Questions Flash > Quels sont les freins à lever pour favoriser la collaboration ?



Questions Flash : les experts répondent

La question des freins à lever pour mener à bien un projet de collaboration est régulièrement abordée dans le cadre des dossiers thématiques FAQ Logistique. Retrouvez des éléments de réponse à travers les témoignages que nous accordent les experts du secteur.


Quels sont les principaux freins au déploiement de la collaboration ?

Marie-Laure EXBRAYAT - SIGMA
Dossier Entrepôt > L'entrepôt intelligent > (Octobre-Novembre 2019)

« La mise en place de la collaboration doit s’accompagner d’une conduite de changement efficace et d’une grande transparence entre les partenaires. L’objectif est que chacun soit suffisamment ouvert pour challenger et accepter d’être challengé par les autres.
L’enjeu est également d’arriver à embarquer des intervenants dont la maturité IT peut être limitée. En particulier certains transporteurs de taille modeste peuvent éprouver des réticences au fait d’avoir à utiliser des outils complémentaires, ce qui peut engendrer un surcroit administratif.
C’est une vraie problématique. Chaque prestataire disposant déjà de ses propres outils (TMS, cartographie, informatique embarquée, etc.) doit en sus utiliser les portails de ses clients.
L’objectif doit donc être de limiter le travail de l’exploitant en permettant la transmission automatique d’informations entre les différentes solutions sans que celui-ci ait besoin d'être en permanence connecté à la plateforme.
C’est le sens des workflows que nous proposons. Ils permettent d’alerter l’exploitant par e-mail lorsqu’une action de sa part est attendue.
L’enjeu de la collaboration va donc désormais être de s’interconnecter dans l'écosystème informatique du client et de ses partenaires. Les éditeurs ne peuvent en effet pas être centrés sur eux-mêmes. Notre mission est de capter les bonnes données parmi la masse d’informations disponibles dans la supply chain et de les restituer au bon moment de manière pertinente.

Le sujet est d’ailleurs désormais entré en phase de maturité. Les solutions comme les configurations informatiques des transporteurs ont progressé. Il est devenu beaucoup plus simple d'échanger entre les acteurs.

D’ailleurs des démarches intéressantes visant à favoriser la communication entre les différentes plateformes existent. Je pense en particulier au connecteur d’échanges initié par GS1 sur l'aspect rendez-vous. L’objectif est de mettre en place un concentrateur qui permet aux éditeurs de faire communiquer leurs solutions. »


Quels sont les obstacles à lever pour une pleine collaboration entre acteurs ?

Audrey CAYETANO - S2PWeb et B2PWeb
Dossier SC > Optimiser sa supply chain à travers la collaboration > (12/11/2019)

« Au départ, les prestataires envisagent souvent la mise en place d’un projet de collaboration sous l’angle de la contrainte. Leur donneur d'ordre leur impose en effet généralement un process et l’utilisation d’un outil auquel est parfois associé une certaine complexité technique.
Néanmoins, nombre d’entre eux ont désormais pris conscience de ce que pouvait leur apporter la collaboration. Reprenons le cas de GedTrans : les transporteurs qui l’utilisent n’ont plus à envoyer le même document à plusieurs interlocuteurs par fax ou par e-mail. Une fois le document chargé, celui-ci est rendu disponible pour tous leurs clients qui en auraient besoin.
De même, le fait de fluidifier les flux d'information permet aux transporteurs de remonter les éléments de facturation beaucoup plus rapidement, ce qui les intéresse naturellement fortement.
Ensuite, au niveau technique, dans la mesure où la donnée existe déjà généralement dans le SI de l'entreprise (dans son TMS ou son ERP), l'idée est d'éviter la double saisie grâce à la mise en place de protocoles de communication entre les différents systèmes. Les plateformes collaboratives doivent donc être en capacité de s'interfacer avec l'informatique des intervenants de la supply chain. En privilégiant des solutions communicantes et standardisées, on s’assure que l'ensemble des informations puisse transiter tout au long de la chaîne.
Bien entendu, une conduite du changement est requise pour fédérer les équipes autour du projet sur l’utilisation d’un nouvel outil ou de nouveaux process à mettre en place.

À travers les formations et l’accompagnement, il s’agit en particulier de lever les réticences pouvant naitre de la transparence à accorder sur la réalisation de ses tâches quotidiennes ou le partage de ses données. Par exemple, un conducteur peut être opposé au fait que ses déplacements puissent être suivis. »


Quels sont les changements induits par la collaboration ?

