Actualité >

FM Logistic pilote deux pools : agroalimentaire et cosmétique


Publication de CP
Trouvez un fournisseur (éditeur, prestataire, conseil, entrepôt, etc.)
Newsletter FAQ Logistique

Aslog

Réunir plusieurs industriels sous le même toit dans le même entrepôt… Organiser des livraisons plus fréquentes par camions complets… Mettre en place un processus de gestion mutualisée des approvisionnements ou GMA

Cette démarche collaborative nécessite une forte implication des acteurs de la chaîne logistique, tant les industriels que les distributeurs, les transporteurs et le coordinateur : FM Logistic. Le processus réduit les ruptures de charge et minimise les kilomètres parcourus par les camions de livraison. Le partenariat avec les transporteurs intégrés dans la démarche a permis d'améliorer la qualité du transport de 5 à 10 points. Le taux de service s'en trouve finalement amélioré.

« Les processus de GMA ont fait leur preuve et sont maîtrisés. Les pools les plus précurseurs ont tous à peu près quatre années d'expériences. Les résultats obtenus sont validés : nous ne sommes plus dans le contexte de l'innovation ». Ainsi s'exprime Dominique Ory, directeur de l'expertise Supply Chain au sein de FM Logistic.

FM Logistic est une société familiale française à capitaux indépendants qui propose à ses clients depuis 2001, des solutions visant à l'amélioration de la chaîne d'approvisionnement, des prestations logistiques (entreposage, manutention, conditionnement, transport) et des prestations à valeur ajoutée telles que la massification et le pooling, tant en France qu'à l'international, notamment l'Europe de l'Ouest, l'Europe Centrale, la Russie et la Chine. Son coeur de métier concerne les produits de grande consommation. Le concept de pooling répond aux nouvelles contraintes du marché en créant de la valeur avec l'amélioration de la disponibilité des produits, de la réduction du niveau de stock, et la préservation de l'environnement. Un concept qui offre une solution pérenne et pouvant être dupliquée rapidement à un grand nombre de distributeurs et de catégories de produits.

Le concept a été présenté par FM Logistic à ses clients industriels en 2002… En l'occurrence un concept de massification des flux provenant d'industriels de toutes tailles, offrant des produits compatibles destinés aux mêmes réseaux de distribution, avec l'objectif de pouvoir livrer plus souvent les clients, tout en remplissant mieux les camions. En 2000, ce concept a intéressé un groupe d'industriels, conduisant à la réalisation d'un premier pool pilote en 2004 avec deux d'entre eux, clients de FM Logistic : Bénédicta (repris en 2008 par Heinz) et Nutrimaine qui a racheté Banania à Bestfoods Unilever en 2003. Autrefois, chacun de ces industriels effectuait des livraisons isolées aux distributeurs, à partir de leur site respectif. « À l'époque, Banania était stocké à Fontenay Trésigny (77), tandis que Bénédicta était déjà installé dans notre entrepôt de Longueil-Sainte-Marie », se remémore Dominique Ory. « Nous avons commence par transférer, fin 2004, les produits de Banania à Longueil-Sainte-Marie pour pouvoir massifier la distribution au départ d'un seul et même site ». Ces deux premiers industriels ont été rejoints en 2006 par Pastacorp dont le stock principal se trouve toujours à Chiry-Ourscamp distant de 33 km, cette commune accueillant également l'une des deux usines Lustucru en France : l'industriel a toutefois déporté une fraction de son stock chez FM Logistic à Longueil-Sainte-Marie de façon à limiter les kilomètres parcourus par les camions de livraison.

Une seconde enseigne, en l'occurrence Match, s'est intégrée dans ce pool agroalimentaire en 2006. « Cette enseigne est très active en matière de gestion partagée des approvisionnements… », estime Caroline Sellier, directrice du département GMA de FM Logistic, «… et très sensible à ce genre d'approche pour trouver des leviers d'optimisation logistique avec ses fournisseurs ». La GMA lui permettait d'augmenter la fréquence des livraisons, et du coup de bénéficier d'une diminution de ses stocks tout en garantissant une meilleure qualité de service.
Un second pool, de cosmétique cette fois, a été organisé dans l'entrepôt FM Logistic de Château-Thierry : c'est le pool baptisé CHANGES.



