Notions > Transversalité > Logistique


Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

L’ASLOG définit la logistique comme "l'art et la manière de mettre à disposition un produit donné au bon moment, au bon endroit, au moindre coût et avec la meilleur qualité".

En effet, la logistique doit coordonner tous les processus organisationnels, administratifs et de gestion afin d’assurer qu’un produit ou service sera livré ou mis à disposition pour le bon destinataire, dans les meilleurs délais, en bonne quantité et avec le coût le plus compétitif.
Pour ce faire, la logistique doit donc couvrir des actions qui vont de l’achat (gestion des fournisseurs), en passant par l’entreposage (gestion de stock et d’entrepôt) jusqu’au transport de distribution final (livraison).

La logistique comprend donc l’ensemble des activités destinées à assurer la bonne coordination entre la demande et l’offre. Elle gère aussi bien les flux de produits et de matières que les flux d’informations relatifs à une activité.

La fonction logistique occupe une place de plus en plus importante au sein des organisations.

 

Périmètre de la fonction logistique

De part sa nature transversale, la logistique peut couvrir dans son périmètre des fonctions telles que :

En Amont :

  • L’organisation des approvisionnements en matière première
  • L’adéquation entre besoins d’approvisionnements et production
  • La gestion du panel des fournisseurs et l’optimisation des achats

Au sein du site de production / transformation :

  • La gestion de l’entreposage
  • Le pilotage des niveaux de stocks
  • Les analyses de qualité des composants de production
  • L’optimisation des flux (produits, informations, ressources…)
  • La définition et mise en place des systèmes d’information adaptés

En Aval :

  • La préparation des commandes
  • Le pilotage du service client
  • L’optimisation des schémas de distribution
  • La gestion des retours et du recyclage

D’après l’ouvrage Stratégie Logistique (Alexandre K. Samii, 2004) : « la logistique est le processus triple de planification, d’approvisionnement et de clôture d’une commande (fulfilment) à la satisfaction du client :
- qui anticipe les désirs et les volontés des clients ;
- qui permet de se procurer le capital, les matières, le personnel, les technologies et l’information nécessaires pour réaliser ces désirs et volontés ;
- qui permet d’optimiser et d’utiliser les réseaux de distribution de biens matériels, d’informations et de services afin de satisfaire complètement et rapidement la commande ou l’ordre placé par le client au coût le plus juste.
»



La logistique peut être donc considérée comme une fonction stratégique pour les organisations. En effet, elle doit avant tout garantir la cohérence entre les processus internes, propres à l’organisation et les attentes du marché, le tout en intégrant les contraintes externes.

La logistique est bien entendu une source de valeur ajoutée. Elle vise à implémenter les principes de l’amélioration continue dans tous les processus de la chaîne d’approvisionnement. L’optimisation, l’adaptabilité et la robustesse sont des mots d’ordre pour la fonction logistique. Mais elle doit également s’assurer de bien comprendre les attentes et besoins des clients. Si cela n’était pas le cas, elle risquerait d’apporter de la valeur là où le client n’est pas sensibilisé.

Si nous faisons un parallèle avec la fonction marketing, la logistique est elle aussi basée sur la satisfaction du client. Alors que le mix marketing s’articule autour des 4 P (Prix, Produit, Promotion et Points de vente), le mix logistique regroupe 6 composantes de coûts :

  • les coûts de traitement des commandes
  • les coûts intrinsèques des stocks
  • les coûts d’entreposage
  • les coûts de production définis par lots
  • les coûts de transport
  • les niveaux de services clientèle

Ce mix logistique permet de situer rapidement les leviers sur lesquels la logistique peut et doit agir afin d’être la plus performante possible. La comparaison avec le marketing permet également de démontrer que pour la fonction logistique, ainsi que pour le marketing, la satisfaction du client est à la source de toute réflexion stratégique.

Au fil des années, la logistique est devenue une discipline à part entière du management. Et ce, grâce en partie à son fort potentiel pour apporter des améliorations significatives aux processus et à l’organisation des entreprises. Améliorations qui se traduisent en économies de temps, de coûts, de ressources.
Cependant, la logistique reste un domaine d’experts. De par sa technicité, sa rapide évolution et sa connexion directe avec les notions de production, de systèmes d’information et d’organisation.

