera pas des opportunités identifiables grâce à la puissance de calcul d’un TMS, en particulier dans le cadre des groupages de commandes et de leur affectation aux bons transporteurs.


Justement, quels sont les gains principaux économiques apportés par un TMS à un chargeur ?

Le gain le plus immédiat est celui en rapport avec le contrôle des factures et la préfacturation. Les erreurs du transporteur sont mises en évidence automatiquement, le tout en allégeant la tâche administrative auparavant associée. Il est généralement constaté que cet aspect permet de réduire son budget transport de l’ordre de 3%.

Ensuite, également avec un impact sur la charge administrative, le TMS permet de gagner entre 10 et 15 minutes par dossier de transport. Les échanges sont en effet automatisés. Il n’est plus nécessaire de s’envoyer des e-mails, de construire des tableaux Excel, etc.

Enfin, le groupage automatique associé à la sélection des transporteurs permet de diminuer le vide à l’intérieur du camion et également en termes de kilomètres parcourus. C’est ainsi jusqu’à 5% du budget transport qui peut être économisé. Une réduction des émissions de CO2 dans les mêmes proportions est bien entendu également constatée.


En quoi le TMS va-t-il contribuer à faciliter le processus d'appel d'offres transport ?

Le TMS permet d'émettre des grilles de consultation. Les transporteurs répondent sous ces formats prédéfinis et leurs offres sont intégrées dans la solution. Celle-ci est en alors en mesure d’estimer directement les impacts financiers.


Quels sont les impacts de la mise en place du TMS sur les transporteurs ?

Lors de l’implémentation d’un TMS, il convient généralement de remettre à plat l'intégralité de son panel transporteurs et de ses offres.

Il est à ce titre important de s’assurer de bien embarquer ses prestataires dans la nouvelle organisation, ce que nous favorisons à travers l'utilisation de notre portail collaboratif qui permet aux transporteurs :

  • D’accepter ou de refuser les ordres,
  • De gérer la prise de rendez-vous sur les quais,
  • D’effectuer des cotations en ligne,
  • D’échanger sur les préfactures.

Vous évoquiez en début d'entretien la nécessité de donner de la visibilité aux clients finaux. En quoi le TMS va-t-il y contribuer ?

Le TMS assure la traçabilité depuis l'usine ou l'entrepôt de départ jusqu'à la livraison finale. Il permet d’intégrer la remontée des informations communiquées aussi bien par les messagers que par les affrétés (dates de départ, dates prévisionnelles de livraison, dates d'arrivée). L’entreprise est donc en mesure de suivre le bon déroulement de la commande et d’informer son client à chaque fois qu’un jalon prédéfini est atteint. Ces éléments peuvent être communiqués sous différentes formes : par SMS, par e-mail, à travers la connexion du client au TMS sur des écrans dédiés, etc.


Quels sont selon vous les principaux critères à prendre en compte pour sélectionner une solution plutôt qu’une autre ?

Je pense qu’il convient de considérer en priorité les 4 points suivants :

  • La couverture fonctionnelle. La société aura tout intérêt à s’assurer que le TMS retenu est bien en mesure de gérer le groupage automatique, la sélection des transporteurs, l'acceptation / le refus de l'ordre, l'impression d'étiquettes transporteurs au format messagerie, les demandes de cotation en ligne, la traçabilité, la préfacturation, le contrôle de facturation, la simulation, etc.
  • La facilité d'utilisation et l'ergonomie du logiciel. Certains TMS sont en effet très compliqués. Une prise en main facile doit être privilégiée, au risque de ne pas pleinement profiter du potentiel de la solution.
  • Une distribution en mode SaaS. Choisir une solution hébergée chez l’éditeur avec un accès à l'usage permet à l’entreprise de s’affranchir d’un certain nombre de contraintes techniques et favorise une mise en place rapide et adaptée à son activité.
  • La facilité d'intégration avec les autres systèmes d'information. Le TMS est un outil qui ne vit pas seul et qui fait partie d’un écosystème de solutions internes et externes à l’entreprise. Il est important qu’il soit conçu en tenant compte de ce point. A-SIS a à cet effet intégré un EAI à son TMS qui facilite grandement la gestion des interfaces. C'est un vrai point différenciant. Notre TMS fait d’ailleurs partie d'une suite qui regroupe un OMS, un WMS et un WCS. Notre outil peut être installé en standalone, donc comme un best of breed, comme il peut être compris dans une offre couplée avec notre WMS par exemple.

Quelle typologie de clients adressez-vous ?

Nous adressons exclusivement les chargeurs aussi bien B2B que B2C.

En B2B, il s’agit par exemple de livrer des magasins depuis un ou plusieurs entrepôts. Notre TMS est alors utilisé pour le regroupement des commandes, la sélection des transporteurs, l'édition d'étiquettes, la mise en affrètement, l'acceptation ou le refus du transport, les cotations, la traçabilité et la préfacturation ou le contrôle de facturation.

En B2C, nous avons par exemple des clients e-commerçants qui utilisent notre TMS pour saisir leurs commandes et leurs transports, éditer les étiquettes transporteur et assurer la traçabilité de la livraison. Certains sites commerçants souhaitent désormais s’affranchir d’une organisation avec un transporteur figé pour chaque commande. Ils vont pour cela appeler notre base de tarifs qui présente les options transport aux clients. Au moment où la commande est passée, différents couples transport / service peuvent ainsi être proposés.


Avez-vous noté ces dernières années un changement de profil chez les utilisateurs de vos solutions TMS ?

Si la Direction Supply Chain est toujours bien entendu notre principal interlocuteur, la Direction financière est de plus en plus intéressée. Les financiers se sont en effet rendu compte des enjeux de l’optimisation des budgets de transport et des avantages du contrôle facture et de la préfacturation.


Bio Express

Olivier SCHULMAN a commencé son parcours dans l'informatique au milieu des années 1990. Il a ainsi démarré sa carrière chez CCMX, éditeur de logiciel de gestion ensuite racheté par le groupe CEGID.

En 1995, il rejoint le GARTNER Group, cabinet de conseil en stratégie (vente d'études de conseil en stratégie système d'information).

Directeur d'agence chez ALTEN, il réalise de la délégation de personnel informatique. En 2000, il devient Directeur Commercial chez DDS Logistics, éditeur de logiciel de TMS. Il a rejoint A-SIS en 2016 pour prendre en charge le développement de l'offre TMS.

Site Internet d’A-SIS : http://www.a-sis.com/


Contactez notre équipe