Les Dossiers Thématiques > Transport > Performance transport : comment l'optimiser ? > Interview de Mr Jérôme BOUR, Directeur de DDS Logistics



Performance transport : comment l'optimiser ?

  INTERVIEW

‘‘Les transporteurs peuvent être très ingénieux dans la conception de leurs tarifs’’ J. BOUR, DDS Logistics

Jérôme BOUR, Directeur de DDS LogisticsInterview de Mr Jérôme BOUR, Directeur de DDS Logistics
Réalisée le 14/04/2016 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Performance transport : comment l’optimiser ? ».

Quelles sont les composantes de la performance transport d’une entreprise ?

Nous identifions trois composantes : le coût, la qualité de service et l'impact écologique.

  Autres contributions

Fabien PETITJEAN, Acteos
‘‘Le TMS est un investissement qui va véritablement ramener des gains de manière récurrente ’’

Olivier SCHULMAN, A-SIS
‘‘ Le taux de service s’avère plus important que l'optimisation économique du transport ’’

Florian CIMETIERE, ITinSell
‘‘ Il y a un basculement vers la recherche de fiabilité et de services supplémentaires ’’

Sébastien SLISKI, Zetes
‘‘ Le client détient désormais une place centrale dans l’analyse de la performance transport ’’

  1. Le coût

Le coût doit être rapproché de l’objectif de niveau de service.  Sa structure va donc dépendre du positionnement commercial de l'entreprise. On ne peut analyser avec les mêmes référentiels une politique de livraison systématique à J+1 avant midi et une politique de livraison dans la semaine.

La performance va alors pouvoir se mesurer en étant rapportée à des benchmarks effectués auprès d’entreprises comparables.
  1. Le niveau de service

Il s’agit de mesurer le niveau de service des prestataires par rapport :
- à l'objectif assigné,
- à l’évolution de la performance dans le temps,
- et si possible à des éléments de benchmark

Par exemple, la FEVAD (Fédération E-commerce et Vente A Distance) édite un observatoire de la logistique e-commerce dont DDS Logistics est un des trois membres fondateurs. Cet observatoire permet aux e-commerçants de mesurer leur niveau de service différencié par rapport à des critères tels que les zones géographiques ou les types de produits.
Il devient ainsi possible de s’assurer de la pertinence de ce qui est comparé. À savoir, des prestations répondant aux mêmes contraintes. Il n’y a effet aucun intérêt de comparer la livraison d’un lave-linge en étage à celle d’un livre déposé dans une boîte aux lettres.

  1. L’impact écologique

Aujourd’hui, le début de prise de conscience concerne les émissions de gaz à effets de serre, convertis en équivalent tonne.Co2.

D'autres éléments devraient, dans le futur, être également suivis : la nuisance sonore, la congestion du réseau urbain, etc.

Pour tous ces indicateurs, il convient cependant d’avoir conscience que les modes de calcul restent imprécis, agrégeant des données issues de partenaires externes ayant eux-mêmes procédé à des approximations tout au long de leurs calculs. On empile en quelque sorte les approximations. En valeur absolue, ces résultats ont donc un degré de précision très limité. C’est pourquoi notre conseil est plutôt de raisonner sur des tendances.

L’intérêt sera de mesurer dans le temps si on arrive à une réduction de ces émissions.



Vous venez d’évoquer le baromètre de la FEVAD. Par qui est-il consultable ?

Les données consolidées sont accessibles à tous.
 
L'accès au détail du baromètre suppose de passer par l'un des trois éditeurs partenaires, l’intérêt étant de confronter ses propres données au benchmark tout en ayant l’assurance que l’on compare bien des choses comparables.

Passer par un TMS e-commerce comme le nôtre, permet d’extraire ses propres indicateurs de service et de les rapprocher de ceux de la FEVAD en étant sûr que les éléments mesurés sont bien les mêmes.

En effet, un important travail d’harmonisation a été effectué en amont. Il s’agissait de définir des étapes identiques dans le process de livraison et de s’accorder sur une même définition de chacune des mesures.


Sur quels leviers les chargeurs peuvent-ils agir pour optimiser leur performance transport ?

Au-delà des éléments de sélection et de suivi des transporteurs, il est essentiel de s’attaquer à la conception du réseau de transport en amont de la chaîne. Il convient en particulier de mener deux types d’actions :

  1. La combinaison des commandes

En premier lieu, il convient de réfléchir sur la manière dont les commandes vont être organisées, groupées et dispatchées. Si vous êtes capable d'identifier celles qui sont compatibles en termes de dates de livraison et de les regrouper dans une seule expédition, vous diminuerez automatiquement vos coûts et émissions de CO2. 

  1. Le contrôle de la fréquence des livraisons clients

Il est également intéressant de négocier avec ses clients afin de rationaliser les fréquences de livraison. Si cela est très compliqué dans des secteurs où le rapport de force est déséquilibré au profit des donneurs d'ordre, dans nombre de secteurs cette discussion peut tout de même avoir lieu.
En effet, le fait de livrer un client sur un délai ou un créneau précis correspond parfois à des habitudes et peut alors ne pas répondre à des justifications particulières. Or, l'ensemble des contraintes fixées par client impacteront fortement la performance transport.

