Les Dossiers Thématiques > Transport > Comment mettre sous contrôle ses opérations de transport ? > Interview de Raphael de CASTILLA, Directeur des Opérations de Kardinal

"Comment mettre sous contrôle ses opérations de transport ?"

INTERVIEW

‘‘Optimisation et Machine Learning pour une logistique plus agile’’
R. DE CASTILLA, KARDINAL


Raphael de CASTILLAInterview de Raphael de CASTILLA, Directeur des Opérations de Kardinal
Réalisée le jeudi 16 avril 2020 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Comment mettre sous contrôle ses opérations de transport ? »


Quelles sont les contraintes auxquelles le transport doit aujourd’hui faire face ?

Lorsque nous présentons nos solutions à nos prospects et clients, nous aimons rappeler les nouveaux enjeux associés au transport et le niveau croissant de contraintes auxquelles il est soumis.

  Autres contributions

I. BADOC | GENERIX GROUP
‘‘ Automatiser la résolution des aléas transport  ’’

G. GARCIA | KLS GROUP
‘‘ Le transport peut être le seul lien physique d'une entreprise avec ses clients  ’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ La mesure du taux d’acceptation des ordres de transport est clé ’’

M. VUKOVIC | ZETES
‘‘ Aujourd’hui, « Business as Usual » est devenu « Not normal is the new normal »’’

LIVRE BLANC | ZETES
‘‘ Atteindre l'excellence de l'expérience client dans le premier et le dernier kilomètre de livraison ’’

Nous insistons sur le fait que les promesses clients de plus en plus ambitieuses instaurées dans un premier temps par les grands acteurs du e-commerce et désormais généralisées à la plupart des entreprises ont des impacts particulièrement forts sur les missions allouées au transport.

Les consommateurs sont en particulier devenus très exigeants vis-à-vis des livraisons. Ils souhaitent pouvoir bénéficier de leur commande le plus rapidement possible, sur des créneaux horaires restreints le tout en étant continuellement tenus informés.

Il n’est par exemple plus envisageable pour une enseigne de contraindre son client à rester à son domicile une journée entière pour réceptionner un colis.

Ce nouveau niveau d’exigence se répercute logiquement sur les transporteurs.

Dans le même temps, la maitrise des opérations de transport est complexifiée par le fait que les moyens disponibles ne sont pas en phase avec l’explosion de la demande constatée ces dernières années. D’un côté les volumes à traiter en entrepôt ont été multipliés par 8 sur la dernière décennie et de l’autre le secteur est confronté à une forte pénurie de chauffeurs. Il est en fait très compliqué de fidéliser des chauffeurs dont les salaires ne sont pas en phase avec la pénibilité du métier.

À cela viennent s’ajouter les évolutions de réglementation qui visent à réguler la circulation urbaine et à contenir le réchauffement climatique par une limitation du trafic routier, un durcissement des normes de véhicules, etc.

Bref, un ensemble de facteurs complexifient la tâche de l’optimisation des opérations de transport.




Des contraintes de plus en plus fortes, une pénurie de chauffeurs et des clients toujours plus exigeants : les budgets transport ne sont-ils pas inexorablement voués à s'envoler ?

Il n’est en fait pas possible en l’état actuel de compenser ce niveau de complexité par une hausse des prix dans la mesure où les consommateurs sont eux-mêmes de moins en moins enclins à payer la prestation de transport.

Des acteurs comme Amazon ont en effet contribué au fait que les clients en aient une perception quasi gratuite.

Cette pression sur les coûts se répercute bien entendu sur les prestataires.


Qu'est-il alors possible de faire pour mettre sous contrôle ses livraisons aussi bien en termes de qualité que de coût ?

La digitalisation, la collaboration et la visibilité qui sont des thèmes liés doivent selon moi permettre de s’assurer d’opérer le transport à son niveau cible.

La supply chain est en fait une chaîne comme une autre. Sa robustesse correspond à celle de son maillon le plus faible. Un maillon auquel n’aura pas été donné de visibilité, d’information dans les bons formats risque de « casser » et c'est alors toute la chaîne qui en pâtira. Il n’aura au final pas servi à grand-chose d’être fortement performant sur son propre périmètre de responsabilité.

