Les Dossiers Thématiques > Transport > Performance transport : comment l'optimiser ? > Interview d’Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SIS



Performance transport : comment l'optimiser ?

  INTERVIEW

‘‘Le taux de service s’avère plus important que l'optimisation économique du transport’’ O. SCHULMAN, A-SIS

Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SISInterview d’Olivier SCHULMAN, Responsable du Développement TMS d’A-SIS
Réalisée le 09/05/2016 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Performance transport : comment l’optimiser ? ».

Sur quelles composantes la performance transport d’une entreprise repose-t-elle ?

Je considère que la performance transport des chargeurs doit s’appuyer sur 4 composantes :
- l’optimisation de l’exploitation
- le pilotage et la mesure du taux de service des livraisons
- le contrôle des factures
- la simulation

  Autres contributions

Jérôme BOUR, DDS Logistics
‘‘ Les transporteurs peuvent être très ingénieux dans la conception de leurs tarifs ’’

Fabien PETITJEAN, Acteos
‘‘Le TMS est un investissement qui va véritablement ramener des gains de manière récurrente ’’

Florian CIMETIERE, ITinSell
‘‘ Il y a un basculement vers la recherche de fiabilité et de services supplémentaires ’’

Sébastien SLISKI, Zetes
‘‘ Le client détient désormais une place centrale dans l’analyse de la performance transport ’’

  1. L’optimisation de l’exploitation

Au départ des sites expéditeurs (usines ou entrepôts), les chargeurs doivent successivement :
- regrouper les commandes entre elles de manière à constituer les camions les plus complets possible 
- sélectionner le meilleur transporteur en termes de tarifs / délais / qualité de service
- automatiser les échanges avec les transporteurs, de manière à limiter les tâches administratives chronophages.

D’autre part, certaines sociétés louant les moyens sont confrontées à un autre enjeu. La performance économique de leurs opérations de transport est directement liée à leur capacité à optimiser les tournées.

  1. Le pilotage et la mesure du taux de service des livraisons

Pour un industriel comme pour un E-commerçant, la livraison représente la partie visible du business. Le taux de service (qualité et respect du délai) est donc devenu fondamental.

S'il est dégradé, c'est l'image de l'entreprise et potentiellement son business qui sont en danger. C'est particulièrement le cas lorsque le bien concerné entre dans un processus de fabrication industrielle et qu’un retard de livraison risque d'immobiliser la chaîne de production du client. Celui-ci favorisera alors un fournisseur en mesure de lui assurer une fiabilité de ses expéditions.

Le taux de service devient dans ce cas plus important que l'optimisation économique du transport.

  1. Le contrôle des factures

Le contrôle fin des factures émises par les prestataires permet de mieux maîtriser le budget transport. Or, aujourd’hui, nombre de sociétés ne contrôlent pas ou seulement partiellement leurs coûts. C'est alors du budget transport qui s'évapore.

  1. La simulation

L’enjeu est ici plus tactique. Il s’agit pour le chargeur de simuler les impacts des nouveaux tarifs des transporteurs ou l'introduction de nouveaux flux. C'est particulièrement important dans les phases d’appel d’offres.

De même, la simulation peut par exemple aider l’expéditeur à mesurer les impacts des changements de fréquence de livraison sur ses coûts.




De quels éléments dépendent les critères de sélection des transporteurs ?

Ils sont en premier lieu liés au type de marchandise concernée. Transporter du colis et des bobines d'acier sont des activités complètement différentes. Les modes de transport (messagerie, express, affrètement, etc.) et à fortiori les transporteurs ne seront pas les mêmes.

Par exemple pour des produits lourds, l’affrètement sera privilégié, des colis qui doivent être livrés en 24h00 nécessiteront d’utiliser un service express tandis que de la palette standard pourra être expédiée par des messagers.

Selon la typologie du bien, il convient donc de déterminer le mode de transport pertinent.

Une fois celui-ci arrêté, on passe à la phase de sélection du transporteur. C'est là que les critères de coût, délai et qualité seront utilisés, mais leur importance relative aura tendance à différer en fonction du mode retenu.

Prenons le cas de l’express. Il englobe des prestations qui peuvent aller de 12h00 à 48h00. Le critère de délais est donc fondamental et a bien entendu un impact sur le coût.