Le pool agroalimentaire piloté par FM Logistic

Pour mettre en oeuvre la massification multi-industrielle, il faut passer par trois étapes :
- La GPA mutualisée,
- Une étape de coordination dès que les commandes ont été générées, avec l'appel des moyens de transport,
- L'étape de préparation physique et d'expédition au sein de l'entrepôt mutualisé.

FM Logistic a fait très tôt le choix d'un outil indépendant pour mettre en oeuvre la GPA mutualisée avec Bénédicta et Nutrimaine initialement à destination de 25 plates-formes de Carrefour : OCS (Order Control System) de CTS. « Dans le premier projet pilote démarré en 2004 avec Carrefour grâce à Xavier Perraudin (directeur logistique de Bénédicta) et Philippe Brisset (Nutrimaine), nous avons pu tester les processus, l'organisation physique et celle des transporteurs, analyser enfin les résultats au niveau de la distribution », déclare Dominique Ory. Les points de livraison ont été partagés entre Bénédicta qui effectuait des livraisons à 13 plates-formes de distribution, tandis que FM Logistic servait les 12 autres plates-formes, et ce, de façon à maintenir des équipes en place. Bénédicta avait en effet une équipe GPA, un outil (EWR à l'époque d'Influe, aujourd'hui chez Generix) et souhaitait conserver sa compétence. « Nous avons ensuite développé ce pool grâce à l'arrivée d'un troisième industriel, en l'occurrence Pastacorp pour lequel nous gérons ici à Longueil-Sainte-Marie un stock avancé qui correspond uniquement aux besoins nécessaires pour les clients livrés en pooling. C'est nous qui gérons le réapprovisionnement de ce stock avancé, via l'outil de GPA : OCS, de façon à pouvoir ensuite effectuer les expéditions aux points de livraison ». Pastacorp répond ainsi au souhait du client final (Carrefour) d'être livré plus souvent de façon à pouvoir réduire son stock.

Aujourd'hui, ce sont environ 170 références Heinz, 30 références Nutrimaine et une soixantaine de références Pastacorp qui sont ainsi gérées dans un même pool, et distribuées à la totalité des 21 plates-formes Carrefour et aux deux entrepôts Match à Lomme et à Haguenau, essentiellement par camions complets… mais pas sur tous les entrepôts, car il en est pour lesquels on charge entre 20 et 25 palettes dans le même camion. À l'évidence, l'arrivée de nouveaux partenaires permettrait de compléter efficacement ce pool…

« Carrefour et Match envoient à chacun des industriels des messages INVRPT (Inventory Report, les journaux de mouvement) qui alimentent les deux logiciels OCS et EWR. Ceux-ci offrent les mêmes fonctionnalités (à quelques différences près dans la manière d'approcher les techniques de réapprovisionnement), et permettent de connaître la situation du stock, le reflet des commandes des magasins, les manquants éventuellement, les stocks et sorties promotionnelles… », détaille Caroline Sellier : « ces informations sont routées vers les deux systèmes informatiques : OCS (basé chez FM Logistic) et EWR (chez Heinz, Paris-La Défense) ». La solution ainsi mise en oeuvre permet de se partager les points de livraison, en intégrant les états d'inventaire pour l'ensemble des points de livraison, ce qui constitue une sécurité supplémentaire : si un problème informatique venait à survenir, il serait en effet possible de récupérer la totalité des informations et de reprendre la main sur la totalité des entrepôts Carrefour et Match pour le compte des trois industriels.

FM Logistic établit les propositions de commande pour certains entrepôts (prédéfinis) de Match et de Carrefour. Heinz de son côté établit des propositions de réapprovisionnement des entrepôts qui lui sont confiés. Ces propositions sont envoyées à Carrefour et à Match : les deux enseignes reçoivent autant de propositions qu'il y a d'industriels (Heinz, Nutrimaine, Pastacorp) avec les mêmes dates et les mêmes horaires de livraison. « Les deux logiciels OCS et EWR sont capables de gérer les produits de plusieurs industriels différents avec les mêmes règles de gestion, et de générer autant de propositions de réapprovisionnement qu'il y a d'industriels, sachant que les conditions générales de vente sont différentes ». Selon Caroline Sellier, « les approvisionneurs dans les entrepôts Carrefour et Match valident ces propositions et renvoient les commandes à chacun des industriels ! On retrouve là, en principe, le reflet des propositions de commandes. Des commandes qui sont injectées dans les ERP respectifs ». Il arrive très rarement que les propositions de commandes et les commandes ne correspondent pas. C'est le cas par exemple lorsqu'un déréférencement n'a pas donné lieu à une information préalable. Les distributeurs ont souvent une journée d'avance sur le prestataire logistique : les états d'inventaires correspondent aux mouvements de la veille. Une sortie très importante du stock est elle aussi susceptible de conduire à une modification des quantités proposées.

