Actualité > Manifestations >

Tracer les process de fabrication de médicaments grâce à la Rfid

SDCom'

04/10/2007

Traçabilité et respect des procédures sont, dans l'univers hospitalier, les deux préoccupations majeures. Pour y répondre, le centre hospitalier de la Pitié Salpêtrière a fait le choix de la technologie Rfid.

Une démarche qui fera l'objet d'une présentation lors de la conférence sur l'apport de la Rfid dans la traçabilité hospitalière, qui se tiendra le 22 novembre dans le cadre du salon RFID 2007.

Le circuit de production pharmaceutique au sein d'un hôpital est particulièrement complexe et l'absence d'outils uniques pour la fabrication et le contrôle, ainsi qu'une communication difficile entre les différents intervenants, rendent malaisée la traçabilité des produits. Chaque étape - réception des matières premières, stockage, production, dispensation… -, comporte une part de risque pouvant se révéler fatale au patient. Une gestion parfaite de ces processus apparaît donc comme une nécessité absolue. C'est pourquoi, le centre hospitalier de la Pitié Salpêtrière a retenu la solution d'Axyome, éditeur spécialisé dans les problématiques de traçabilité dans le domaine de la santé.


Supprimer les points de rupture

100 % web et développée en Java, l'application est supportée par toutes les plates-formes techniques du marché. Implantée sur un serveur central accessible via internet ou en Wifi, elle assure la supervision et la sécurisation du processus de production.

« L'univers pharmaceutique à l'hôpital est très particulier. Les contraintes humaines et organisationnelles sont nombreuses : turn over important du personnel qui induit des problèmes de formation ; fonctionnement 24 h/24 et 7 jours/7 ; activité hautement technique ; travail en zones contrôlées… Il est donc impératif de vérifier en permanence le respect des bonnes pratiques de fabrication. Grâce à la plate-forme Axyo, nous supprimons les points de rupture dans la chaîne de l'information, sources d'erreurs, et nous disposons d'un langage commun sur l'ensemble des process », explique Éric Bertrand, Cadre de Santé, Gestionnaire de risque, Hôpital Pitié Salpêtrière.

L'objectif du système de gestion étant de maîtriser les risques et leurs conséquences en temps réel en éliminant les dangers initiaux et en contrôlant les risques résiduels, « parce-que la vie des patients ne peut être mise en jeu », reprend Éric Bertrand.




Contrôler le process de fabrication

Dès leur arrivée, les matières premières sont identifiées puis taguées au moyen de puces Rfid d'une capacité de 2 ko afin d'assurer leur suivi durant tout le circuit de fabrication. À chaque manipulation, les informations relatives aux produits - nature du principe actif, numéro de lots, dates de péremption… - contenues sur les puces sont transmises au système qui valide chaque étape en contrôlant le strict respect des procédures de fabrication et la conformité des opérations. Les données de chaque préparation sont enregistrées en temps réel par le système qui peut, le cas échéant, mettre à disposition instantanément toutes les informations d'un dossier de fabrication.

Un système d'alertes, allant de G1 à G5, en fonction de la gravité, permet de prévenir tout dysfonctionnement.

« Une erreur d'enregistrement en réception par exemple, est classée G5, graduation la plus élevée, de même que la non lecture d'un tag », explique Olivier Bousquet, Directeur Général, Axyome.

Fonctionnant en circuit fermé, l'application utilise une centaine de tags réinscriptibles, réduisant ainsi son coût. L'investissement total s'est limité à 20 000 euros.

Parfaitement reproductible, cette solution peut être adaptée à d'autres processus dans l'univers hospitalier comme la stérilisation notamment.

« Dans ce cas précis, les puces Rfid s'imposent par rapport aux codes barres qui tiennent mal sur le matériel à stériliser et qui résistent difficilement aux environnements hostiles », souligne Olivier Bousquet.

Mais au-delà, l'utilisation de la Rfid pourrait constituer un premier pas vers le déploiement du concept d'informatique omniprésente qui repose sur la capacité des objets à communiquer entre eux sans intervention humaine.

Un vieux rêve qui pourrait bien devenir réalité.


 


FAQ logistique est un média relayant les actualités des secteurs transport, logistique et supply-chain. Les communiqués de presse publiés sur FAQ Logistique ne sont pas rédigés par nos équipes mais directement par les sociétés qui souhaitent les diffuser sur notre site.

FAQ logistique ne peut donc en aucun cas être considéré comme responsable de leurs contenus. Pour toute question relative à un communiqué, nous vous invitons à vous rapprocher directement de la société concernée.



Contactez notre équipe