Les Dossiers Thématiques > Entrepôt > Entrepôt du futur : à quoi ressemblera-t-il ? > Interview de Laurent BOLLEREAU, Directeur Solutions et Marketing de SAVOYE



L'entrepôt du futur: à quoi ressemblera-t-il ?

INTERVIEW

‘‘ Les solutions intralogistiques de demain seront des assemblages sur mesure de briques standard ’’ L.BOLLEREAU, SAVOYE


Laurent BOLLEREAU, Directeur Solutions et Marketing de SAVOYEInterview de Laurent BOLLEREAU, Directeur Solutions et Marketing de SAVOYE.
Réalisée le 22/06/2018 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « L’entrepôt du futur ».


Quelles sont les grandes tendances qui ont marqué les entrepôts ces derniers mois ?

Le premier constat c’est la forte augmentation des volumes traités.

  Autres contributions

Patrice HENRION | BOA CONCEPT
‘‘ L'entrepôt doit se réinventer perpétuellement ’’

Sébastien SLISKI | ZETES
‘‘ Remettre l'Homme au cœur des préoccupations ’’

Jean-François GENTILE | ACSEP
‘‘ Ne pas mécaniser à tout prix ! ’’

Jean-David ATTAL | VIASTORE SYSTEMS
‘‘ Place à l’intelligence artificielle !  ’’

Des flux issus de plusieurs centres de distribution sont massifiés sur des plateformes XXL. L’objectif est de mieux maîtriser les stocks et d'améliorer la qualité et la performance de la préparation.

Ces entrepôts peuvent être en contact avec le client direct (magasins ou particuliers) ou, au contraire, alimenter des dépôts régionaux qui ont, pour leur part, la charge de la distribution vers les points de vente ou les domiciles des acheteurs.

En parallèle, ces plateformes modernes sont de plus en plus mécanisées, automatisées et robotisées.

En effet, les logisticiens ont pris conscience que face à l’augmentation des flux à traiter, faire travailler une "fourmilière" d'opérateurs présente rapidement des limites. Avec des processus manuels, l’entrepôt se heurte à des problèmes de pénibilité des tâches, à de l'inefficience ou de la gêne quand il s’agit d’absorber de gros volumes.

Enfin, la dernière grande tendance est l’intégration des flux e-commerce dans les process de préparation et d'emballage des commandes notamment pour tous les acteurs de la distribution omnicanale.


La hausse des coûts de transport pourrait-elle remettre en cause la montée en puissance de ces entrepôts XXL ?

Les gains de massification sont tels, que l’augmentation actuelle des coûts de transport ne remet pas en question cette tendance.

Avoir un stock global maîtrisé et ne pas disséminer la préparation sur un nombre important de points représentent en effet des potentiels très conséquents.

D’ailleurs, la massification offre également des bénéfices au niveau des taux de remplissage des moyens de transport.




Quelles nouvelles contraintes pèsent sur les entrepôts du fait de l’intégration de flux B2C ?

En B2C, la situation concurrentielle est particulièrement forte entre les acteurs. La compétition porte notamment sur les délais de mise à disposition de la marchandise et par conséquent sur la rapidité de préparation des commandes.

Les entrepôts doivent désormais être en mesure d’expédier le jour même des commandes qui leur sont communiquées de plus en plus tard. Le tout en garantissant une qualité optimale de l’opération.

Le besoin de réactivité est donc très important. Les commandes doivent pouvoir être traitées au fil de l'eau dès leur réception afin de se conformer à des cut off toujours plus tardifs.

En B2C, la gestion performante des retours est également capitale. Il s’agit d’être en mesure de réintégrer les articles éligibles le plus rapidement possible dans le circuit de vente.


Comment voyez-vous les évolutions probables de fonctionnement des entrepôts dans les prochaines années ?

Les systèmes de pilotage intralogistique seront certainement amenés à permettre une augmentation des capacités de traitement.

Il s’agira également de plus en plus d’aller vers du pilotage prédictif pour adapter très finement le fonctionnement de l'entrepôt aux volumes et à la typologie d'activité.

Néanmoins la question est délicate. Il n’y aura certainement jamais un modèle unique. Il est en effet compliqué de définir un « portrait-robot » de l’entrepôt du futur dans la mesure où chaque secteur d’activité a ses propres spécificités avec des typologies de flux particulières et où les attentes des clients diffèrent largement d’un marché à l’autre.

C’est pourquoi je pense que les solutions intralogistiques de demain seront avant tout des assemblages sur mesure de briques standard (préparation de commandes, systèmes à navette, WMS, etc.).

Par contre, cet assemblage sera spécifique à chacun, basé sur les particularités et les attentes de chaque client.


Pensez-vous que la tendance est à une forte diminution du nombre d'opérateurs dans l'entrepôt ?

Même si on est encore loin d’un modèle d’entrepôt 100% robotisé, il est probable que les entrepôts tendront petit à petit vers ce modèle.

Je pense en particulier à la robotisation du picking détail avec dans un premier temps des applications simples pour traiter des produits homogènes. Ensuite, si la technologie continue à s’améliorer à la vitesse actuelle, il est probable qu’il sera possible d’étendre cela à des opérations plus complexes, à l'automatisation du réapprovisionnement des emplacements, au déchargement et au chargement en automatique des remorques à quai, etc.


Présentez-nous l’offre de Savoye à destination de l’entrepôt. Quels sont en particulier les types d’équipements qui connaissent aujourd’hui les plus gros succès commerciaux ?