Deux exemples cités ci-dessous permettent d’illustrer les compétences pointues nécessaires à la bonne réalisation des projets logistiques :

Projet : optimisation d’un schéma directeur d’entrepôt

L’objectif du projet est de proposer des préconisations techniques pour améliorer le flux de produits et d’informations dans un entrepôt. L’expert en logistique doit connaître en détail quelle est l’organisation actuelle de l’entrepôt afin d’établir un état de lieux précis et objectif. Ensuite, il doit pouvoir avoir un œil critique sur le fonctionnement de l’entrepôt pour construire un diagnostic technique et fonctionnel. Ce diagnostic lui permettra d’identifier quelles sont les causes des dysfonctionnements et enfin d’établir un plan d’améliorations à apporter. Pour la phase des préconisations, le logisticien doit maîtriser parfaitement des sujets comme : l’optimisation d’entrepôts, les outils informatiques du type WMS (Warehouse Management Systems), les techniques de préparation de commandes et de gestion de stocks, etc.

Projet : refonte globale d’un plan de transport pour la distribution

L’objectif du projet est d’optimiser le plan ou schéma de transport utilisé en standard pour la distribution de marchandises, le tout en tenant compte des contraintes internes (capacité et disponibilité des moyens de transport) et externes (législation, géographie).
L’expert en logistique doit maîtriser les techniques d’optimisation des réseaux de transport basées sur les principes de la recherche opérationnelle. Il doit aussi être en mesure d’intégrer l’ensemble des contraintes liées à l’activité proprement dite et à son contexte. Le logisticien doit interpréter parfaitement la décomposition des coûts liés au schéma de transport, tels que : le coût de location d’une flotte (si moyens sous-traités), le coût de production au km (si moyens propres), le coût du temps passé sur une plateforme ou site intermédiaire, le coût de dédouanement (si la marchandise est importée), les frais de péage et tunnels, les frais des ports import / export, etc. Ces notions lui seront indispensables pour proposer une solution optimale de transport.


Ressources également disponibles :

Le Bon sens de la logistique
 
Le Bon sens de la logistique - Extraits de l'ouvrage d'Etienne Gancel, Editions Publibook

La logistique est l'activité ayant pour but la bonne gestion des flux physiques de marchandises entre les acteurs économiques. La mondialisation et les exigences de réactivité lui ont aujourd'hui donné un statut de science indispensable à maîtriser. Apparue peu avant les progiciels informatiques, les experts en logistique ont néanmoins vite été remplacés par des logiciels experts, et la facilité qui est ainsi offerte peut nous faire perdre la raison.
Allant à contresens de cette tendance, E. Gancel défend l'idée que la logistique doit rester une affaire de bon sens avant d'être confiée à des machines.

 
Le Bon sens de la logistique
 
Transport et Logistique : jumeaux siamois ?- Jean-Joël Tekou Tene, Legal Advisor in Transport and Energy Law Sector

Les termes transport et logistique font partie de ces notions qui vont toujours ensembles. Celles-ci sont généralement confondues par les jeunes apprenants que sont les étudiants, mais aussi, et autant que cela puisse paraître surprenant, par les professionnels. En effet, avec l’évolution technologique dans le domaine des transports, le recours de plus en plus à la sous-traitance, la sophistication de l’outil industriel et la transformation des méthodes d’acheminement des produits et des personnes, elles sont devenues aujourd’hui, des activités indissociables au point de rappeler les fameux « jumeaux siamois » . Si l’on peut justifier à certains égards cette confusion dans la pratique, il ne faut cependant pas se méprendre sur la réelle signification qu’incarne chaque concept.

 
FAQ Logistique Conseil
 
Relations entre logistique et production : le cas de l’industrie automobile

En Europe, le secteur automobile connaît une croissance lente d’un point de vue macro-économique. Cette tendance est susceptible de continuer à affecter le marché des véhicules neufs. Le marché est également marqué par la fragmentation de l‘offre avec notamment le développement de l’offre de véhicules de niches au détriment des véhicules les plus traditionnels.
 
