Les Dossiers Thématiques > Innovation > Quelles innovations supply chain pour le monde d'après ? > Avis d'expert d’Isabel Rocher, Directrice générale d'AutoStore System.

"Quelles innovations supply chain pour le monde d'après ?"

INTERVIEW

‘‘La crise sanitaire a fait figure de «stress test»’’
I.ROCHER, AUTOSTORE SYSTEM


I.ROCHER, AUTOSTORE SYSTEMAvis d'expert d’Isabel Rocher, Directrice générale d'AutoStore System.

Avis d'expert soumis dans le cadre du dossier thématique « Quelles innovations supply chain pour le monde d’après ? »


Quels enseignements supply chain tirer des derniers mois ?

La crise sanitaire actuelle, inédite par son ampleur et sa propagation a fait figure de « stress test » en situation réelle.

  Autres contributions

Y.BUISSON | FM LOGISTIC
‘‘ La Covid a été un accélérateur de la digitalisation ’’

M. WATERSCHOOT | DESCARTES
‘‘ Mettre plus de flexibilité dans sa supply chain ’’

P. HENRION | BOA CONCEPT
‘‘ Boa Concept va déployer une offre taillée pour les primoaccédants ’’

M.WILSON | XPO
‘‘ Les défis auxquels sont confrontés nos clients sont de plus en plus complexes ’’

H. KERJEAN | AKANEA
‘‘ Les projets de digitalisation se sont multipliés ’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ La volatilité des flux est la nouvelle norme ’’

I. BADOC | GENERIX
‘‘ La digitalisation a permis de pallier les contraintes liées à la crise sanitaire ’’

E. KESLER | GEFCO
‘‘ L'optimisation logistique va de pair avec la réduction de notre empreinte environnementale ’’

SAVOYE
‘‘ Savoye innove avec une solution de robotique mobile ’’

Elle a permis notamment de mettre en lumière des constats significatifs sur les supply chain des entreprises.

Face à ces éléments, plusieurs questions se sont alors posées pour être mieux préparés à l’avenir. Quelle organisation pour une supply chain plus résiliente ? Comment renforcer le pilotage et les processus clés de la supply chain ?

La supply chain de demain doit donc se réinventer pour faire face à ces multiples enjeux avec un parcours client de plus en plus complexe et demandeur dans un contexte où la problématique environnementale est au cœur des préoccupations.

Pour rappel, l’industrie logistique est la plus grosse émettrice de gaz à effet de serre au niveau mondial !

De plus, une réflexion est à mener afin de dissocier les flux d’information et les flux physiques, aujourd’hui complètement corrélés.

L’information reste silotée et partagée entre une poignée d’acteurs de la chaine logistique en se limitant uniquement aux interfaces principales.

Cette réflexion doit ainsi amener à favoriser la collaboration et le partage d’information entre l’ensemble des acteurs de la chaine logistique : de ceux qui sont au contact direct des clients finaux jusqu’aux fournisseurs les plus en amont.




Quels modèles ont été remis en cause ?

Les modèles traditionnels ont déjà été mis à rude épreuve depuis la montée en puissance de l’e-commerce. Depuis, nous constatons une forte fragmentation de la supply chain pour laisser place à une omnibanalité poussée par la demande du client.

Après cette crise, il faudra donc faire perdurer ce pilotage plus fin et en temps réel qui a été mis en place au sein des supply chain. Ceci pourrait permettre à terme des prises de décision plus fréquentes et plus agiles, et ainsi un ajustement instantané de la réponse aux besoins des clients en fonction des informations disponibles.

Dans une situation difficile en termes de trésorerie, il est primordial de s’attaquer aux stocks pour réallouer les fonds disponibles là où ils sont nécessaires.

La crise a démontré la complexité à gérer des flux tendus dans un environnement globalisé et la nécessité de disposer de stocks de sécurité renforcés, voire de stocks stratégiques en fonction des besoins, ceci en termes de volume, mais aussi au niveau de sa localisation (au plus proches des clients).

Un équilibre stratégique doit être trouvé, pour disposer d’une supply chain agile qui délivrera la qualité de service attendue par le client, au juste coût.


Les missions SC ont-elles évolué ?

Les missions clés ont été plutôt renforcées. Cela était déjà le cas auparavant, mais surtout depuis la crise COVID19, les revues de la planification sont réalisées à des rythmes plus fréquents, hebdomadaires si ce n’est bi-hebdomadaires, voire même quotidiens.

Elles ont intégré des scénarios de crises réelles, en exploitant le mieux possible les données disponibles fournies par le terrain. Pour pouvoir encore mieux piloter ces différents scénarios, des outils d’intelligence artificielle (IA) ont permis d’apporter des éléments permettant d’étayer les hypothèses prises. L’intégration et l’analyse des nombreuses données disponibles faciliteront l’aide à la décision dans le futur et feront perdurer ces démarches.

La simplification des processus met en avant la capacité des humains à maximiser les tâches à forte valeur ajoutée en abandonnant les tâches à faible valeur ajoutée. Les supply chain doivent de plus en plus répondre au principe Lean et non par obligation d’une crise sanitaire. Cela s’applique à l’ensemble du personnel de l’entreprise, des mesures doivent être prises pour pouvoir lutter contre le gaspillage en éliminant toutes les activités non rentables à la société.