Un partage de données facilité entre les acteurs de la chaîne doit au contraire contribuer à opérer des plans de tournées efficients.

En utilisant des outils d’optimisation tels que les nôtres, l’adaptabilité est favorisée. L’entreprise s’assure de maximiser les capacités de remplissage des véhicules et de limiter les kilomètres inutiles. Tout cela a bien sûr in fine un impact positif sur le coût de production de la livraison.


Sur quels horizons les outils d’optimisation de Kardinal permettent-ils d’intervenir ?

Notre offre couvre aussi bien l'avant, le pendant que l'après de la livraison.

  • L’avant

Le côté stratégique et tactique est couvert par notre module de sectorisation intelligente. Celui-ci permet de travailler sur le réseau d’agences, l'implantation des dépôts, les zones d’influence de chacun d’entre eux.

Il s’agit de découper un territoire en prenant en compte la robustesse de l’ensemble, c'est-à-dire la capacité en nombre de moyens pour assurer le volume de livraisons associées à la zone concernée, mais également la limitation des rééquilibrages quotidiens entre secteurs dus aux dépassements de capacité.

Ce découpage doit être révisé à intervalle régulier de manière à considérer toutes les évolutions qui se seraient produites, par exemple la création de nouvelles zones d’habitation dans le cas de la distribution de particuliers.

La sectorisation intelligente permet également de travailler sur le predict. L’objectif étant qu’à la prise de commande, il devienne possible de communiquer une prédiction d'horaire de livraison au destinataire, alors même que l’ordre n’est pas encore introduit dans l'outil d'optimisation de tournées. Cela est permis par l’analyse de données. Par exemple, l’adresse de destination sera associée à une zone qu’on sait être livrable dans 98% des cas entre 9h00 et 9h30.

En messagerie et en express, c’est généralement la sectorisation qui va ainsi structurer les plans de tournée puisque les problématiques de tri des colis dans l’entrepôt ne permettent pas une optimisation complètement dynamique des tournées. Ainsi, on associera à chaque zone un véhicule dont la capacité est en cohérence avec les volumes du secteur.

Mais comment s'assurer que ce dimensionnement est pertinent dans chacun des secteurs ? C’est-à-dire qu’il permet à la fois de respecter la promesse client et de maîtriser son budget transport par une optimisation du remplissage des moyens.

Pour répondre à cette question, nous nous appuyons sur le Machine Learning. Nous étudions un grand nombre de données pour associer à chaque véhicule un secteur qui correspondra à sa capacité. Cette dernière peut bien sûr différer d’un véhicule à l’autre.

Les potentiels de la sectorisation sont très forts dans la mesure où un meilleur maillage permet d’obtenir très rapidement des bénéfices importants sans pour autant nécessiter de conduite du changement poussée. De plus, la sectorisation n’implique pas la même finesse d’analyse de données que l’optimisation de tournées. Il est donc possible d’obtenir des solutions très performantes sur la base de données facilement accessibles.

  • Le pendant

Kardinal propose également une solution d’optimisation continue en mode SaaS. C'est-à-dire que l'optimisation du plan de tournée ne s'arrête jamais. Les systèmes traditionnels sont plus statiques. Une fois la tournée calculée, son résultat est envoyé en préparation sans qu’il soit possible de prendre en compte de nouveaux aléas ou éléments qui surviendraient a posteriori. Or, on estime en général qu’il existe un écart compris de 10 à 30% entre ce qui a été préalablement prévu et la réalité de la tournée. Cela peut en particulier être dû à des conditions de trafic différentes de celles prises en compte au moment du calcul.

Notre système « Always On » assure au contraire une grande agilité à nos utilisateurs favorisant le respect de la promesse client. En cas d’aléas, par exemple de trafic soudainement perturbé sur un axe, il devient possible d’adapter la tournée toujours dans l’objectif de satisfaire l’horaire de livraison prévu, quitte à parcourir quelques kilomètres en plus.