Les promotions sont intégrées dans le processus : « des réservations promotionnelles nous sont transmises par les distributeurs et par les industriels », narre Caroline Sellier : « le plan promotionnel nous est transmis par chaque industriel sur un horizon d'un mois environ. Par ailleurs, les entrepôts des distributeurs nous renvoient, trois semaines avant la date de livraison, les quantités réservées pour la promotion. Nous les intégrons sous la forme de "précommandes", avec une date de début et une date de fin de livraison ». Dès lors qu'on parvient dans cette fenêtre de livraison, et qu'apparaissent des besoins de réapprovisionnement en produits permanents, on en profite pour intégrer les volumes promotionnels dans le camion mutualisé. « En somme, les promotions font totalement partie du flux massifié », insiste Caroline Sellier : « nous gérons à la fois la partie promotionnelle et les produits permanents, ce qui nous permet d'améliorer le taux de remplissage des camions ».



La GMA en action

La coordination regroupant l'ensemble des flux et l'ensemble des commandes se déroule chez FM Logistic à Longueil-Sainte-Marie, puisque c'est dans cet entrepôt que toutes les commandes sont préparées et que les moyens de transport sont commandés.
Concrètement, comme en GPA traditionnelle, une proposition de commande est émise par chaque industriel (Heinz, Nutrimaine, Pastacorp) à l'adresse du distributeur (Carrefour).

En aval, les flux d'information reprennent leur circuit normal. Chez le distributeur, cette proposition est validée et transformée en une commande par industriel. Ce message est important car il permet de s'assurer que toutes les commandes, toutes les palettes sont présentes. S'il y avait des commandes supplémentaires du client (le distributeur), elles pourraient être placées dans une prochaine livraison. S'il s'avérait que la demande était jugée urgente par le distributeur, il faudrait alors déclencher un camion supplémentaire.

On retrouve ensuite le flux habituel des échanges d'informations : en chaque point de livraison de Carrefour se trouve un approvisionneur en relation avec un interlocuteur unique chez le prestataire logistique. Ce dernier reçoit un ordre de livraison par industriel. Il convient alors de regrouper et de synchroniser la préparation. FM Logistic dispose à cet effet d'un système informatique de planification et de coordination : Pl@net doté d'un outil baptisé "pooling". Cet outil appartenant à la catégorie des TMS (Transport Management System) permet de reconnaître les ordres de livraison de chacun des trois industriels et de les regrouper dans un même chargement pour assurer l'appel des moyens de transport du lot "poolé". L'outil perœ outre de communiquer avec le transporteur pour lui indiquer ce qu'il va avoir à charger, et d'indiquer à l'entrepôt ce qui part (à un horaire également précisé) dans un même camion complet.

Tous les soirs, les propositions de pooling sont éditées par Pl@net et contrôlées, puis envoyées aux transporteurs.

Chaque transporteur reçoit son ordre de livraison des palettes regroupées par destination, appelées à être livrées en même temps. Le regroupement permet de synchroniser les flux d'entreposage et de manutention à l'intérieur même de l'entrepôt, de façon à ce que les préparations des produits des trois industriels soient prêtes simultanément, et rangées sur le même quai d'expédition. On constate qu'aujourd'hui, les livraisons sont quasi-quotidiennes, alors que l'un des trois industriels effectuait auparavant ses livraisons avec des fréquences très peu soutenues (une expédition comprise entre tous les 15 jours et tous les mois pour certains points de livraison)… Contre une à deux livraisons par semaine aujourd'hui. Il en résulte forcément de cette accélération de la fréquence de livraison, des camions mieux remplis, des niveaux de stock réduits d'à peu près 10 à 25 %, toujours selon les points de livraison, moyennant un taux de service qui est resté stable, voir meilleur. Le taux de picking est suivi de près, tant par les industriels que par les distributeurs : il n'a pas connu d'accroissement, et ce, malgré l'accroissement de la fréquence de livraison. Le taux de massification est quant à lui voisin de 100 %



