Actualité >

L'emploi dans les transports et la logistique : une situation contrastée

Publication de CP
Trouvez un fournisseur (éditeur, prestataire, conseil, entrepôt, etc.)
Newsletter FAQ Logistique

OPTL

Paris, le 9 janvier 2013

Le Rapport annuel 2013 de l'Observatoire Prospectif des métiers et qualifications dans les Transports et la Logistique (OPTL) montre que l'emploi continue de progresser dans le transport routier de personnes, mais se contracte dans le transport routier de marchandises.



Les conséquences de la dégradation économique du secteur

Augmentation des défaillances d'entreprises et diminution des créations d'établissements
Le nombre d'établissements de la branche employant des salariés s'est contracté de 0,9% en 2012 (et jusqu'à 3,3% dans le secteur du déménagement), sous l'effet conjugué d'une diminution des créations d'établissements (-2%) et d'une montée des défaillances (+12%).

Disparition de 2 800 emplois
En 2012, la branche des transports routiers et activités auxiliaires du transport compte 646 384 salariés, soit une baisse de 0,4%, après une croissance de 1,4% en 2011 et 1,2% en 2010. C'est la deuxième fois en dix ans que la croissance de l'emploi marque un coup d'arrêt.

Destructions d'emploi dans le transport routier de marchandises versus créations d'emploi dans le transport routier de personnes
Alors qu'en 2011 seul le secteur des auxiliaires de transport avait détruit des emplois (-3,7%), en 2012 il est rejoint par le déménagement (-7,2%), la location (-1,3%) et le transport routier de marchandises (-0,9%).
Cependant, trois secteurs continuent de créer des emplois : le transport routier de voyageurs (+2,8%), les prestataires logistiques (+0,8%) et le transport sanitaire (+0,5%), bien que pour ces deux dernières activités la dynamique se soit ralentie par rapport à 2011.

Recul des recrutements

Les recrutements, entendus ici comme les embauches réalisées par les établissements de la branche, soit l'ensemble des mouvements entrants de personnel, ont reculé de 5% en 2012.
Le transport routier de voyageurs et les prestataires logistiques sont les seules activités qui ont vu leurs embauches continuer de progresser en 2012, tandis que le repli est plus marqué dans le déménagement (-19%).

Les seniors moins affectés par la baisse des recrutements que les jeunes
Les embauches des 50 ans et plus se replient de moins de 1% seulement, contre -7% pour les embauches des moins de 40 ans.
Dans les familles professionnelles « maintenance », « manutention/magasinage » et « exploitation », plus de la moitié des recrutements ont bénéficié à des jeunes de moins de 30 ans, tandis que dans les familles « conduite » et « direction », plus d'un recrutement sur cinq s'est porté sur des personnes d'au moins 50 ans.

Fléchissement des démissions, mais recrudescence des licenciements économiques
Dans un contexte où le marché de travail apparaissait comme peu favorable à la mobilité des salariés, les démissions des établissements de la branche ont fléchi de 10%. Elles restent cependant encore le premier motif de départ (28%). Sur la même période, les licenciements économiques ont été multipliés par 3,5 et représentent désormais 9% des flux de départs de salariés enregistrés dans les établissements de la branche.

Diminution du recours à l'intérim
Le nombre d'intérimaires en équivalents temps plein dans les établissements de la branche se rétracte de 8% en 2012, après deux années de progression. La consommation d'intérim diminue dans tous les secteurs d'activité de la branche.


Plus de femmes dans les métiers du transport et de la logistique

Les recrutements féminins sont restés dynamiques
Les effectifs féminins ont augmenté de 1,1% en 2012, ce qui représente 1 300 femmes supplémentaires. Les femmes sont désormais 121 680 à exercer un emploi dans les entreprises de la branche, dont 24 370 dans le transport routier de voyageurs et 21 430 dans le transport sanitaire, où elles occupent respectivement 26% et 40% des emplois.

Seulement un dixième des emplois de la conduite sont exercés par des femmes et cette proportion tombe à moins de 3% pour la conduite de véhicules de transport routier de marchandises (8 300 femmes à ce poste).
La parité est respectée dans les métiers de l'exploitation qui emploient 42% de femmes (24 930). Ainsi, une femme sur cinq occupe dans la branche un poste de cadre ou technicien/agent de maîtrise, contre un homme sur dix.

Croissance des effectifs féminins, mais stabilité globale des effectifs à temps partiels (9,2% des salariés de la branche)
Depuis l'accord cadre de mai 2000, la part des emplois à temps partiel ne cesse de décroître dans le transport sanitaire et celle-ci est passée en dessous de 10% en 2012.
Parmi les 59 640 salariés de la branche à temps partiel, 63% sont employés dans le transport routier de voyageurs (en incluant les conducteurs en période scolaire), où 41% des salariés sont à temps partiel : leur nombre a augmenté de 6% en 2012.