Notre offre est large. Nos clients expriment d’importants besoins d'automatisation depuis le pilotage informatique jusqu'aux solutions de préparation de commandes.

  • Système de préparation Goods-To-Person Intelis PTS

Aujourd'hui, le système phare que nous proposons est le système de préparation Goods-To-Person Intelis PTS.

Avec ce système à navettes, nous adressons aussi bien la préparation de commandes à la pièce qu'au colis avec des processus qui peuvent être partiellement ou totalement automatisés.

  • Gamme de convoyeurs modulaires intelligents, Intelis Convey

De type plug & play, ces convoyeurs permettent de réduire les délais d'installation. Ils intègrent également des fonctions start & stop pour diminuer la consommation d'énergie et le niveau de bruit.

  • Gamme de machines d’emballage

Cette gamme permet d’automatiser les opérations d'emballage que ce soit pour former les caisses, y caler les produits ou pour les fermer.

Notre solution vise à ajuster le volume des cartons aux produits et ainsi réduire le vide transporté, ce qui permet d'optimiser les coûts de transport. Les bénéfices sont également importants en termes d'image vis-à-vis des clients qui reçoivent les colis.

  • Logiciels de pilotage de l’entrepôt et de ses équipements

Nous proposons des logiciels de pilotage et de supervision en temps réel des entrepôts et de leurs équipements. Nos solutions visent à synchroniser les flux à l'intérieur de la plateforme, à organiser au mieux les ressources et également à fournir des KPIs aux gestionnaires, notamment en termes de productivité.

Avec nos solutions, l'entrepôt est capable de mesurer sa performance et d’identifier ses axes de progression. Sur la base de tableaux de bord, il devient possible d’ajuster en permanence et en temps réel son organisation, en particulier en termes de préparation de commandes.


Quelles typologies de services proposez-vous en complément de ces différents produits ?

Nous nous positionnons comme architecte intégrateur global.

Nous agissons à ce titre comme un partenaire à long terme en mesure de combiner un certain nombre d'expertises. Nous suivons nos clients tout au long de leurs projets et leur fournissons évolutions et support une fois les solutions en fonctionnement.

Notre département ingénierie nous permet en particulier de construire les configurations parfaitement adaptées aux attentes de nos clients.

À l’écoute de nos clients, nos équipes n’ont pas pour objectif d’imposer une solution toute faite, mais plutôt de proposer une solution totalement alignée sur leurs besoins et de leur apporter réellement le bon niveau d'automatisation qui correspond à leurs attentes que ce soit en termes d'investissement, de ROI ou de performance.

Ensuite, nous effectuons bien entendu l’intégration des matériels que nous fabriquons et des logiciels que nous éditons (WMS, WCS, TMS, OMS et EDI).

Nous avons également une activité de conseil plutôt destinée aux clients qui n'ont pas un projet précis de mécanisation ou d'automatisation, mais qui sont à la recherche d'un schéma directeur.


Vous évoquiez à l’instant la possibilité d’adapter le fonctionnement des équipements de l’entrepôt aux évolutions de flux. De quoi s’agit-il concrètement ?

L’idée est que le système de pilotage puisse prédire les évolutions de volumétries et de typologies d’activité afin d’en prévenir l'exploitant et de lui proposer une organisation adaptée. Ce sujet est particulièrement important dans le cas des flux omnicanaux qui peuvent fortement varier d’une journée à l’autre.

Il s’agira alors d’adapter les ressources en équipements et en opérateurs aux volumes à traiter, voire d’ajuster la vitesse des équipements.


En début d’entretien, vous évoquiez la tendance actuelle à regrouper sur une même plateforme des flux e-commerce avec des flux B2B. En B2C, la gestion des retours est un sujet stratégique. Que proposez-vous pour les réintégrer dans le circuit de vente ?

Nous proposions jusqu’à présent des solutions basées sur des systèmes de trieur permettant de traiter les pièces retournées.

Désormais, nous savons également les gérer à travers la mise en place de dispositifs de synchronisation du flux de retour avec le flux de contenant d'une machine à navettes de type Intelis PTS.

Les pièces en retour sont ainsi rapidement mises dans les bons contenants et ensuite réintégrées dans le circuit standard de préparation par une machine Goods-To-Person.


Savoye a connu ces dernières années des niveaux de croissance à deux chiffres. Une telle progression est-elle encore possible dans les prochaines années ?

Nous cherchons en effet à nous inscrire durablement dans ces niveaux de croissance.

Le marché de l'intralogistique se porte bien. En France, nous bénéficions d’importantes parts de marché. Nous essayons désormais de profiter de leviers de croissance à l'international.

Cela passe en particulier par des partenariats déjà noués pour disposer de relais pour la vente de nos équipements dans certains pays et également, selon l’actualité communiquée le 6 juillet 2018 à propos de Savoye, par le projet de cession actuellement en cours de la division Savoye au groupe Noblelift.


Bio Express :

Âgé de 46 ans, Laurent BOLLEREAU est diplômé SUPMECA Paris, en Génie des Systèmes Industriels. Il débute sa carrière chez Savoye en 1995 en tant qu'ingénieur automatisme puis prend en charge le département Trieurs en 2003. Il devient responsable de l'ensemble des bureaux d'études en 2008, avant de prendre la tête des équipes de design des solutions. En 2015, il rejoint le comité de direction de la Division SAVOYE, en tant que Directeur Solutions et Marketing.

Pendant ses activités de loisirs, Laurent BOLLEREAU pratique le cyclisme sur route, en club, sur les routes bourguignonnes.

Site Internet de Savoye : http://www.savoye.com/


Contactez notre équipe