Les Interviews de FAQ Logistique >

Interview de M. Yohann Caboni, cofondateur de Koovea


‘‘Comment la traçabilité de température change le monde de la logistique’’


Yohann Caboni, cofondateur de Koovea

Yohann Caboni, cofondateur de Koovea

 

Date de mise en ligne : 21/10/2021


La traçabilité de température en France : quelle réglementation selon les secteurs ?

En France et en Europe, la traçabilité de température ou plutôt la mesure et l’enregistrement des températures est très réglementée dans le secteur de la santé et de la recherche. Le respect de la chaîne du froid est aussi un critère important dans l’industrie agroalimentaire mais relève davantage de bonnes pratiques que de normes strictes (même si cela tient à sérieusement évoluer, notamment avec les changements du mode de consommation des personnes dans notre société : plus locaux, plus frais, moins transformé).

Dans l’agroalimentaire on retrouve par exemple la norme EN 13486, qui régit les procédures de vérification très précises pour les types d’enregistreurs de température, utilisés pour le transport de denrées alimentaires.

D’ailleurs, les sondes de température K-TAG de Koovea sont référencées par le ministère de l’agriculture à ce titre : télécharger la liste.




Dans quels secteurs la chaîne du froid joue-t-il le rôle primordial ?

Dans la santé le suivi de température joue un rôle primordial, à plusieurs niveaux.

Pour la recherche pharmaceutique : pour garantir la chaîne du froid des essais cliniques en cours qui permettront de mettre sur le marché demain, des vaccins, des traitements issus de la recherche. Si une étude clinique est corrompue par un échantillon défectueux, ou un produit qui n’a pas respecté la chaîne du froid, ce sont des millions de dollars voire plus, des années de recherche et des potentiels soins qui sont gaspillés.

Pour les laboratoires d’analyses : pour les analyses médicales de patients, un prélèvement sanguin, de tissus ou de plasma qui n’a pas respecté la chaîne du froid peu entrainer une corruption des résultats d’analyse, ce qui peut être très grave. C’est la raison pour laquelle les laboratoires suivent la température constamment (à distance et en temps réel) que ce soit lors du stockage mais aussi pendant le transport entre les différents sites. Voir l’un de nos cas clients à ce sujet.

Koovea - Making Smart TrackingPour les établissements de santé et les pharmacies : pour les pharmacies d’hôpitaux ou indépendantes, l’enjeu est de recevoir des produits médicamenteux qui ont bénéficié d’un suivi irréprochable en amont (afin de ne pas engager leur responsabilité légale). Et, les stocker dans des frigos dont les variations de température sont surveillées 24H/24 et 7/7J. Afin de délivrer aux patients / clients des soins dont le principe actif n’a pas été altéré et donc : efficaces et sans danger d’effets indésirables (à cause d’une potentielle rupture de la chaîne du froid).

La norme EN 12830 régit les caractéristiques techniques et fonctionnelles des capteurs de mesure et d’enregistrement des températures lors du transport et du stockage.

La normes 17025 est une norme qui certifie l’étalonnage et la précision de mesure d’un capteur. (Elle est obligatoire dans le secteur médical).


Dans quels secteurs la traçabilité en température va-t-elle prendre de l’ampleur ?

Dans tous les secteurs, et pour principalement deux raisons :

  • l’évolution et le durcissement des normes qui réclament plus de visibilité, de traçabilité et de contrôle, pour répondre à des enjeux sanitaires mais aussi dans une démarche qualité accentuée.
  • l’explosion des biotechnologies, tous secteurs confondus, mais particulièrement dans la santé avec plus d’un médicament sur deux qui est issus de la recherche en biotechnologie (depuis 2010). Et ce chiffre ne cesse d’augmenter dans la recherche médicale puisque ces procédés permettent de mettre sur le marché de plus en plus de traitements médicaux et de vaccins.

Comment la traçabilité change le monde sur le plan logistique pour tous les acteurs de la supply chain ?

La traçabilité existe depuis plus de 30 ans mais les solutions ont bien évolué, grâce aux objets connectés.

Aujourd’hui, Koovea se positionne sur la prévention, l’anticipation et même la prédiction des risques de rupture de la chaîne du froid, plutôt que sur la curation.

C’est-à-dire qu’il n’est plus question de constater les pertes de produits et donc d’argent et de potentiel (pour la recherche). Mais aussi le gaspillage pour les denrées alimentaires.

Koovea propose une solution 100% innovante afin de permettre à ses clients d’empêcher les risques de rupture de la chaîne du froid, grâce à des équipements de mesure et d’envoi de la température à distance et en temps réel, dans le monde entier.

Ainsi, tous les acteurs de la chaîne logistique peuvent être alertés immédiatement dès la sortie d’une plage autorisée, et ce en sachant exactement où, quand et comment agir, pour éviter la rupture, avant qu’il ne soit trop tard.


Quelles conséquences pour les consommateurs/en quoi est-elle importante pour les consommateurs ?

Les consommateurs sont encore peu ou mal informés sur les enjeux de la chaîne du froid, notamment pour les médicaments, les vaccins ou encore les cosmétiques et l’alimentaire. Pourtant, avec l’évolution des modes de consommation, les personnes se posent davantage de questions et prennent le temps de se demander ce qu’elle consomme, d’où ça vient. Aujourd’hui Koovea, répondue à des enjeux sanitaires qui concernent les industriels, mais qui ont des conséquences directes sur le grand public, qui est le dernier maillon de cette chaîne logistique.


Site Internet de Koovea


Contactez notre équipe






  Autres témoignages

F. PETITJEAN | DESCARTES
‘‘ Chaque solution dispose de son propre ROI ’’

G. LECAIGNARD | SAVOYE
‘‘ Optimiser son ROI à travers une collaboration native TMS / WMS ’’

J. BOUR | DDS LOGISTICS
‘‘ Quelques mois suffisent pour rentabiliser un projet TMS ’’

F. BIESBROUCK | BK SYSTEMES
‘‘S’engager sur un WMS, c’est s’engager sur une relation à long terme’’

G. GARCIA / T. TSCHINSCHANG | KLS GROUP
‘‘ L’application de ratios génériques ne peut suffire ’’

B. GRAUX | ACTEOS
‘‘ Il est courant qu’un TMS soit amorti sur la première année, parfois même en quelques mois ’’