Avec le TMS, cela peut être facilement mis en évidence et le coût sera alors mieux appréhendé.
Notre système remonte toute une série d'informations sur la récurrence de livraison ce qui permet de mettre en évidence les clients qui commandent tous les jours ou inversement ceux qui commandent de manière trop erratique.

La masse d'informations est telle, que sans les outils de reporting et d'analyse du TMS, il n’est pas possible d’identifier précisément les tendances et d’initier les démarches de rationalisation.


En quoi le TMS permet-il de comparer les performances des transporteurs ?

Avec le TMS, les performances sont comparées sur différents axes.

  1. Comparaison des tarifs

Bien souvent, la comparaison brute des tarifs n'est pas suffisante pour permettre au chargeur de vraiment appréhender les performances relatives de ses transporteurs. En effet, les tarifs tout comme les niveaux de services ne sont pas présentés de manière homogène d’un prestataire à l’autre. Par exemple, les tranches de poids ou la constitution des zones peuvent différer.
 
Ainsi, pour identifier le transporteur le mieux placé il convient d’effectuer un exercice de simulation en appliquant les propositions tarifaires sur ses propres flux, avec sa propre répartition géographique, son historique de poids moyen ou même réel par expédition.  
Cela devient vite complexe et suppose l’utilisation d’un outil. 

  1. Comparaison des qualités de service

Les différents niveaux de service et prestations associées proposées par les transporteurs ne sont pas standardisés. Dans le secteur routier en particulier, la manière dont les prestataires les définissent n'est pas harmonisée.

L'enjeu consiste donc à mettre noir sur blanc ce que comporte chacun des niveaux de service. Cela devient une donnée d'entrée pour le TMS qui va ainsi mesurer dans le temps la qualité réelle du transporteur par rapport à ses engagements contractuels.   
Le chargeur peut alors effectuer des revues régulières sur la qualité de service de son transporteur.

Celle-ci inclut également la performance du prestataire en termes de communication de l'information. Le TMS peut mesurer la ponctualité du transporteur sur la remontée de l'information. C’est un point très important. Si le chargeur n’est pas prévenu par son transporteur de la livraison effective de son client, il est incapable de le renseigner sur le statut de sa livraison.
Nous conseillons ainsi à nos clients de demander un engagement sur des délais de remontée de l'information une fois la livraison effectuée.

  1. Taux d’acceptation du fret par les transporteurs

Dernier point qui n'est souvent pas réellement considéré mais dont l’impact est très fort :  le taux d'acceptation du fret par les transporteurs.

Si la société qui vous a fait les propositions tarifaires les plus intéressantes ne prend en charge, dans la pratique, que la moitié des expéditions sur lesquelles elle s’était positionnée, le budget transport dérape.

Le TMS gère tout le process d'affrètement, de communication des ordres et de suivi de leur taux d'acceptation par les transporteurs. Il permet donc de considérer cet élément. De plus en plus, nos clients l’intègrent d’ailleurs comme une des mesures de la qualité de service de leurs prestataires. 


Quels sont les éléments différenciateurs de l’offre de DDS Logistics en termes d’optimisation de la performance transport ?

Je peux vous en citer plusieurs.

  1. La performance du moteur de planification du transport

Pour planifier les opérations de transport des chargeurs, un certain nombre de TMS s'appuient sur des logiques de type optimisation de tournées.
Cela ne nous parait pas être la bonne démarche.  La logique du chargeur n'est pas celle du transporteur.

Nous avons donc conçu un moteur de planification orienté chargeur qui tient compte des tarifs d'achat et non pas de la réalisation effective de l’opération de transport par le prestataire.

Les écarts sont généralement assez significatifs par rapport à ce que donnerait une tournée optimisée sur un critère de réduction du nombre de kilomètres. En effet, en fonction de la configuration du tarif du transporteur, un chargeur peut avoir intérêt à lui faire parcourir plus de kilomètres.

Ce moteur de planification est l'un de nos points forts.

  1. L’association des suivis des flux physiques infos et documentaires

La plupart des TMS ont aujourd’hui les capacités d'offrir des éléments de traçabilité des flux physiques. Le point fort de DDS Logistics va être d’y ajouter des éléments de tracing sur les flux d'information et les flux documentaires, en particulier à l’international.

  1. La capacité à modéliser n'importe quel tarif

Les transporteurs peuvent être très ingénieux dans la conception des tarifs et les chargeurs sont alors parfois un peu « perdus ».

Nous disposons d’une grosse expérience qui vient à la fois de notre travail avec les chargeurs, mais aussi avec les prestataires. Nous avons l'avantage de savoir ce qui se passe des deux côtés de la barrière à travers notre offre aux transitaires.

Notre moteur de calcul de tarifs constitue un point différenciant dans sa capacité à gérer des situations très variées et des tarifs complexes sans toutefois imposer de renégociation dans la mesure où celle-ci n'est pas toujours souhaitée ou faisable.