Dans le transport routier de voyageurs, les deux-tiers des salariés à temps partiel sont des hommes. Chez les 60 ans et plus à temps partiel de ce secteur, la proportion d'hommes monte même à 90%, souvent dans le cadre d'un cumul emploi-retraite.


Vieillissement des effectifs de la branche

En 2012, l'âge moyen des salariés de la branche (tous métiers confondus) est de 42 ans et 9 mois, soit 4 mois de plus qu'en 2011. Tous les secteurs d'activité de la branche ont vu l'âge moyen de leurs salariés augmenter, excepté celui des prestataires logistiques. Ceux-ci présentent l'âge moyen le plus bas - 38 ans et deux mois -, tandis que dans le transport routier de voyageurs l'âge moyen s'élève à 47 ans et 8 mois.
27% des salariés de la branche ont plus de 50 ans, soit 2 points de plus qu'en 2011. Là encore, tous les secteurs de la branche sont concernés par cette évolution, excepté les prestataires logistiques où seulement 14% des salariés ont plus de 50 ans, contre 45% dans le transport routier de voyageurs.


Accès aux métiers du transport et de la logistique : recul de la formation initiale, progression de la formation professionnelle

Le volume des diplômes d'État délivrés est inférieur de 40% au volume des certifications transportlogistique délivrées par les titres professionnels. Du fait notamment de la disparition des BEP, le nombre de sortants d'une formation diplômante en transport-logistique a ainsi été pratiquement divisé par deux en trois ans.

Parallèlement, les titres professionnels transport-logistique délivrés dans l'ensemble des centres agréés se sont globalement accrus de 6% en 2012 (après +25% en 2011), et jusqu'à 47% pour le titre professionnel Préparateur(trice) de commandes en entrepôt. Les contrats de professionnalisation ont, quant à eux, progressé de 12% en 2012.

L'AFT-IFTIM Formation Continue, Promotrans, l'AFPA et les organismes de formation soutenus par l'AFT (Association pour le développement de la Formation professionnelle dans les Transports) sont à l'origine de 93% de l'ensemble des titres professionnels relatifs à la conduite routière délivrés en 2012.
84% de l'ensemble des Formations Continues Obligatoires (FCO) du territoire national ont également été dispensées par les organismes de formation soutenus par la branche.

Dans les entreprises de moins de 10 salariés du transport routier de fret interurbain, dont les ressources sont mutualisées par l'OPCA-Transports, jusqu'à 16% des salariés ont eu accès en 2012 à un stage au titre du plan de formation. C'est dans le transport sanitaire que les formations suivies sont les plus longues : en moyenne jusqu'à 494 heures dans le cadre des périodes de professionnalisation et 35 heures environ au titre du DIF ou du plan de formation.

Des initiatives en faveur de la réinsertion professionnelle des demandeurs d'emploi sont également soutenues par la branche. Financé par Pôle Emploi et OPCA-Transports, le très récent dispositif des Préparations Opérationnelles à l'Emploi (POE), a ainsi permis en 2012 de former 829 demandeurs d'emploi, dont 95% pour la conduite. À ces effectifs en POE individuelles, s'ajoutent 765 stagiaires en POE collectives.
En 2012, on dénombre également 1 279 contrats de sécurisation professionnelle. Financé par l'OPCA-Transports et le FPSPP - Fond paritaire de sécurisation des parcours professionnels - , ce dispositif vise le retour à l'emploi de salariés faisant l'objet d'une procédure de licenciement économique.


À propos de l'OPTL

S'inscrivant dans les objectifs fixés par l'ANI, l'Accord national relatif à la formation professionnelle et à l'emploi dans les transports routiers et les activités auxiliaires du transport du 25 novembre 2004 a mis en place un Observatoire prospectif des métiers et des qualifications dans les transports et la logistique (OPTL), qui présente chaque année depuis 23 ans un bilan sur les grandes tendances et les prévisions du secteur.
Afin de mieux marquer les liens entre l'OPTL et la Commission paritaire nationale professionnelle de l'emploi et de la formation professionnelle dans la branche des Transports (CPNE), l'OPTL a été placé “sous l'égide” de cette dernière. En région, l'OPTL dispose de représentations régionales dont sont membres les représentants régionaux des instances membres de l'Observatoire prospectif national, à savoir plus particulièrement : fédérations patronales, organisations syndicales de salariés, AFT, IFTIM, AFT-IFTIM Formation Continue, Promotrans, AFPA, OPCA-Transports, Pôle Emploi. Conformément aux principes posés par les signataires de l'ANI, l'OPTL est doté d'un Comité paritaire de pilotage.

Contactez notre équipe