Enquête 2013 Fed Supply : Recrutement des fonctions logistiques
 
Enquête 2013 : « Attirer, rémunérer, fidéliser : recrutement des fonctions Logistiques »

Cette étude, accompagnée d’une description des métiers du secteur et des rémunérations observées en France par les consultants Fed Supply répond aux types de questions ci-dessous : Le marché de l'emploi est-il favorable aux candidats du secteur de la Logistique ? Comment jugent-ils de l'attractivité d'un poste ? Quels sont les critères qui favorisent leur fidélité à une entreprise ?
 
FAQ Logistique Conseil
 
La Logistique automobile

L’industrie automobile représente aujourd’hui un secteur à forte valeur ajoutée. Nombreux sont les acteurs qui interagissent au sein de cette industrie : concepteurs, assembleurs, fournisseurs de pièces, équipementiers, transporteurs, commerciaux…
 
Marketing Stratégique
 
Les relations entre la Logistique et le Marketing

Pour les entreprises, une relation constructive entre marketing et logistique semble primordiale, le marketing agissant en donneur d’ordre vis à vis de la logistique : une fois la stratégie marketing définie (recensement et analyse des besoins futurs des clients en termes de produits et de services), il convient à la fonction logistique de voir comment mettre en oeuvre "dans la pratique" les grands principes définis par le marketing, et ce, au moindre coût.
 
GCL
 
La logistique durable

Le développement durable reste plus que jamais d’actualité malgré des turbulences économiques qui ont redéfini les priorités sur le court terme. Dans les entreprises, règne à ce sujet un sentiment confus alimenté par trois approches. « Il faut changer notre mode de produire et de consommer pour éviter le désastre écologique annoncé », « De toutes les façons la loi nous forcera tôt ou tard à le faire », « La concurrence est déjà en train de prendre de l’avance », etc.
 
GCL
 
La Reverse Logistique

Si la maitrise des flux logistiques semblent être maitrisée par les industriels et les prestataires de services, il en est certainement tout autre en ce qui concerne la maitrise des flux de retours, appelé autrement reverse logistique, logistique à rebours ou distribution inversée. La logistique à rebours est un thème émergeant du champ de la logistique tant pour les praticiens que pour les chercheurs. Déjà l’industrie des pâtes et papiers possède des réseaux de récupération bien établis alors que d’autres secteurs d’activités, comme celui de l’automobile, sont à développer les bases de leur réseau à rebours.
 
Gestion de la production et de la logistique
 
Gestion de la production et de la logistique
Chapitre 11. Les tendances de devéloppement
- Extraits de l'ouvrage de Hans-Dietrich Haasis, Editions Publibook

La production et la logistique ensemble sont très souvent comprises aussi comme processus de création de valeur. La création de valeur de l’avenir suivra certaines tendances du développement. Celles-ci sont déterminées de façon pertinente par les conditions et les possibilités de production et de la logistique. La production et la logistique de l’avenir peuvent être décrites différemment, mais demeurent toutefois une esquisse. L’avenir peut avoir d’autres points centraux, bien que quelques-uns soient déjà marqués. Dans cet apport, la production et la logistique de l’avenir sont décrites à l’aide des caractéristiques bien choisies, et ce en se penchant au mot anglais LOGISTICS : Lead Factor, Optimised VALUE, Global Sourcing, Production and Distribution, Intelligent, Sustainable, Team Knowledge, Interfaces, Client Driven, Security and Safety.
 


Nos conseils de lecture :


La logistique, Que sais-je ?
de Daniel Tixier et Hervé Mathe

Présentation de l’éditeur
Associer la maîtrise des coûts à la qualité et à la rapidité de la réponse aux demandes des utilisateurs, coordonner l'offre et la demande, tel est l'enjeu de la logistique.

Cet ouvrage présente ce qu'elle est aujourd'hui, montre en quoi elle devient un outil stratégique lié au marketing et analyse comment elle doit exploiter les mutations technologiques.

Contactez notre équipe