Certains de nos clients profitant de la mise en place du TMS pour tenter d'harmoniser les grilles tarifaires de leurs transporteurs nous indiquent qu’ils ne disposent pas du poids pour le faire et sont donc dans l’obligation de prendre les tarifs tels quels. Il est alors d’autant plus important de s’assurer de leur bonne modélisation.

  1. Les possibilités de partage d’informations offertes par nos tableaux de bord

Avec notre module de Dashboard, la notion de performance est gérée au quotidien par les directions logistiques, les exploitants et les directeurs transport.

Il est également possible de partager ces indicateurs avec les transporteurs. Cela permet, dans une logique de démarche qualité, de contrôler la performance par rapport aux objectifs initiaux.

Des indicateurs agrégés peuvent également être facilement diffusés à d'autres entités, non-utilisatrices de notre TMS, à l’intérieur de l’organisation. C'est l'occasion pour la fonction transport :
- de faire connaitre son niveau de performance et les bénéfices induits sur les autres entités. Par exemple sur la possible diminution des niveaux des stocks de sécurité.
- de faire prendre conscience aux autres services de l’effet de certaines contraintes sur la performance transport. Cela peut par exemple permettre au commerce ou à l’administration des ventes de mieux appréhender les effets sur la performance transport d’une absence de prévision fiable des commandes clients.

  1. Une application mobile de traçabilité adaptée à la sous-traitance en chaîne

Nous avons sorti une première version, il y a un peu plus d'un an.

Un des enjeux sur cette notion de mesure de la performance de l'ensemble de la chaîne c'est que non seulement les intervenants sont externes à l'entreprise, mais qu’en plus, bien souvent les transporteurs sous-traitent eux-mêmes.

L’un des points forts de notre offre mobile est qu’elle donne les moyens à n'importe quel sous-traitant de remonter de l'information de manière homogène à partir d'un identifiant transport. Il n’est pas nécessaire que le sous-traitant soit identifié au préalable, peu importe s’il ne s’agit pas du transporteur initialement prévu.


Revenons sur l’intégration des grilles tarifaires dans le TMS. Qui en a la charge ?

Cela dépend généralement d’où le projet TMS se situe par rapport à son cycle de vie.

Nous nous appuyons beaucoup sur des méthodes agiles. Nos équipes font généralement un premier travail de prototypage sur un certain nombre de cas qui permet à nos clients d'avoir entre les mains un système live le plus tôt possible. L'idée est de leur transférer la compétence à travers ce prototype. À cette étape, ce sont donc les équipes DDS qui ont intégré les grilles tarifaires dans le système.

Les tarifs évoluent très régulièrement. La fréquence des appels d'offres est généralement annuelle et entre temps, les transporteurs proposent parfois des ajustements. Nous considérons donc que nos clients doivent être autonomes à la fin du projet pour maintenir et faire évoluer cette base tarifaire.


Vous venez d’évoquer la méthode agile, comment se déroule l’implémentation de votre TMS ?

Nous sommes très souvent notre propre intégrateur. Nous sommes alors sur une démarche qui consiste à démarrer le plus vite possible un premier périmètre.

Celui-ci est identifié avec nos clients en termes de flux et de solution et un certain nombre de modules sont alors mis en place. L’objectif est que les utilisateurs puissent s’approprier le système le plus tôt possible. En effet, une fois la solution déployée sur ce 1er périmètre, les gains vont quasiment payer la suite du projet.

Le SaaS, en allégeant toute la partie technique contribue d’ailleurs à accélérer les déploiements.

Nos équipes, en plus de leur expertise sur le produit, connaissent le métier et sont donc capables d'embarquer très vite des super utilisateurs. Nous ne sommes pas dans des configurations de travail sur une page blanche pendant 6 mois. Les utilisateurs vont très vite se retrouver avec une solution qui va leur parler, parce qu’axée sur leurs opérations quotidiennes.  

Pour des projets très larges, nous pouvons également nous appuyer sur des intégrateurs.


Analyse du marché des TMS (Transport Management System) par DDS Logistics et l'Ecole Supérieure du Transport :

10 ans après avoir réalisée une première analyse du marché des TMS (Transport Management System), DDS Logistics annonce la publication d’une seconde étude. Le marché des TMS : étude de DDS Logistics et de l'EST.

Pour cette nouvelle édition 2016, le leader français du secteur s’est associé à L'Ecole Supérieure du Transport, organisme de formation de référence pour les cadres et dirigeants du secteur.

En 2006, à l’occasion de sa première étude sur le marché des TMS, DDS Logistics, leader français du secteur, constate une tendance forte : les chargeurs français affichent un retard dans la mise en place de solutions TMS pour la gestion de leurs opérations de transport.

Pour consulter l'étude: http://www.ddslogistics.com/fr/etude-tms-2016/


Bio Express :

Jérôme BOUR a pris la Direction de DDS Logistics en 2000. Il a auparavant occupé les postes de Directeur Informatique du Groupe DAHER, de Responsable de l’organisation et des systèmes opérationnels chez DHL et de Consultant chez Ernst & Young.

Site Internet de DDS Logistics : www.ddslogistics.com


Contactez notre équipe