Visite de la plate-forme de Longueil-Sainte-Marie

Cette plate-forme logistique de 85 000 m² bâtie voici plus de dix ans, accueille plus de 9 clients différents et environ 400 collaborateurs travaillant en trois équipes. C'est une plateforme Seveso "seuil haut". Dans l'une des cellules de 6 000 m² se trouvent regroupés les produits des trois industriels intervenant sur le pool alimentaire : Heinz (Bénédicta) qui occupe les deux tiers de l'espace de rangement (soit 5 000 à 6 000 palettes réparties sur 7 ou 8 allées), Nutrimaine (Banania) et Pastacorp qui a repris le 1er janvier 2003 le fonds de commerce des sociétés Rivoir et Carret, Lustucru et la Semoulerie de Normandie… En fait, Pastacorp range dans cet entrepôt un stock de débord dédié à l'activité de Carrefour.

« C'est ici que nous regroupons dans le même camion trois commandes correspondant aux besoins des magasins », dit Julien Cressy, directeur des activités. Les usines de production (celle de Faverolles pour Nutrimaine, l'usine de Chiry-Ourscamp de Pastacorp, et plusieurs usines en Europe pour Heinz Bénédicta) stockent ici leurs produits : les réceptions se font sur des palettes homogènes simples, chacune d'elles étant clairement identifiée par une fiche usine où l'on retrouve toutes les informations nécessaires à la traçabilité (numéro de lot, code SSCC ou Serial Shipping Container Code, DLUO ou Date Limite d'Utilisation Optimale, quantité…) : clairement, c'est la fiche d'identification. Chacune de ses informations est scannée et intégrée dans l'outil informatique de gestion de stock en temps réel (Opale NG, développé en interne par FM2i), de façon à pouvoir éditer une étiquette de stockage propre à FM Logistic, précisant l'allée derangement, la profondeur et le niveau de rangement. La flexibilité est ici de mise de façon à accepter les effets de saisonnalité ou les promotions qui exigent pour l'un ou l'autre des trois industriels concernés, la capacité d'accueillir plus d'emplacements de rangement, momentanément, pendant une période bien spécifique.

L'expédition peut se faire en palettes homogènes, ou pour 50 % des flux, donner lieu à une préparation de commandes : dans ce dernier cas, l'étiquette identifiant chaque palette homogène prélevée dans la réserve en mode FEFO (First Expired, First Out) est scannée, tandis qu'une étiquette destinataire est rééditée avec les indications relatives au client final, et le numéro du bordereau de livraison afin de pouvoir préparer convenablement des palettes hétérogènes. L'essentiel des préparations s'effectue à la couche : un support palette est disposé afin de bien séparer les références… Sachant que certains clients exigent que les produits soient disposés sur des palettes spécifiques (LPR, Chep, Europe…) ce qui peut conduire à modifier le support tout en continuant à assurer la traçabilité des marchandises et du support.

Les commandes de chaque industriel sont préparées l'une après l'autre, et les marchandises préparées sont consolidées sur le même quai d'expédition. Le détail de chaque palette de préparation est édité avec les références et les quantités qui s'y trouvent. Un chargement unique peut enfin être lancé pour l'ensemble des trois industriels, simultanément, dans le même camion.
Lors du chargement, cette étiquette sera scannée pour confirmer qu'elle a été rangée dans le bon camion.
Finalement, ce sont en moyenne 4 ou 5 camions de livraison qui quittent chaque jour la plate-forme de Longueil-Sainte-Marie, avec un pic de charge le mercredi (10 à 12 camions) pour des livraisons en fin de semaine.
On peut lire dans l'étude du PIPAME (Pôle Interministériel de Prospective et d'Anticipation des Mutations Économiques) sur la logistique mutualisée, publiée en octobre 2009, que :
- La fréquence moyenne des livraisons a augmenté de 34 %,
- Le nombre moyen de palettes par livraison est passé de 13 à 28,
- La couverture de stock a décru de 16 %, soit 3 jours de stock en moins,
- Malgré la hausse des tarifs de transport qui a caractérisé la période de mise en oeuvre, le coût du transport a été contenu, notamment grâce à un meilleur amortissement des coûts fixes et une réduction des mises à quai,
- Le nombre de kilomètres parcourus a baissé de 56 %.



