Actualité > Editeurs >

Manhattan Associates prévoit les tendances de la Supply Chain: réduction des coûts, maîtrise des risques et plans d'urgence

Publication de CP
WMS, TMS, etc. Trouvez la bonne solution en 3 clics
Newsletter FAQ Logistique

Manhattan Associates

- La visibilité et la transparence de la supply chain continuent d'être les enjeux majeurs pour les mois à venir -

 
Par Henri Seroux, Directeur Général de Manhattan Associates France
 

Pour nous, Manhattan Associates, fournisseur mondial de solutions pour l'optimisation de la Supply Chain, les chaînes d'approvisionnement continueront d'être exposées à un nombre croissant de facteurs imprévisibles au cours des mois à venir. Pour la plupart des organisations, le coût demeurera au centre des préoccupations tout comme l'augmentation des risques de la Supply Chain ; d'où la nécessité de plans d'urgence plus perfectionnés, d'une agilité plus grande de la chaîne logistique et d'une utilisation plus généralisée des technologies.

 

Aujourd'hui, la Supply Chain de n'importe quelle organisation évolue dans un monde de plus en plus complexe et dynamique, mais elle peut constituer un véritable avantage concurrentiel et agir comme un levier de croissance, si elle est gérée correctement. En 2013, les chaînes logistiques devront acquérir davantage de flexibilité, de modularité et d'agilité afin de répondre aux exigences de plus en plus spécifiques du marché alors qu'elles se déploient sur un nombre croissant de canaux et de zones géographiques. Cette condition est essentielle pour les entreprises qui voudront exploiter chaque opportunité et ne manquer aucune vente, faire que leurs chaînes logistiques soient aussi efficaces que possible et protéger la valeur de leur marque et de leur entreprise.

Nous avons identifié 8 tendances majeures qui exerceront une influence sur la scène de la Supply Chain en France et à l'international :


1) Une attention toujours focalisée sur les coûts

Les entreprises rechercheront davantage de visibilité au niveau des coûts et des activités de la Supply Chain, de sorte à planifier leurs ressources de manière plus efficace. Les entreprises trouveront des moyens pour optimiser la productivité via une meilleure gestion des tâches, par une anticipation et meilleure planification des besoins de main d'œuvre et par une utilisation des technologies vocales.

Selon les analystes d'IDC, l'approche du « lean manufacturing » (IDC Manufacturing Insights Predictions 2012) permettra aux entreprises de mieux répondre au contexte volatile actuel afin de réduire les coûts de production et de distribution. Les distributeurs exploiteront mieux et en temps réel les informations relatives aux besoins et aux comportements d'achat de leurs clients. Ils pourront transmettre cette information à leurs fournisseurs afin d'augmenter la cadence des commandes et mieux faire correspondre l'approvisionnement et la demande.

Compte tenu du choix de certains distributeurs de diminuer leur présence physique et d'orienter leurs investissements vers d'autres canaux, on assiste à une modification du positionnement et du mouvement des stocks sur l'ensemble de la Supply Chain. La gestion des différents types de centres de distribution et la gestion des commandes s'avèrent cruciales si l'on cherche à réduire véritablement les coûts.




2) Mieux comprendre l'origine des coûts et leur imputation

D'une manière générale, les entreprises savent que le comportement de chaque client individuel et ses demandes spécifiques sont des facteurs qui conditionnent le prix de revient et par conséquent, la rentabilité de chaque client ou de chaque transaction. Elles savent également que, de même que tous les clients n'ont pas la même rentabilité, nombre de produits n'offrent pas une marge réelle suffisante dans certains schémas de distribution. Malgré cela, la plupart des sociétés continuent d'ignorer ce que leur coûte exactement le traitement de chaque demande client individuellement. Pour pouvoir calculer le coût total lié au service de chaque client que l'on appelle TCS (Total Cost-to-Serve), les entreprises vont devoir progresser afin d'identifier les coûts directs et indirects couvrant l'ensemble des processus, pour ensuite les imputer précisément à chaque unité de stock, client ou marque. Parvenir à calculer le TCS consiste notamment à connaître les éléments de coûts à retenir ; à savoir, les coûts que vous pouvez maîtriser et qui reflètent la véritable variabilité du coût pour les divers modèles d'approvisionnement, de sourcing, de gestion optimisée des commandes et de traitement des commandes. Fort heureusement, de nouvelles solutions complètes et puissantes sont aujourd'hui disponibles sur le marché ; elles visent à aider les entreprises à bien cerner le coût « TCS réel ».


