Questions Flash > Comment améliorer la productivité de son entrepôt ?



Questions Flash : les experts répondent

La question des bonnes pratiques pour optimiser la productivité de son entrepôt est régulièrement abordée dans le cadre des dossiers thématiques FAQ Logistique. Retrouvez des éléments de réponse à travers les témoignages que nous accordent les experts du secteur.


Sur quels leviers agir pour améliorer sa productivité ?

Sébastien Sliski, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions - Zetes
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (21/01/2016)

« Le business a désormais une évolutivité très rapide. Il convient donc de mettre en place des solutions agiles et évolutives.
Dans la supply chain, le temps réel devient de plus en plus une réalité.
Prenons l’exemple de la mécanisation. Elle permet de dégager une grande productivité quand on maîtrise ses flux. Cependant, vu les investissements nécessaires, mécaniser revient à figer son modèle de distribution pendant un certain temps.  

De nombreux critères doivent donc être considérés pour une modélisation performante. Chez Zetes, nous sommes partisans de la mise en place de solutions flexibles, semi-automatisées. Il s’agit avant tout d’offrir de l'évolutivité à nos clients. »


Quelles questions se poser pour savoir si son entrepôt est productif ?

Joseph FELFELI, PDG - ACTEOS
Dossier WMS / TMS > Comment réussir son projet ? > (21/12/2015)

« Dans tous les entrepôts, il convient avant tout de distinguer la productivité atteignable de la productivité moyenne. Entre les 2 niveaux, il y a en général un écart d’environ 30% à 40%.
L’optimisation des processus dans l'entrepôt permet d’augmenter la productivité atteignable, mais n'agit pas sur la productivité moyenne. L'écart va plutôt avoir tendance à s'accroître. 
La première question à laquelle il convient de répondre est donc : qu’est-ce qui fait qu'il y a un tel écart entre productivités moyenne et atteignable ?
L’écart est lié au fait que l'entrepôt ne sait pas planifier ses activités d'une façon agile. Il ne dispose d'aucune prévision valable. Comme il doit impérativement livrer pour garantir la disponibilité des produits, il va dimensionner ses ressources en fonction de la demande maximale. Mais comme celle-ci est périodique et aléatoire, quand la charge n’est pas conséquente, les ressources sont inutilement mobilisées. C’est la deuxième conséquence des solutions en îlot où la séparation est nette entre le purchase and sale et les processus logistiques   
La deuxième question est : comment désormais choisir le système d'information pour mon entrepôt ? Si on considère que l'écart ne peut être réduit à quoi donc bon de disposer d’un système d'information d'entrepôt très performant qui va augmenter la productivité atteignable et par conséquent, l'écart entre les productivités moyenne et atteignable ?

La solution ici consiste donc à doter l'entrepôt d'outils de planification prévisionnelle. Aujourd’hui, c'est le sujet le plus important d’autant plus que le nombre d'offreurs dans ce domaine est presque inexistant. C’est pourquoi, chez Acteos, nous avons mis l'accent sur ce point. »


Sur quels leviers agir pour améliorer la productivité de son entrepôt ?

Alban PERTUISOT, Consultant Senior Manager - HARDIS Group
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (30/12/2015)

« De très nombreux leviers existent pour améliorer la productivité, mais en rapport avec les éléments décrits précédemment, nous pouvons en citer 3, à savoir l’analyse des temps de cycle, la mobilité des ressources, le report des tâches administratives le plus en amont possible.
L’analyse des temps de cycle : il s’agit d’analyser le temps moyen entre le moment où un besoin (quel qu’il soit) dans l’entrepôt existe et le moment où il est satisfait. Cette démarche est particulièrement pertinente pour améliorer le réapprovisionnement des pickings  et force l’organisation à se concentrer sur la bonne coordination des flux.
La mobilité des ressources : les ressources de l’entrepôt ne peuvent plus être captives et dédiées à un métier ou bien à une tâche. La mobilité est enjeu majeur pour la productivité de l’entrepôt. C’est sur cette capacité à être mobile que repose la possibilité d’anticiper la charge et de gérer en temps la bonne adéquation charge / ressource par fonction ou par flux.
Cette mobilité impose la formation des opérateurs pour leur permettre de développer leurs compétences.