Les flux

Flux FM Logistic



Le pool cosmétique CHANGES

Dans le nom de ce pool (CHANGES), nous retrouvons les initiales des industriels Colgate Palmolive, Henkel (branche cosmétique), GSK (GlaxoSmithKline) et Sara Lee Household and Body Care. Ce pool prend en charge les produits d'hygiène et de beauté destinés à la grande distribution : gel douche, dentifrices et hygiène bucco-dentaire, shampoings, etc. Il a démarré en 2005 avec l'entrepôt (pilote) de Nîmes de l'enseigne Auchan et trois industriels : Colgate, Henkel, GSK. « Au moment du démarrage, ces trois industriels étaient logés dans trois plates-formes FM Logistic différentes », note Caroline Sellier : « GSK à Orléans, Henkel à Lieusaint et Colgate à Crépy-en-Valois ». Le démarrage était réalisé dans cette configuration. On souhaitant vérifier que ce processus (à l'époque, de la GPA concertée) avait un sens pour les industriels et pour la grande distribution, avant de prendre la décision d'un regroupement sur un même site. « Pendant la première année, FM Logistic se chargeait de la GPA (sous OCS) de GSK et de Colgate (qui de son côté gérait sa GPA avec EWR), et se concertait par téléphone avec Henkel qui travaillait avec EWR. Cette GPA concertée était fondée sur une organisation multipick avec des navettes qui remontaient d'Orléans vers Lieusaint pour y rapatrier les produits de GSK. Un premier chargement était réalisé à Crépy-en-Valois pour les produits Colgate. Le camion récupérait ensuite à Lieusaint les marchandises d'Henkel et de GSK… avant de livrer l'entrepôt d'Auchan à Nîmes ». Ce pool auquel s'est joint Sara Lee en 2008 avec la gamme de produits HBC de sa filiale entretien-hygiène-beauté (qui vient d'être cédée à Unilever), œ oeuvre des camions complets quotidiens (voire, pour certains entrepôts, plus d'un camion par jour) pour livrer des produits connaissant des effets saisonniers, des activités promotionnelles importantes, des campagnes de publicité susceptibles d'accroître considérablement la demande de certaines références. Autant dire des produits sujets à une demande fluctuante.


Pour ce pool, FM Logistic propose deux modes différents, de sorte que le niveau de responsabilité est variable, offrant une certaine flexibilité de gestion :
- Un mode de prédimensionnemement, c'est-à-dire le calcul des emplacements réservés pour chacun des industriels, sachant que chaque industriel a conservé sa responsabilité du paramétrage de ses outils et peut peaufiner sa proposition de commandes.
- Certains industriels ont externalisé leur GPA, et FM Logistic est alors responsable de l'approvisionnement.

Taux de service… Accélération de fréquences… Niveau de stock… Fiabilité des transports… Les résultats se sont avérés probants, malgré l'organisation complexe des transports. Les industriels ont alors pris la décision de se réunir sur un même site, en l'occurrence l'entrepôt de Château-Thierry. Un outil de GMA commun a été implanté : EWR MP intégrant diverses évolutions, notamment un algorithme "palettes seules". « C'est un même service hébergé par Generix qui est partagé par l'ensemble des industriels, et auquel nous bénéficions tous d'accès sécurisés, y compris le coordinateur FM Logistic », précise Caroline Sellier : « sur cette base EWR MP, se trouvent à la fois les produits Colgate, GSK, Henkel et Sara Lee. L'ensemble des états d'inventaire alimente le système. Ce sont les équipes GPA des industriels qui paramètrent le système en établissant le référencement ou en assurant le déférencement, en indiquant les substitutions, en gérant les précommandes pour les promotions, en gérant également les unités d'approvisionnement, le stock de sécurité… FM Logistic assure ce paramétrage pour le compte de GSK qui ne dispose pas d'équipe GPA ».

Comme dans le pool agroalimentaire, le flux EDI reste transparent aux distributeurs du pool Cosmétique. Ces derniers continuent à envoyer leurs états d'inventaire à chacun des industriels (Colgate, Henkel, GSK, Sara Lee) qui à leur tour assurent le routage de ces informations vers le service de Generix pour alimenter la base de données EWR MP et les y intégrer afin de pouvoir lancer le calcul de réapprovisionnement des plates-formes de chacun des distributeurs.