3) Un besoin de plans d'urgence

Le rapport 2011 du Business Continuity Institute à propos de la Résilience de la Supply Chain (Rapport BCI Supply Chain Resilience 2011), basé sur une enquête réalisée auprès de 559 entreprises dans 62 pays, révèle que les niveaux de perturbations de la chaîne logistique n'ont pas diminué. En effet, 85 pour cent des entreprises ayant répondu à l'enquête déclarent avoir rencontré au moins un incident en 2011. Seul huit pour cent des entreprises ont confirmé que l'ensemble de leurs principaux fournisseurs disposait de programmes de continuité d'activité capables de parer à tout problème éventuel et moins de la moitié de ces entreprises vérifient si ces programmes sont efficaces concrètement.

Les entreprises qui ne disposent pas de tels plans se retrouvent souvent obligées de décrocher leur téléphone pour faire le tour des fournisseurs capables de traiter les incidents et cette situation peut conduire à des ruptures de stock et des rayons vides. Les distributeurs doivent prendre les mesures nécessaires pour s'assurer que leurs chaînes logistiques ne soient pas affectées par de mauvaises conditions météorologiques, des grèves ou autres catastrophes, susceptibles d'entraîner la déception des clients, privés des articles qu'ils ont achetés. A l'ère de l'achat multi-canal, les fournisseurs et les distributeurs doivent veiller à être prêts à honorer les promesses faites au client.


4) Des réseaux d'approvisionnement plus larges

L'année dernière a démontré à quel point les événements imprévus tels que les tremblements de terre, les inondations et les tsunamis pouvaient avoir une incidence sur la chaîne logistique. Pour contenir les risques encourus par leur activité, les fabricants tout comme les distributeurs vont chercher à s'approvisionner auprès d'un nombre plus important de fournisseurs et ils mettront en œuvre des outils de maîtrise de la chaîne logistique afin d'être plus agiles et plus prompts à réagir aux événements imprévus. Les entreprises vont également envisager des options d'approvisionnement plus sûres et en partie plus locales afin de s'assurer de recevoir les marchandises à temps. Plutôt que de s'approvisionner ou de tout produire sur des sites très distants, le mix avec le « nearsourcing » et le rapatriement partiel de l'approvisionnement en France peut permettre aux entreprises de recevoir leurs marchandises à temps.


5) Améliorer la visibilité par la technologie

Les analystes Supply Chain s'accordent à l'unanimité pour dire que les meilleures chaînes logistiques seront celles qui disposeront de la meilleure visibilité dans les deux sens (Enterra Insights). La technologie jouera un rôle plus important en ce sens qu'elle offrira une visibilité en temps réel des ventes et des stocks facilitant l'agilité nécessaire pour réagir dans le contexte actuel. Les distributeurs vont continuer à investir dans les processus de planification centralisée et de prévision qui engloberont un nombre plus important de facteurs locaux. Les fournisseurs capables de tenir le rythme, seront ceux qui gagneront. On prévoit qu'un plus grand nombre de sociétés ne se limiteront pas à rechercher des solutions de type TCS (Total Cost-to-Serve) visant à estimer les coûts que représente l'approvisionnement de groupes de clients spécifiques à partir de différents points d'approvisionnement. Elles les combineront avec des solutions de pilotage de flux logistiques de type EEM (Extended Enterprise Management) pour maîtriser leur chaîne logistique du point source au point consommation. Les outils de gestion de commandes cross-canal DOM (Distributed Order Management), conjugués aux solutions de type EEM et TCS, permettront d'exécuter les commandes à partir des points les plus logiques pour leur exécution, où qu'ils se trouvent, tout en offrant un équilibre entre satisfaction maximale du client et rentabilité maximale pour l'entreprise, dans l'exécution de ces commandes. L'augmentation de la visibilité au sein de la chaîne logistique permettra une plus grande maîtrise des activités de l'enseigne ou de la marque et une agilité supérieure tout en optimisant les bénéfices et en réduisant les risques.


6) Soutenir la croissance de l'activité

On aura recours à des outils de prévision et de gestion des commandes afin de s'assurer que les produits qui se vendent le mieux soient recommandés en nombre suffisant et acheminés aux endroits où la demande est détectée et enregistrée, ce qui permettra d'équilibrer, de prioriser et de rationaliser les niveaux de stock au sein de l'entreprise. Le fait d'apporter directement l'information vitale aux partenaires de la chaîne logistique par l'intermédiaire d'outils de logistique intelligente permet à l'ensemble du réseau entreprise d'aboutir à des décisions plus rapides et plus affinées concernant la gestion des entrepôts et de la distribution. Tous ces aspects sont essentiels, en particulier lorsque la chaîne logistique s'allonge avec le développement de l'activité, en croissance organique ou suite à l'acquisition d'autres entreprises.


