Questions Flash > Quels sont les défis que l'entrepôt doit relever ?



Questions Flash : les experts répondent

La question des nouveaux enjeux auxquels doivent faire face les entrepôts est régulièrement abordée dans le cadre des dossiers thématiques FAQ Logistique. Retrouvez des éléments de réponse à travers les témoignages que nous accordent les experts du secteur.


Quels sont les enjeux actuels auxquels la gestion d’entrepôt est confrontée ?

Sébastien Sliski, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions - Zetes
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (21/01/2016)

« Le multicanal est un enjeu majeur. Alors qu’auparavant les supply chain étaient séparées, les potentiels de synergies, en particulier au niveau du transport incitent les acteurs de la distribution à consolider leurs flux pour réaliser des économies de coûts. Ils essaient par exemple, de rationaliser l’approvisionnement de leurs magasins en regroupant dans un même entrepôt les activités hyper, super et proxi… Ce qui revient finalement à travailler plus par bassin que par métier.
Différents types de préparation doivent donc désormais cohabiter. Certains flux sont rapides, d’autres plus lents. Cela nécessite d’adapter l’organisation de son entrepôt
Autres enjeux, ceux de la sérialisation et du track & trace qui commencent à impacter les entrepôts.
Nous avons actuellement plusieurs clients qui souhaitent faire du track & trace sur des produits sérialisés pour pouvoir bénéficier d’une visibilité amont et aval, savoir où se trouvent les articles à un instant T, quelle est leur origine, quels sont les numéros de lots fournisseurs, etc.

Les objectifs sont de protéger sa marque, de se différencier et d’assurer le niveau de qualité requis. Cela contribue, pour une marque, à justifier ses niveaux de prix de vente. »


Pouvez-vous nous rappeler la mission de l’entrepôt ?

Joseph FELFELI, PDG - ACTEOS
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (21/12/2015)

« Aujourd'hui, la configuration idéale pour satisfaire les besoins des consommateurs est d’opérer des flux directes entre les lieux de production et les lieux de consommation sans passer par une étape de densification (entrepôt) et de dispersion. Ce mode opératoire génère deux problèmes : le premier est d’ordre économique et le deuxième est d’ordre psychologique du consommateur lié à sa perception du taux de service.

L’entrepôt s’impose comme une réponse aux deux problèmes formulé auparavant. Par conséquent, le stock devient une grandeur de régulation des flux pour garantir un taux de service client et remédier aux demandes aléatoires d’une part et d’optimiser économiquement les processus logistique d’autre part en mutualisant les flux.

Quand le consommateur décide d’acquérir un produit, il le veut immédiatement., quel que soit le canal de distribution concerné :
 - avec le e-commerce, les délais de livraison sont cruciaux. Si le client visite un site marchand qui propose une livraison plus tardive ou plus chère, il pourra aisément s’orienter vers un site concurrent.
- en point de vente, la problématique est toujours la même mais le risque de perte d’une vente est moindre pour l'acte concerné. Le consommateur ayant déjà fait un trajet pour se rendre en magasin, il lui est pénible de se déplacer dans un nouveau point de vente s'il ne trouve pas le produit. Par contre, pour ses prochains achats, le client risque de privilégier une enseigne différente.

La disponibilité des produits est donc cruciale et la garantir dans un délai acceptable par le consommateur, nécessite d'avoir un stock de régulation et donc un entrepôt. »


Quels sont les défis à relever ?

Joseph FELFELI, PDG - ACTEOS
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (21/12/2015)

« Comme je viens de l’évoquer, l'entrepôt joue un rôle prépondérant dans la disponibilité des produits.
Le problème réside dans les coûts qui lui sont inhérents. En particulier en cas de situation de surstock. Celui-ci est très couteux avec notamment des risques de péremption pour les références périssables et d'obsolescence pour tous les autres articles.
Une optimisation des stocks doit donc être effectuée. Il convient de déterminer quelle quantité de quels produits doivent être stockés, et où ils doivent l’être pour obtenir le meilleur rapport disponibilité / coût. Et c’est ici où commence la limite des solutions ilots du Supply Chain Management.
En effet, si les coûts de la disponibilité sont élevés, les prix de vente vont augmenter et l’entreprise risque de ne plus être compétitive.