En automatisant les tâches faible valeur ajoutée par exemple, on peut alors soulager le personnel afin qu’il se concentre sur les tâches à plus forte valeur ajoutée. Couplé à une automatisation des tâches, le personnel, qui détient l’expertise pour optimiser ce système, peut alors se concentrer sur le pilotage et l’amélioration des processus supply chain. C’est le cas notamment avec les solutions AutoStore qui, via l’automatisation des process de gestion des stocks et de préparation des commandes, permettent aux employés de se concentrer davantage sur les opérations à plus forte valeur ajoutée.


Quels sont les défis qui attendent le secteur dans les prochaines années ?

Le développement du concept du Green Supply Chain Management est le défi majeur à l’avenir. L’enjeu de toute organisation est de pouvoir intégrer les problématiques de développement durable à toutes les étapes de sa chaine logistique ; de la conception au sourcing de matières premières, des approvisionnements aux process de fabrication, des flux de retour (emballages et SAV) jusqu’au recyclage des produits en fin de vie.


Comment l’innovation peut-elle contribuer à relever ces défis supply chain ?

Longtemps freinée par l’idée qu’il est impossible d’associer performances économiques et performances environnementales, les dernières études montrent que la mise en place d’une supply chain durable peut représenter un réel avantage compétitif, une véritable source de croissance et de développement.

Un exemple concret est la mise en place de nouvelles solutions du dernier kilomètre bien moins polluantes pour optimiser la logistique urbaine, ce qui favorise alors un déplacement des stocks et des opérations e-commerce directement dans les magasins au cœur même du centre-ville pour devenir plus agile et lean.


Comment les nouvelles technologies et la gestion des données peuvent aider les entreprises à optimiser leurs flux et mieux anticiper les risques ?

Il est primordial d’associer des technologies innovantes autour de la logistique, de la traçabilité et des matières premières pour établir une future supply chain qui réponde aux enjeux environnementaux, et qui est mise à rude épreuve par l’attente d’un consommateur de plus en plus demandeur.

Pour maitriser ces conditions logistiques tout en améliorant la qualité du service, l’innovation doit être menée dans tous les secteurs : de nouveaux logiciels intégrant les données de toute la chaine opérationnelle pour faciliter la gestion en temps réel, l’automatisation des tâches à faible valeur ajoutée- autant dans les bureaux que dans les opérations logistiques dans les entrepôts et le transport.


Sur quels aspects avez-vous fait porter vos efforts d’innovation ces derniers mois ?

Nous avons lancé tout récemment le ‘Router’, un logiciel de productivité qui va révolutionner l’exécution des commandes dans l’e-commerce ! Il s’agit en effet d’une innovation majeure qui répond parfaitement aux nouveaux enjeux de la logistique urbaine.

Basé sur une technologie disruptive, le Router peut être mis en œuvre dans n’importe quel système AutoStore, qu’il s’agisse de préparations de commandes à grande échelle dans un centre logistique en région ou de micro-préparation dans un magasin en zone urbaine.

Avec cette solution novatrice, nous allons en effet pouvoir multiplier par 4 le débit des commandes e-commerce et augmenter la productivité de 40 %. Nous l’avons d’ailleurs surnommé l’AS des solutions de robotisation – car il est ultra petit, mais surtout ultra performant. C’est le partenaire idéal pour réaliser une supply chain plus agile, lean et surtout green.


Quels sont les nouveaux produits que vous avez proposés ou que vous proposerez dans les prochains mois ? À quels constats répondent-ils ?

AutoStore est une solution extrêmement flexible et modulaire basée sur la technologie robotique et sur plus de 20 ans de recherche et développement. Le système AutoStore répond aux attentes en matière d’automatisation des process de la logistique urbaine, en tenant compte des enjeux économiques et écologiques d’aujourd’hui et de demain.

AutoStore plus globalement est la solution qui permet de faire face aux enjeux de la fragmentation de la supply chain, car elle peut être intégrée comme une solution technologique unique : depuis l’automatisation des opérations classiques dans un entrepôt central jusqu’à l’automatisation d’un hub urbain ou d’un magasin en centre-ville. La technologie ne change pas, mais s’adapte à son environnement en proposant une solution agile et durable puisqu’elle consomme très peu d’énergie et offre la plus grande densité de stockage disponible sur le marché.


Bio Express

Nommée en février 2019 en tant que Directrice générale d’Autostore en France, Isabel Rocher s’est fixé plusieurs objectifs : participer à la croissance de la marque au niveau national, épauler ses partenaires intégrateurs dans la réalisation de projets d’automatisation et accompagner ses clients dans la digitation de leurs entrepôts. À noter que depuis l’ouverture de son bureau en France, AutoStore a déjà triplé ses installations et cela en moins d’un an.

Compte LinkedIn de Mme Rocher : https://www.linkedin.com/in/isabel-rocher-471191a/


Contactez notre équipe