7) Des méthodes de déploiement de la main d'œuvre pour répondre à la mutation des modèles d'achat

À mesure que la vitesse et l'agilité des chaînes logistiques évoluent, la manière dont les ressources de main-d'œuvre sont optimisées se doit elle aussi d'évoluer pour garantir l'adaptation aux comportements d'achat changeants des consommateurs. Les distributeurs qui optent pour la capacité de changer le lieu et la manière dont les produits sont préparés et expédiés, doivent également pouvoir augmenter ou réduire leurs ressources. Ils doivent s'assurer qu'ils disposent des effectifs nécessaires pour faire face aux changements en temps réel se produisant sur le lieu de vente, dans les centres de distribution (CD) et au niveau du transport.

Considérée comme une ressource fondamentale et un coût pour le centre de distribution, la main-d'œuvre doit être optimisée en fonction de la demande. Pour disposer d'un volume approprié de main-d'œuvre, les entreprises doivent tenir compte des éléments suivants :

  • planifier et prévoir le budget annuel affecté à la main-d'œuvre.
  • définir un niveau adapté de main-d'œuvre régulière pour la charge de travail prévue.
  • optimiser la formule combinant des employés permanents, des employés effectuant des heures supplémentaires et des intérimaires.
  • prévoir les changements saisonniers, les lancements de produits et les promotions.
  • optimiser continuellement les niveaux de main-d'œuvre par jour, horaire de travail et zone.

8) Le rôle critique de la Chine

La Chine est exposée à de grandes menaces naturelles telles que les tremblements de terre, les tempêtes violentes, les inondations et les tsunamis. Une étude récente de FM Global, une companie mondiale d'assurance immobilière, souligne le fait que les chaînes logistiques de cette région sont davantage susceptibles de subir des interruptions d'activité en raison de catastrophes naturelles, notamment car la Chine n'a pas encore pleinement adopté les pratiques de gestion des risques généralement appliquées en Europe et aux Etats-Unis. Deux fois plus d'entreprises (86 % par rapport à 43 %) dépendent de la Chine plutôt que du Japon au sein de leur chaîne logistique pour leurs principales lignes de produit. De plus, 95 % des entreprises dépendantes de la Chine au niveau de leur chaîne logistique s'inquiètent des interruptions d'activité liées aux catastrophes naturelles, en raison de l'impact économique négatif profond et de longue durée qui pourrait les affecter. L'incidence pourrait être un ralentissement de l'économie au niveau mondial car la Chine est à la fois exportateur et importateur majeur de marchandises


Conclusion
Parmi ces tendances, certaines ne sont pas nouvelles. Depuis plusieurs années, nous avons pu constater leur influence sur la stratégie des entreprises, mais une partie d'entre-elles a un caractère plus immédiat et nécessite d'être surveillée de près. Les organisations qui aujourd'hui sont prêtes à assumer le changement ont de meilleures chances de réussir dans les mois et les années à venir.


A propos de Manhattan Associates

Manhattan Associates, forte de 22 années d'expérience, continue d'offrir l'excellence logistique à plus de 1200 entreprises à travers le monde convaincues que l'optimisation de leurs chaînes logistiques est un moteur indispensable à leur croissance. Les innovations de Manhattan Associates sont fédérées autour de Manhattan SCOPE®, gamme de solutions logicielles et de technologies qui, en s'appuyant sur une plateforme technologique commune (appelée Supply Chain Process Platform), aide les entreprises à optimiser leur Supply Chain depuis la planification jusqu'à l'exécution. SCOPE® comprend cinq suites logicielles de Supply Chain Management : Planification et Prévision, Optimisation du Stock, Gestion du Cycle des Commandes, Gestion du cycle du Transport, Gestion de la Distribution. Ces suites de solutions sont complétées par des applications transverses - Supply Chain Intelligence, Supply Chain Visibility et Supply Chain Event Management -, tandis que l'offre X-Suite permet de combiner les solutions ou leurs modules afin de répondre à des demandes complexes et spécifiques d'optimisation logistiques.

Pour plus d'informations : www.manh.com.fr


 


FAQ logistique est un média relayant les actualités des secteurs transport, logistique et supply-chain. Les communiqués de presse publiés sur FAQ Logistique ne sont pas rédigés par nos équipes mais directement par les sociétés qui souhaitent les diffuser sur notre site.

FAQ logistique ne peut donc en aucun cas être considéré comme responsable de leurs contenus. Pour toute question relative à un communiqué, nous vous invitons à vous rapprocher directement de la société concernée.



Contactez notre équipe