Le décor est planté. Avec le développement du e-commerce, la fonction de l’entrepôt et l’optimisation des stocks multiniveau deviennent de plus en plus prépondérantes. »





Quels sont les nouvelles fonctions ?

Alban PERTUISOT, Consultant Senior Manager - HARDIS Group
Dossier Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > (30/12/2015)

« Historiquement centre de coût, puis centre de profit, l’entrepôt est aujourd’hui un des maillons phares de la différenciation d’une entreprise et de la satisfaction de ses clients.
La compétition accrue a exacerbé le besoin d’optimisation des entreprises, et les derniers leviers de compétitivité se sont naturellement recentrés autour de l’entrepôt.

Non seulement il est devenu aujourd’hui, le maillon central de la performance, mais il tend aussi et surtout à aspirer des services connexes et annexes dans son périmètre de responsabilité.
La gestion d’entrepôt se doit de répondre à deux types d’enjeux :

  • Les enjeux traditionnels et historiques de ce métier au regard du positionnement d’interface de l’entrepôt ; à la fois à mi-chemin entre la réalité informatique et physique (WMS), et dans un rôle d’intermédiaire avec ses clients finaux.
  • Les nouveaux enjeux au regard de l’évolution de nos modes de vie et de notre éco système, dont la composante principale réside la faculté d’adaptation.

Le cumul de ces enjeux complexifie grandement la gestion d’entrepôt et plus particulièrement le positionnement de ce métier au sein de la performance globale de l’entreprise.
Les enjeux traditionnels :

  • Augmenter la productivité : le pilotage en temps réel des activités opérationnelles et l’optimisation des ressources (matérielles et humaines) ont toujours permis des gains de productivité.
  • Améliorer la traçabilité : que ce soit au niveau physique (quel article ? pour quelle quantité ? dans quel emplacement ? quand ? par qui ?) ou administrative (historique des livraisons et suivi des statuts), la traçabilité a toujours constitué un enjeu majeur pour sécuriser le consommateur final (alertes, plans de rappel, etc.).
  • Garantir la qualité de service : la satisfaction du client à travers le taux de service (la livraison au bon endroit, au bon moment, du bon produit, en bonne quantité) est la finalité historique de l’entrepôt, que ce soit au travers de tableaux de bords ou de méthodes de travail opérationnelles.
  • Piloter l’activité : piloter son activité signifie anticiper, gérer et se remettre en question. Ces trois préoccupations correspondent aux trois horizons de temps de la gestion d’entrepôt, à savoir avant, pendant et après l’activité opérationnelle.

Les nouveaux enjeux :

  • Collaborer avec son éco système : l’entrepôt doit de plus en plus communiquer avec ses partenaires (transporteurs, service des achats, clients, etc.) et nécessite l’intégration de portails collaboratifs (clients, fournisseurs, transporteurs, etc.) qui permettent de visualiser les statuts des stocks et des commandes en temps réel.
  • Gérer le multi canal : les modifications de nos modes de vie et le rôle de plus en plus central du consommateur final dans notre économie ont engendré une diversité de canaux de distribution. En réponse à cette pluralité, l’entreprise doit mettre en œuvre des organisations très différentes au sein d’un même entrepôt et avec les mêmes ressources.
  • Intégrer le modèle des 3PL : le modèle organisationnel des 3PL s’exporte de plus en plus. Et c’est même une tendance de fond de la réinternalisation des fonctions d’entrepôt dans les entreprises. L’entrepôt devient une filiale avec ses propres modes de gouvernance, et se positionne en tant que prestataire interne du groupe.

S’adapter en permanence : les nouveaux modes de communication et d’expression génèrent de la vitesse et peuvent créer de nouveaux modes de consommation. L’entrepôt comme n’importe quelle autre entité de l’entreprise doit faire face à des mutations toujours plus soudaines. La solution que doit apporter l’entrepôt réside dans sa faculté à reconfigurer  son organisation sans jamais altérer sa performance au regard des enjeux traditionnels. »


 

Contactez notre équipe