Actualité >

Système d'information: OCS de CTS


SDCom'

Aslog

À l'origine de l'informatique mutualisée, il y a le progiciel OCS (Optimisation des Commandes et des Stocks), conçu et réalisé par le Centre Télématique Services (CTS) pour satisfaire les exigences de Mars Unisabi en quête de GPA.

Conseil en systèmes informatiques, et éditeur de logiciels, CTS est une SARL née le 1er juillet 1986 à Orléans et gérée par son fondateur Alain Vincent. Au 31 décembre 2009, elle annonçait un chiffre d'affaires de 1,382 M€ pour un effectif de 15 personnes. C'est aujourd'hui Alain-Jacques Vincent, son fils, qui a la responsabilité informatique et technique de l'entreprise et qui poursuit le développement du logiciel OCS de gestion des approvisionnements.

« En 1989, le groupe Mars Masterfood représenté par Bruno Bourgeon, a confié au Centre Télématique Services la réalisation du premier logiciel de gestion partagée des approvisionnements avec Promodès », narre Alain-Jacques Vincent : « nous recevions alors les états d'inventaire (sorties et stocks) via le Minitel… l'EDI n'existait pas encore ». Parmi les premiers industriels clients de CTS figuraient Reckitt Benckiser, Colgate et Unilever.

« Par la suite, Maël Barraud créait sa propre entreprise : Influe, avec qui un premier accord était signé pour la vente du logiciel de OCS… Avant qu'il ne crée son propre progiciel concurrent, EWR ». Il n'empêche qu'OCS continuait à se développer pour Mars et pouvait se targuer de trouver L'Oréal parmi sa clientèle (en l'occurrence LaSCAD, Gemey, Garnier), gagnant même récemment des parts de marché avec des clients prestigieux tels que Lu, Danone, Kraft. « Aujourd'hui, une soixantaine d'entreprises, des grosses sociétés, comme des PME/PMI font de la GPA avec notre solution », précise Alain-Jacques Vincent ajoutant : « nous avons lancé la GMA en 2006 avec FM Logistic qui démarrait le premier pool associant Benedicta et Nutrimaine, auquel s'est joint ultérieurement Pastacorp ».

Toujours en 2006, le logiciel OCS était mis en place par ID Logistics sur sa plate-forme de Cavaillon. Apparemment, d'autres prestataires logistiques sont dans les starting-blocks pour lancer des projets similaires associant le logiciel OCS à leur propre système de gestion d'entrepôt.

De son côté, IPS Europe, le 4PL (4th-Party Logistics Provider) de la GMA, a mis en oeuvre le logiciel OCS dans un pool regroupant Kimberley-Clark et Kellogg's, ainsi que dans un autre projet de pool resté confidentiel.

FM Logistic… ID Logistics… IPS Europe… Les premiers essais de GMA sont apparemment transformés. « Depuis le début de l'année, nous constatons le passage à la vitesse supérieure », constate Alain-Jacques Vincent.



L'Optimisation des Commandes et des Stocks

En somme, CTS développe un logiciel polyvalent, en l'occurrence OCS, tant pour la GPA (Gestion Partagée des Approvisionnements) que pour la GMA (Gestion Mutualisée des Approvisionnements). Un logiciel qui gère 20 enseignes et 200 entrepôts, et sait traiter les produits standards, comme les promotions, la gestion en palettes, en couches, boxes, cartons, unités consommateurs… Plus de 1 500 clients en France l'utilisent : Andros, Cadbury, Dior, Emtec, Fischer, Fujifilm, Heineken, Intermarché, Lactel, Materne, Minute Maid, Ryssen, Whirlpool… « Certains clients tels que Cristal d'Arques exploitent notre logiciel pour des relations de fournisseur à fournisseur, par exemple pour le réapprovisionnement en juste à temps et si possible en camions complets, d'un industriel par un producteur d'emballages », poursuit Alain-Jacques Vincent : « ainsi en est-il de l'approvisionnement d'Amora en pots de verre. OCS reçoit chaque semaine le plan de production d'Amora, découpe ce plan de production en camions complets, y ajoute le stock de sécurité et réapprovisionne l'usine en juste à temps ». Dans un autre contexte, celui du projet FastNet de Lu, OCS reçoit les commandes des distributeurs (Carrefour, Auchan…). L'heure et la date de préparation de chacune de ces commandes sont fournies par un système interne de Lu. OCS traite ce portefeuille de commandes et effectue leur découpage en camions complets de façon à réapprovisionner en juste à temps l'entrepôt de préparation, par l'usine de fabrication des produits Lu. « Le stock de l'entrepôt de préparation a pu être réduit à 3 heures seulement », admet Alain-Jacques Vincent.

