Les Dossiers Thématiques > Supply Chain > Optimiser sa supply chain à travers la collaboration > Interview de Philippe MARQUES, Responsable Produits de A-SIS - A SAVOYE BRAND



Dossier sur la collaboration dans la supply chain

INTERVIEW

‘‘Ne pas collaborer reviendrait à ne pas pérenniser son activité ’’ P. MARQUES, A-SIS - A SAVOYE BRAND


Philippe MARQUES, Responsable Produits de A-SIS - A SAVOYE BRANDInterview de Philippe MARQUES, Responsable Produits de A-SIS - A SAVOYE BRAND
Réalisée le 25/10/2019 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Optimiser sa supply chain à travers la collaboration ».


Où en est la collaboration Supply Chain ?

Cela fait déjà plusieurs années que la collaboration s’est développée entre les différents intervenants de la chaine logistique. L’idée est que chaque flux ne soit plus traité en silo, mais intégré dans une supply chain étendue.

Cet essor est en particulier dû à la volonté des entreprises de répondre aux exigences de visibilité de leurs clients, ceux-ci ayant transposé au B2B des habitudes issues du B2C.

Aujourd'hui, ne pas collaborer avec son écosystème reviendrait finalement à ne pas être en mesure de pérenniser son activité.


Sur quels outils cette collaboration supply chain peut-elle s’appuyer ?

Elle nécessite l’utilisation de solutions informatiques visant à fluidifier la transmission des flux d'informations.

  Autres contributions

H. KERJEAN | AKANEA
‘‘S’assurer de la pertinence des données collectées ’’

M-L. EXBRAYAT | SIGMA
‘‘ Favoriser le partage de la donnée pour une supply chain collaborative’’

F.BAUDELIN | CHRYMELIE
‘‘ La Supply Chain dans l'entreprise est collaborative par définition   ’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ La barrière du coût direct vis-à-vis des transporteurs doit être levée’’

A.CAYETANO | S2PWEB et B2PWEB
‘‘ Maîtriser la donnée tel est l’enjeu des acteurs du transport et de la logistique ’’

G.VICOT | ZETES
‘‘ La collaboration pour sortir d’une logique de silos ’’

Cela peut se faire :

  • Par interfaçage entre les systèmes des différents intervenants. C’est généralement le cas dans l’utilisation des prestations de messagerie avec la transmission d'informations, l'obtention de l'étiquette au bon format, le tracking, etc.
  • Par la mise en place de portails collaboratifs lorsque les acteurs n’ont pas la capacité de déployer des systèmes informatisés interfacés. Ici, c’est plutôt l’affrètement qui est concerné. Il s’agit en effet d’un marché éclaté avec un grand nombre de petits transporteurs. La communication avec les chargeurs s’effectue traditionnellement par e-mails, appels téléphoniques, etc. Les donneurs d’ordre peuvent alors mettre à disposition de leurs prestataires un portail collaboratif permettant de digitaliser les échanges et la remontée d’informations.



Quels sont les avantages de la digitalisation des échanges entre chargeurs et transporteurs ?

En premier lieu la visibilité que je viens d’évoquer. L’opération de transport est suivie de bout en bout, le destinataire est informé de la date attendue de livraison (ETA), une fois celle-ci effective, elle peut être confirmée avec chargement de la preuve de livraison (POD), etc. Le chargeur dispose dès lors des moyens d’informer et de rassurer son client sur le bon déroulement de l’opération.

Les donneurs d’ordre peuvent également être plus proactifs sur les éventuels litiges à traiter. Chaque jalon non respecté par rapport au planning permettra de déclencher des workflows pour réagir à la situation et limiter ses impacts : recherche de solutions alternatives, recalcul d’ETA, information client, etc. Prenons le cas d’un chargeur confronté à des problèmes de qualité de service. Sans un tel système, celui-ci n’est mis au courant qu’après que ceux-ci aient impacté ses clients et c’est bien souvent à la suite de l’appel de ceux-ci qu’il en est informé.

Ensuite, en se substituant aux échanges traditionnels chronophages, la digitalisation permet d’augmenter la performance transport. L’ensemble des processus est compris depuis l’acceptation ou le refus des ordres par les prestataires, la gestion du spot, la facturation en passant par la prise de rendez-vous et le retour de la preuve de livraison du transporteur.

Enfin, l’importante masse d’informations collectée pourra ensuite être restituée de manière intelligente dans une perspective d'amélioration continue. Ce qui n'est pas enregistré n'est pas mesurable. Au contraire avec les solutions collaboratives, l’information est collectée, loguée et stockée.


Quelles sont, chez le chargeur, les équipes qui sont concernées par la mise en place de solutions de collaboration ?

Plusieurs services sont concernés, en particulier :

  • Le service client bien évidemment pour donner de la visibilité au destinataire de la marchandise et lui fournir des éléments de réponse très rapidement si nécessaire.
  • Le service logistique pour planifier l’activité des quais aussi bien en réception qu’en expédition grâce à la prise de rendez-vous.
  • Les services transport et comptable pour contrôler plus facilement les factures et mettre en place un flux de préfacturation.

Quel est l’intérêt de la préfacturation ?

Sur la base des expéditions réalisées, des éléments de préfacturation sont mis à disposition du transporteur sur le portail. Celui-ci va ensuite pouvoir venir confirmer / infirmer et également ajouter des prestations du type seconde présentation ou stop supplémentaire

Ainsi avec un tel système, le transporteur et le chargeur se mettent d'accord, avant que la facture ne soit émise. On évite ainsi de rentrer dans un cycle d'avoirs et de régularisations qui complexifient le flux.

Les opérations de facturation et de contrôle s'en trouvent dès lors grandement facilitées et les temps administratifs réduits, aussi bien pour le chargeur que pour le transporteur.


La mise en place d’outils collaboratifs représente-t-elle également un intérêt dans le cas d’utilisation de prestations de messagerie ?

Même si les échanges de données sont plus développés en messagerie qu’en affrètement, il peut être intéressant d'interfacer ses systèmes d'informations de type WMS, TMS ou ERP avec les données en provenance des transporteurs.

Nous proposons ainsi deux offres à destination des chargeurs qui sont tout à fait adaptées à des entreprises qui feraient appel à de la messagerie.

  • LM Label permet de s'interfacer avec plus d'une centaine de transporteurs pour la création des étiquettes à leur format et la communication des EDI associés.
  • LM Connect, plateforme d'intégration B2B, permet d'intégrer dans les systèmes d'informations du chargeur tous les flux d'informations, tous les flux EDI des transporteurs et des fournisseurs.

Peut-on considérer l’OMS dans ce périmètre de la collaboration ?

L'OMS est une brique qui permet de s’assurer de la bonne utilisation de son réseau logistique. Il s’agit en effet de collaboration, mais plutôt interne, entre les différents points de distribution de l’entreprise pour servir au mieux les commandes, honorer et garantir la promesse client.


Bio Express

Philippe MARQUES est Responsable Produits A-SIS – A SAVOYE BRAND.

Site Internet d’a-SIS : http://www.a-sis.com/


Contactez notre équipe