Florence BAUDELIN - CHRYMELIE
Dossier SC > Optimiser sa supply chain à travers la collaboration > (Décembre 2019)

« La collaboration va entrainer de gros changements culturels et organisationnels.
À l’intérieur même de l’écosystème qui partage des objectifs d’efficacité et de rentabilité, elle ne se fait pas sans appréhension :

  • Partage de données sensibles (liste de clients, référencement, chiffre d’affaires réalisé …)
  • Risque d'une dépendance vis-à-vis d’un acteur de la chaine ou du leader du projet
  • Peur d’avoir à faire des concessions, de subir un modèle imposé
  • Contrats à repenser pour supporter le partenariat et définir les règles de partage des gains et des risques
  • Complexité des systèmes d’information

Dans le cadre d’un partenariat entre des entités éventuellement concurrentes, d’autres craintes vont s’ajouter :

  • Transparence, solvabilité des partenaires
  • Crainte de déstabiliser sa propre organisation, d’avoir un risque social
  • Traçabilité des produits, risque de vol
  • Perte de contrôle d’une partie de sa logistique,
  • Méfiance à l’égard du tiers (4PL) qui fait de la mutualisation son fonds de commerce. »




Comment s’assurer d’une collaboration efficace entre les acteurs ?

Avis d’expert de la société ALPEGA
Dossier Supply Chain > Supply chain collaborative : enjeux et solutions > (Décembre 2018)

« Un manque de confiance peut constituer un premier frein. En effet, la confiance entre les différents intervenants est la clé de la réussite d’un projet de ce type. Celle-ci peut être favorisée si les sociétés arrivent rapidement à constater les premiers résultats positifs et si chacun des acteurs peut vraiment en bénéficier.
Prenons le cas du projet NexTrust auquel nous avons participé et pour lequel nous avons réuni douze expéditeurs et diverses entreprises de transport. L’objectif était d’optimiser les chaînes de transport en échangeant des données sur le fret et la capacité.
Cela a été un grand succès parce que les avantages économiques étaient évidents pour l’ensemble des parties impliquées.

Un deuxième frein est lié à la modification des habitudes des utilisateurs et aux phases de déploiement des acteurs autour de la solution lorsque les connecteurs entre les différents systèmes n’existent pas encore. Une plateforme dans le cloud permet à cet égard d’intégrer rapidement de nouveaux utilisateurs sans qu’il y ait besoin d’installer des logiciels ou des systèmes informatiques élaborés chez le client. »


Comment s’assurer d’une réelle collaboration entre acteurs ?

Jenny ROMAN, Solutions Manager - E2OPEN
Dossier Supply Chain > Supply chain collaborative : enjeux et solutions > (10/10/2018)

« Lors de la mise en place d’une supply chain collaborative, les forces de chaque participant doivent être évaluées permettant une spécialisation et une concentration sur les responsabilités de chaque partie. La réussite du projet est conditionnée aux bonnes coordination et collaboration entre les différents acteurs. Si cela est fait correctement, la contribution de chacun augmente la valeur de l’ensemble.
Les obstacles les plus courants concernent notamment l'intégration et la formation des fournisseurs, ainsi que la redéfinition des processus de chaque utilisateur de la chaîne. Les fournisseurs sont généralement répartis sur plusieurs continents et ne parlent pas la même langue. Il convient donc d’appliquer un plan bien défini permettant de s’assurer d’atteindre chacun d’entre eux et de les convaincre de l’intérêt de l’utilisation de la plateforme collaborative.
Nous aidons par exemple nos clients à organiser des sommets régionaux avec leurs partenaires ainsi que des programmes de formation sur ordinateur pour que tous leurs fournisseurs soient bien embarqués dans le projet.
Notre présence internationale constitue à ce titre une vraie force. Nous avons par exemple des bureaux en Asie à Hong Kong, Shanghai et Shenzhen. Nos équipes sont dès lors en mesure d’intervenir en parlant la même langue que les fournisseurs locaux.

Enfin, il est important que les entreprises analysent véritablement leurs processus actuels et déterminent ouvertement à qui doit « appartenir » chaque étape du cycle de vie. La visibilité complète fournie par une plateforme centralisée permet d’ailleurs aux équipes internes de déléguer un certain nombre de tâches tout en s’assurant d’en superviser la bonne réalisation. »


 

Contactez notre équipe