Quid du domaine de la GPA traditionnelle ? De nombreuses références peuvent être citées. Ainsi en est-il du groupement Intermarché (Les Mousquetaires) qui a choisi OCS pour le réapprovisionnement de ses 38 bases logistiques en France (produits frais, secs, mixtes, gel et marchandises générales) par sa propre infrastructure de production qui lui garantit une royale indépendance d'approvisionnement : ses unités de production représentent 60 sites en France, un chiffre d'affaires de 2,9 milliards d'euros en 2009, et plus de 8 500 collaborateurs, ce qui en fait un acteur incontournable de l'industrie agroalimentaire. Une quinzaine de ces usines ont été équipées par CTS, notamment celles d'embouteillage de l'eau, du vin, ainsi que le "moulin" de production de pain congelé.



OCS, logiciel simple, orienté utilisateur

OCS est un logiciel en français et en anglais : chaque utilisateur a son code d'accès et son mot de passe pour assurer la confidentialité des échanges. Tout est filtré : chacun ne voit que les informations le concernant, mais les calculs prennent en compte l'ensemble des données des différents industriels appartenant à un même groupe. Différents utilitaires servent à paramétrer le logiciel, définir le groupe d'appartenance (les différents industriels avec qui la mutualisation est effective) ou les modes de transport (des camions, des wagons…) qui seront mutualisés. S'y ajoute une phase d'interfaçage, en l'occurrence les "tuyaux" EDI permettant de recevoir les états d'inventaire et de renvoyer les ORDERS à chacun des industriels. Une phase d'automatisme est également prévue pour confier à OCS les travaux de nuit : le matin, l'utilisateur n'a plus qu'à valider les propositions de commandes reçues au cours de la nuit. Enfin, une phase de reporting sert à l'ensemble des analyses : mesure de la qualité de service, détermination de la couverture moyenne, analyse de l'unité logistique optimale, visualisation des sorties et des stocks, analyse des manquants, suivi des modifications de propositions…

Le coeur d'OCS se trouve sous l'onglet "préparation", où l'on peut la fiche propre à chaque produit (fond de rayon ou promotion) et donnant sa description (nombre d'unités consommateur dans un même carton, nombre de cartons par couche, poids de la palette, etc.), intégrant les codes à barres de l'unité consommateur, du carton, de la palette… Chaque distributeur possède des entrepôts à approvisionner : pour chaque entrepôt, sont fixées des règles de calcul (taux de service, nombre de jours de stock…), le délai de réapprovisionnement, les jours de livraison autorisés, le mode de livraison (camions de 33 palettes, wagons complets, nombre de points volumétriques ou de points tarifaires…). Les produits à stocker dans chaque entrepôt sont indiqués dans le référencement. Il suffit dès lors de "brancher les tuyaux" pour que l'industriel reçoive chaque jour par EDI l'état d'inventaire, les sorties de l'entrepôt et le niveau de stock, puis, compte tenu de la couverture désirée par le distributeur, de déterminer la quantité à réapprovisionner en palettes complètes, en couches ou en cartons, et ce, à la bonne date, en tenant compte des règles imposées. Et pour constituer le camion complet, l'outil informatique analyse tous les produits susceptibles de compléter un camion, saupoudre les places disponibles au sol sur tous les produits (ceux les plus près du stock minimal), par des itérations successives de façon à ce que la couverture de stock soit homogène en finale.

Dans le cas de la mutualisation des livraisons de quelques industriels ayant à réapprovisionner le même entrepôt de distributeur, OCS considère la totalité de leurs produits et propose la constitution d'un camion complet en tenant compte des couvertures de stock à respecter par chacun des industriels dans leurs contrats respectifs signés avec les distributeurs. OCS reçoit chaque nuit l'état d'inventaire (sorties de stocks, manquants) des différents industriels présents dans le pool, intègre ces données, prend en compte le plan de promotion et ceux des produits dont le stock est proche du seuil minimal. Le distributeur peut imposer également la satisfaction

d'une "commande imposée" pour les magasins, appelée à être livrée en cross-docking : OCS, positionne d'abord cette "commande imposée" dans le camion, puis complète le camion. Le processus se poursuit automatiquement jusqu'à ce que le camion soit plein : le tiers de confiance n'a plus qu'à décider des livraisons compte tenu des règles communes. Il peut augmenter les fréquences de livraison en livrant moins à chacun… C'est le principe même de la GMA.

Jean-Claude Festinger
www.aslog.org


 


FAQ logistique est un média relayant les actualités des secteurs transport, logistique et supply-chain. Les communiqués de presse publiés sur FAQ Logistique ne sont pas rédigés par nos équipes mais directement par les sociétés qui souhaitent les diffuser sur notre site.

FAQ logistique ne peut donc en aucun cas être considéré comme responsable de leurs contenus. Pour toute question relative à un communiqué, nous vous invitons à vous rapprocher directement de la société concernée.



Contactez notre équipe