EWR MP Generix


Au travers d'accès sécurisés via Internet, chacun des industriels (et FM Logistic) peut se connecter à la base de données, retrouver ses propres produits (la confidentialité des informations est évidemment totalement assurée), et jouer des rôles différents : un rôle d'approvisionneur pour les industriels qui peuvent valider les propositions d'approvisionnement, le rôle de coordinateur et d'arbitre pour FM Logistic, ce qui lui permet d'intégrer chaque nuit un état des inventaires, de lancer le calcul des besoins dans EWR MP, une optimisation au plus tôt le matin afin de proposer la meilleure répartition des quantités approvisionnées par chaque industriel tout en s'assurant de l'absence de risque de rupture par une recherche automatique des produits ayant les niveaux de stock les plus bas. Il lui est possible également d'exporter les propositions d'approvisionnement dans le strict respect de la taille de lot allouée à chaque industriel. Pour Caroline Sellier, « FM Logistic intervient dans la phase d'arbitrage, en respect des niveaux de stock de chacun des produits et ce, en dynamique, c'est-à-dire selon les besoins de réapprovisionnement au quotidien (et non selon une moyenne de besoins constatée pendant une période préétablie), et des règles de gestion définies par les différents partenaires industriels de ce pool ». Voilà comment, à 8 heures du matin, chacun des industriels prend connaissance du détail des propositions d'approvisionnement de chaque plate-forme de chaque distributeur : il va alors prendre le relais, accéder à la base de données, analyser les produits proposés par le système, peaufiner les propositions qui le concernent compte tenu d'événements récents dont il vient d'avoir connaissance (par exemple, une rupture en production de l'un des produits proposés), tout en respectant la taille de lot qui lui est allouée, enfin il va pouvoir valider ces propositions. « Nous reprenons la main en vérifiant la contenance du camion complet (si jamais, un souci se présentait à l'horizon, FM Logistic jouerait son rôle de coordination et d'arbitrage entre l'ensemble des industriels)… », poursuit Caroline Sellier, «…Les propositions d'approvisionnement finalisées sont alors exportées vers les distributeurs ».

Le retour de chaque distributeur prend la forme d'une commande à chaque industriel. Commande qui est injectée dans son ERP, puis transmise à la plate-forme de FM Logistic à Château Thierry sous forme d'un ordre de préparation. Petite spécificité de ce pool : FM Logistic assure l'entreposage des produits de trois industriels (à Château-Thierry), tandis que les produits de Sara Lee sont stockés physiquement chez un autre prestataire à Soisson : toutefois Sara Lee reste le client de FM Logistic pour tout ce qui touche la GMA. Les commandes passées à Colgate, GSK, Henkel sont par conséquent préparées à Château-Thierry, regroupées sur un même quai d'expédition, tandis qu'une navette récupère les volumes de Sara Lee à Soisson, les amène à Château-Thierry de façon à achever le remplissage du camion de livraison, en faire un camion complet avec des livraisons quasi-quotidiennes (contre une à trois livraisons par semaine auparavant, par des camions remplis à hauteur de 19 palettes, 9 palettes, 18 palettes, et 15 palettes selon les industriels), et réaliser in fine une expédition commune. « Nous obtenons une meilleure régularité des flux et nous enregistrons une réduction de 50 % du nombre de camions se présentant en réception sur les points de livraison, soit 300 000 km en moins, ce qui contribue à la réduction des émissions de CO2. Cette contribution mesurée sur 6 entrepôts pilotes était de 241 t au cours de l'année 2008 », conclut Caroline Sellier. Pour y parvenir, il a bien entendu fallu travailler sur l'optimisation du taux de remplissage des camions. « La GMA que nous avons mise en place limite au maximum le multipick, donc les ruptures de charge ».

Jean-Claude Festinger
www.aslog.org


Ressources complémentaires :


Caroline SELLIER-SULFOUR, Directeur Développement GPA mutualisée de FM Logistic
 

‘‘FM Logistic a développé une compétence de coordinateur basé sur la gestion mutualisée des approvisionnements des distributeurs''
Parole d'Expert
29 Août 2013

Caroline SELLIER-SULFOUR, Directeur Développement GPA mutualisée de FM Logistic, explique le concept et les objectifs du pooling à travers le cas concret de SPHINX, pool agro-alimentaire de Longueil-Sainte-Marie.






FAQ logistique est un média relayant les actualités des secteurs transport, logistique et supply-chain. Les communiqués de presse publiés sur FAQ Logistique ne sont pas rédigés par nos équipes mais directement par les sociétés qui souhaitent les diffuser sur notre site.

FAQ logistique ne peut donc en aucun cas être considéré comme responsable de leurs contenus. Pour toute question relative à un communiqué, nous vous invitons à vous rapprocher directement de la société concernée.



Contactez notre équipe