Le déport des tâches administratives : si la collaboration est de mise et répond au concept de l’entreprise élargie afin de considérer ses fournisseurs, ses transporteurs comme des partenaires, cela répond à une autre réalité beaucoup moins connue. Il s’agit de minimiser les tâches administratives répétitives et de les reporter le plus en amont possible, c’est-à-dire au moment exact où elles sont créées. Ce point peut être illustré par la saisie des rendez-vous transporteurs directement par ses équipes, alimentant aussitôt le WMS et évitant ainsi que la même information ne doive être ressaisie par les autres acteurs de la chaîne. L’entrepôt peut alors mieux se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée (services additionnels aux clients). Cela explique l’essor récent des portails web collaboratifs. »





Comment améliorer la productivité de sa préparation de commandes ?

Christian Hubert et Stéphane Brunel, Fondateurs - Komoto
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (08/01/2016)

« De notre point de vue, il n'y a pas deux cas vraiment équivalents. Il convient toujours de s'adapter au contexte : à l'implantation de l’entrepôt, au format des produits, au profil des commandes, etc.
Nous venons de citer la mécanisation. Elle peut être très forte ou beaucoup plus light et complémentaire d'opérations plus classiques.
L’assistance aux opérateurs grâce au système informatique constitue un levier intéressant. Elle permet de les guider pas à pas. 
Citons en particulier les systèmes de pick to light et put to light grâce auxquels les déplacements sont réduits. Le système informatique constitue des opérations par lot. En créant les lots pertinents, les déplacements sont minimisés.

L’ergonomie des postes de travail constitue également un levier important. Elle doit elle aussi être étudiée au cas par cas. Prenons le cas où un opérateur manipule dans une organisation donnée 3.500 pièces par jour. Un système permettant de gagner une seconde par pièce représente 15% de gain de productivité. »


Quelle démarche mener pour s’assurer que son entrepôt réponde le mieux possible à ses missions ?

Olivier LEGROS Business Consultant - Zetes

Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (Octobre-Novembre 2019)

« Pour que l’entrepôt réponde au mieux à ces missions, il faut travailler sur 3 grands axes : Réalisation agile, traçabilité et visibilité.
La réalisation agile, c’est donner aux opérateurs les bons outils pour exécuter leurs tâches. Il existe de nombreuses technologies qui apportent un réél avantage aux opérateurs : la technologie vocale, la RFID, le pick et le put-to-light, la géolocalisation, la vision ou encore l’inventaire automatique …
Il s’agit aussi bien entendu de prendre en compte le facteur humain. Les opérateurs connaissent l’entreprise, les clients, les produits. En leur donnant les bons outils, ils peuvent intégrer le bon processus logistique en prenant de meilleures décisions, ce qui influe automatiquement sur l’activité de l’entrepôt.
La traçabilité est un vrai défi. Nous partons de très loin, avec des écosystèmes qui n’étaient pas prévus initialement pour échanger leurs données.
Nous devons donc faire face à 2 défis majeurs : réussir à agréger des données qui viennent de sources différentes, mais aussi capter de l’information de la façon la moins impactante possible sur le terrain.
Prenons l’exemple du domaine pharmaceutique. Nous sommes passés successivement d’une traçabilité quasi inexistante à un suivi des numéros de lot, puis aux numéros de série avec un contrôle au niveau européen de ces numéros de série. Cela influe automatiquement sur l’activité logistique de nos clients. Il a donc fallu imaginer de nouvelles façons de travailler pour pouvoir récupérer les numéros de série sans pour autant bouleverser la productivité. C’est là que la technologie rentre en jeu.

Et en ce qui concerne la visibilité, le fait de pouvoir disposer en temps réel d’un compte-rendu de l’activité, en prenant en compte tous les indicateurs dont nous avons parlés, et de pouvoir aussi retracer la vie d’un produit (en cas de gestion des rappels d’un produit par exemple), est devenu un élément clé de réussite pour des entrepôts plus performants et plus intelligents aujourd’hui et demain. »


 

Contactez notre équipe