Publications > Logiguide CGL > CPFR : pour des prévisions et une planification plus exactes (Volume 2 / Numéro 7)



Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

Article extrait des Logiguides de GROUPE GCL, cabinet de conseil en logistique.

CGL

Des phénomènes tels que la réduction des inventaires, la diminution des ruptures de stocks et l’augmentation du service à la clientèle peuvent sembler contradictoires et plutôt difficiles à réaliser.

Si vous couronnez le tout d’un environnement dans lequel les détaillants, les manufacturiers et les distributeurs évoluent en harmonie, vous vous retrouvez du même coup au paradis. Le CPFR (Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment) peut être le moyen tout désigné pour parvenir à ce partenariat et cette confiance entre les acteurs de la chaîne d’approvisionnement.


Les origines du CPFR

Certains pensent que l’origine du CPFR remonte à 1995, avec un programme appelé Prévision et réapprovisionnement en collaboration (Collaborative Forecasting and Replenishment : CFAR), alors que certains pensent plutôt que son origine remonte à la naissance du ECR (Efficient Consumer Response) et du QR (Quick Response). D’autres la retracent à environ 15 ans dans le passé, à l’époque où les compagnies commençaient à expérimenter avec le VMI (Vendor Managed Inventory). Peu importe la variable du temps, plusieurs experts s’entendent sur le fait que l’avenir est au CPFR.

Bien que d’autres initiatives, telles que le ECR, QR et le VMI, tentent de s’introduire dans l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement, les experts avancent que le CPFR se sert de ce que l’industrie a accompli, en menant ces programmes une étape plus loin et en y ajoutant un processus de planification en collaboration entre les partenaires commerciaux.

Afin que le CPFR soit efficace, les partenaires commerciaux impliqués doivent établir un plan d’affaire spécifique à chaque produit qui sera vendu, comment et quand chacun d’entre eux sera lancé. Le plan peut être opérationnel au sein même des systèmes déjà existants chez chacune des compagnies, mais l’information doit être accessible aux deux parties.



Une meilleure alternative

Il est grand temps de capitaliser sur ce que l’industrie a déjà accompli et de prendre de l’avance sur elle, avec le CPFR, en bénéficiant de l’Internet et de l’EDI. Dans les cas où les partenaires commerciaux collaborent dans le développement d’un plan d’affaires, le CPFR remplace le moyen, plus traditionnel, de faire des prévisions à l’aide d’un plan de marché spécifique. Auparavant, les partenaires commerciaux étaient davantage orientés vers la performance, et il n’était pas rare que les fournisseurs sachent ce que les détaillants vendaient seulement en observant ce qui passait entre les centres de distribution aux magasins. Or, les magasins conservaient l’équivalent de deux à six semaines d’inventaire, créant ainsi un grand écart entre ce qui ressortait au niveau de la clientèle et du centre de distribution. Avec ces pratiques, l’industrie accumulait de gros excès de stocks en transit.

Ce qui caractérise le CPFR c’est qu’il unit les partenaires commerciaux, et utilise des techniques telles que la gestion par catégories pour les pousser une étape plus loin. En effet, la technologie disponible aujourd’hui permet aux compagnies de partager l’information via Internet, et il en découle une planification et une exécution dynamique de la chaîne d’approvisionnement.


Le rendre efficace

Avant même d’instaurer un programme de CPFR, les compagnies doivent tout d’abord s’assurer que leurs systèmes soient intégrés à l’interne. En ce qui concerne l’entrepôt, cela signifie de s’assurer qu’il est relié, par la technologie, à la chaîne d’approvisionnement afin qu’il reçoive et fournisse les informations vitales quant au statut de l’inventaire dans le réseau.

Même après son instauration, les experts disent que le CPFR continuera d’influencer l’entrepôt, alors que le volume des commandes augmentera et qu’un plus grand nombre de chargements entreront et sortiront, et ce, en plus petites quantités. L’interface des besoins de transport, à la fois pour les commandes qui arrivent et qui sortent, de même que les opérations de l’entrepôt, gagneront de l’importance. Comme il n’y a aucune véritable solution présentement pour l’effectuer efficacement, l’industrie verra des opportunités phénoménales dans la mise en réseau de l’entrepôt et du système de transports.


Le partage de l’information : l’ultime défi

L’industriese soucie aussi du fait que certaines compagnies puissent craindre de perdre leur avantage concurrentiel. Il y aura toujours un certain nombre de compagnies ou d’individus qui se croient imbattables; ces derniers n’adopteront donc pas de pratiques commerciales qui leur donneraient l’impression de justement perdre leur avantage concurrentiel. Il s’agit d’un phénomène que l’on peut retrouver au sein de n’importe quelle industrie. Plusieurs personnes de la vieille école ne sont pas très chauds à l’idée de partager l’information. Pour cette raison, cette partie du processus se doit d’être une entente stratégique, dans laquelle les partenaires commerciaux définissent les conditions selon lesquelles l’information sera utilisée, de part et d’autre.


Groupe GCL Europe, Conseil logistique

13 avenue René Boylesve
75016 Paris
Internet : www.gclgroup.com

Voir également : Le CPFR : Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment


Articles connexes

CPFR : Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment
 

« CPFR : Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment »
Traduit de l’anglais par : Thierry Jouenne, Emmanuelle Renon, Jean-François Danquigny
Préfaces de : Pierre Georget, Gencod-EAN France, et Yves David, Groupe CASINO

CPFR : Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment
Inscrit au rang des concepts de l’ECR (Efficient Consumer Response) dans la famille dite des "intégrateurs", le CPFR va au-delà du partenariat logistique - aujourd’hui bien implanté en France grâce aux apports de la gestion partagée des approvisionnements (GPA) - en inaugurant la coopération des fonctions commerciales dans une relation client-fournisseur


Contactez notre équipe