Chaque élément modifié est intégré en temps réel et l'optimisation continue même après le départ du véhicule. Il devient par exemple possible d’insérer un enlèvement, de mettre à jour les tonnages à livrer dans le cas du vrac, etc.

  • L’après

Nous veillons à ce que les solutions proposées par nos outils permettent de respecter durablement la promesse client. Par exemple, les destinataires continuent-ils à être bien livrés dans les créneaux horaires prévus ?

Nous nous appuyons pour cela sur le Machine Learning pour améliorer la solution tous les jours par l’autoapprentissage.

Cela nous garantit d’apporter de très bonnes performances à nos utilisateurs et de leur permettre une grande agilité.

Tout cela est en particulier favorisé par le fait qu’il ne nous est pas obligatoire de travailler sur une grande masse de données. Dans le cas d’une crise telle que celle du Covid-19, il était par exemple très intéressant de se concentrer sur les données des derniers jours pour comprendre comment il convenait d’agir pour faire face aux fortes augmentations de volumes.


Quels types d’acteurs adressez-vous à travers votre solution ?

Deux grandes cibles découlent de cette agilité et de cette adaptabilité.

D’une part les professionnels du transport, tels que les messagers et les expressistes qui doivent faire face à de fortes contraintes terrain.

D’autre part les fields services, pour lesquelles les missions à réaliser peuvent totalement différer de ce qui avait été initialement prévu.

Au-delà de ces deux cibles dont les opérations nécessitent beaucoup de réactivité, la période que nous venons de traverser montre que plein d’autres secteurs dont les tournées sont habituellement plus « statiques » ont aujourd’hui besoin de s’adapter, de s’adresser à de nouvelles cibles, voire de changer de modèle. Je pense notamment à tous les distributeurs du domaine de l’alimentaire qui livraient les restaurateurs et qui se sont tournés vers la livraison à domicile. Les solutions Kardinal sont très adaptées à ce type de problématiques.


Quel est l’historique de la société Kardinal ?

La société a un peu plus de 5 ans d'existence. Elle était jusqu’en 2019 spécialisée dans le développement sur mesure d'algorithmes pour répondre à des problématiques non couvertes par des produits standards.

Les équipes disposent donc d’une forte expertise dans la résolution de problèmes. Nous nous appuyons sur des profils pointus maîtrisant de hauts niveaux de technologie.

En 2019, il a été décidé d’adopter une approche produit tirant profit de l'intelligence développée lors de ces 5 premières années d’existence.

Notre objectif est toujours d'apporter la meilleure technologie disponible et d’intégrer continuellement les dernières publications mathématiques. Cela nous permet ainsi de solutionner aujourd’hui des problématiques qu'il était impossible de résoudre il y a encore quelques mois.


Sur quelle base les utilisateurs de votre solution SaaS sont-ils facturés ?

Les abonnements que nous proposons intègrent l’unité d'œuvre de référence des clients. Nous avons donc une approche sur mesure, l’idée étant de coller au plus près de leurs activités.

Il peut donc s’agir d’une facturation à l’agence, notamment dans le cas de la messagerie. Cela peut aussi être un coût au stop, au colis délivré, au véhicule, à la mission, etc.


Bio Express

Depuis 20 ans, Raphaël de Castilla accompagne les entreprises dans leur digitalisation et la réduction de leurs coûts logistiques. Expert IT passionné d’innovations technologiques, il dédie son expertise à la résolution de problèmes complexes afin de construire une Supply Chain plus agile, en ligne avec les problématiques environnementales actuelles.

Diplômé d’une école de commerce, Raphaël de CASTILLA a débuté sa carrière chez LOXANE, éditeur de logiciel de cartographie et calcul d’itinéraires, avec la création et le développement du réseau de ventes indirectes. Il prendra quelques années plus tard la direction commerciale de la société devenue PTV GROUP, puis sa direction générale. Début 2020, il prend les rênes de la Direction des Opérations chez Kardinal, éditeur de solutions innovantes dédiées à l’optimisation du dernier kilomètre.

Site Internet de Kardinal : https://kardinal.ai/fr/


Contactez notre équipe