Dans l'affrètement, le nombre d’acteurs est beaucoup plus important. Certaines industries baseront leur choix sur le seul critère du coût. C’est par exemple le cas si un jour de retard dans la livraison a un impact modéré sur les ventes du client.

Dans d'autres types d'industrie, les importances relatives du coût et de la qualité seront beaucoup plus équilibrées. Par exemple, une société qui livre des constructeurs automobiles ne doit pas sélectionner un transporteur sur le seul critère du tarif si celui-ci risque de ne pas assurer un service suffisant. Il conviendra plutôt de privilégier un prestataire qui présente bien ces moyens tous les jours aux portes de l’entrepôt ou du site expéditeur.

En effet, si le transport n’est pas assuré, la société ne sera pas en mesure de livrer son client industriel automobile en temps et en heure avec des impacts sur la production très importants.
Le client réclamera alors des indemnisations à son fournisseur.


Expliquez-nous comment le TMS d’A-SIS contribue à améliorer la performance transport des chargeurs.

Après avoir récupéré les commandes de l’ERP ou du WMS, le TMS regroupe les commandes selon les zones de départ et d'arrivées. Il détermine ensuite les meilleurs modes de transport (express, affrètement messagerie, flotte propre, etc.) puis sélectionne les transporteurs en termes de coût / délai / qualité.

Il envoie alors aux prestataires retenus les demandes d’affrètement ou d'enlèvement par EDI pour les messagers et les expressistes.

L’outil permet également aux transporteurs de prendre rendez-vous sur les quais des chargeurs.
Le transport est alors exécuté et suivi jusqu'à la livraison au client final avec remontée de tous les événements en EDI (express et messagerie) ou via les affrétés.

Dans le cas où les chargeurs possèdent leur propre flotte de camions, l’outil permet de gérer l’optimisation de leurs tournées

Une fois la prestation réalisée, le TMS émet une préfacture sur la maille souhaitée (à la journée, à la semaine, au mois, etc.) et la transmet au transporteur. La facture reçue de la part du prestataire est contrôlée avec analyse des écarts par rapport à cette préfacturation.

Notre TMS propose également la génération d'indicateurs (KPI) sur les taux de service, les chiffres d'affaires transport par secteur, les chiffres d'affaires par transporteur, etc. afin de piloter finement la performance du chargeur.

Enfin sur le côté simulation, notre solution permet d'intégrer les nouveaux tarifs des transporteurs, d’en simuler l'impact sur l'historique de flux et de comparer les offres entre elles.


Qu’est-ce qui différencie votre offre de celle de vos concurrents ?

Ce qui différencie A-SIS de pure players uniquement positionnés sur des solutions TMS est que, justement, notre offre couvre la supply chain dans son ensemble. Elle part de l'APS jusqu’au TMS en passant par le WMS, le tout piloté par l'OMS. Dans chacun de ces domaines, A-SIS est allé chercher l'expertise requise.

Notre solution permet ainsi de piloter la chaine d'exécution dans son ensemble. C’est un vrai plus pour un Directeur Supply Chain souhaitant pouvoir disposer d’une solution très intégrée.

Bien sûr, notre TMS peut vivre en stand alone. Mais le client qui retient notre solution sait qu’il pourra ensuite facilement la relier à du WMS, de l'APS et de l’OMS. Il dispose donc d’une visibilité en termes de roadmap de logiciel intéressante.


Bio Express :

Olivier SCHULMAN a commencé son parcours dans l'informatique au milieu des années 1990. Il a ainsi démarré sa carrière chez CCMX, éditeur de logiciel de gestion ensuite racheté par le groupe CEGID.

En 1995, il rejoint le GARTNER Group, cabinet de conseil en stratégie (vente d'études de conseil en stratégie système d'information).

Directeur d'agence chez ALTEN, il réalise de la délégation de personnel informatique. En 2000, il devient Directeur Commercial chez DDS Logistics, éditeur de logiciel de TMS. Il a rejoint A-SIS en 2016 pour prendre en charge le développement de l'offre TMS.

Site Internet d’A-SIS : http://www.a-sis.com/


Contactez notre équipe