Notions > Enjeux Actuels > Reverse Logistics


Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

La logistique des retours concerne la gestion des flux du consommateur vers le producteur.

Ces flux peuvent avoir pour objet la gestion du Service Après Vente (SAV), le recyclage des déchets ou la gestion des invendus (en particulier dans la distribution de la presse par exemple).

Activité clé pour des secteurs comme la presse, le commerce électronique ou la vente par correspondance, les problématiques de protection de l’environnement exigent également une logistique inversée performante.

Il convient de distinguer deux types de retour :

  • Le retour des produits …
  • Le retour des emballages

A ces deux types de retours correspondant des traitements bien distincts :

Retour des produits finis

Retour des emballages

Retour au fournisseur après ou selon accord Réutilisation en l’état
Revente directe Réutilisation après remise en état ou nettoyage

Reconditionnement ou rénovation pour réintégration en stock

Récupération
Recyclage et récupération Recyclage
Destruction Mise au rebut

Source : La logistique globale - Enjeux, principes, exemples de Philippe-Pierre Dornier et Michel Fender

De même, on peut distinguer d'une part les retours qui entrent dans un cadre contractuel (par exemple dans le cas de la presse) pou rlesquels, l'organisation est généralement adapté en amont et d'autre part, les retours liés à des erreurs ou imprévus (erreurs de distribution ou dé préparation, etc.). Dans ce deuxième cas, les coûts de gestion risquent d'être beaucoup plus conséquents.

Enfin, deux paramètres structurent la gestion des retours :

  • La filière de destruction
  • Le degré de traitement



En 1999, l’ISLI a élaboré une classification des réseaux de « reverse logistics » particulièrement intéressante :

Reverse Logistics

Le rapport de force entre distributeurs et fournisseurs étant à l’avantage des premiers, les fournisseurs sont bien souvent contraints de récupérer les invendus.

Cependant malgré les aspects stratégiques et politiques incitant les entreprises et collectivités à développer leur « reverse logistics », de nombreux freins persistent…

On peut noter en particulier :

  • Qu’une forte implication des consommateurs et utilisateurs est requise
  • La complexité des opérations de collecte, de tri et de recyclage ou stockage …
  • L’insuffisance des volumes pour constituer des « camions complets » d’où des coûts unitaires de transport élevés

Mais outre les contraintes imposées par les retours, ceux ci peuvent avoir des aspects positifs pour les entreprises :


1) Argument marketing auprès des consommateurs (engouement des consommateurs pour les produits recyclés, importance du SAV, etc.).

Il s'agit même désormais d'un argument de poids pour certains sites de e-commerce vendant des articles de prêt à porter. En effet, contrairement au cas des magasins classiques, les acheteurs (ou acheteurses) ne peuvent essayer les habits ou chaussures lors d'un achat sur un un site de e-commerce et peuvent donc craindre de commander des articles non adaptés (principalement pour des problèmes de taille et de confort). En proposant le retour gratuit des articles commandés, les enseignes de e-commerce peuvent contrer ce frein à leur développement.

En contrepartie, les coûts de mise en place de cette supply chain inversée peuvent s'avérer importants.


2) Valeur des pièces récupérées dans l’électronique (composants en or)



Ressources connexes :

Logiguide GCL

Notre contribution pour protéger l’environnement: Reverse Logistics

Logistique inversée, chaîne d’approvisionnement, commerce électronique, ERP et logistique intégrée sont tous des termes à la mode. Alors que la plupart de ces initiatives sont axées sur la satisfaction des besoins du client et la gestion de l’information; la logistique inversée (Reverse Logistics), elle, concentre ses efforts sur l’environnement.



Hardis

Supply Chain : identifier précisément les flux retours pour les optimiser, les anticiper et les valoriser

La logistique est l'un des éléments-clés de la productivité du secteur de la distribution. Pourtant, contrairement aux flux d’expédition, la gestion des retours est encore trop souvent négligée. Or, les flux retour peuvent être optimisés et anticipés pour devenir créateurs de valeur pour l’entreprise.



Logiguide GCL

La Reverse Logistique

Si la maitrise des flux logistiques semblent être maitrisée par les industriels et les prestataires de services, il en est certainement tout autre en ce qui concerne la maitrise des flux de retours, appelé autrement reverse logistique, logistique à rebours ou distribution inversée.



Ouvrages conseillés sur le sujet

Ingénierie et gestion de la logistique inverse : Vers des réseaux durables
de Diane Riopel, Marc Chouinard, Suzanne Marcotte et Daoud Aït-Kadi

Présentation de l’éditeur
Les chaînes logistiques classiques ont permis de répondre efficacement aux besoins des clients en produits et services. Toutefois, les retours, les rejets et les matières dérivées de ces activités étaient éliminés ou ignorés.

La logistique inverse vise la valorisation de ces produits via un réseau de création de valeur intégrant les processus de récupération, de traitement, de recyclage, de distribution ou d'élimination propre.

Dans une perspective de développement durable intégrant les dimensions économique, sociale et environnementale, ces activités soulèvent des préoccupations quant à la conception des produits, des processus et des réseaux logistiques.

La prise en compte simultanée de ces considérations implique des changements importants qui affectent les modèles d'affaires autant que les habitudes de consommation. De nouvelles façons de faire et une vision à long terme sont les nouvelles bases des réseaux logistiques durables.

Ingénierie Des Processus de La Logistique Inverse
de Serge Lambert

Présentation de l’éditeur
L''ingénierie des processus de la logistique inverse" décortique les processus de la logistique inverse pour comprendre leur fonctionnement et interactions dans le but de proposer un cadre conceptuel de la logistique inverse. Le cadre proposé comporte sept processus qui sont: le système de coordination, l''étape Barrière, l''étape Collecte, l''étape Tri et l''étape Traitement, le système d''information et le système d''expédition.

Chacun des processus est étudié en détail par rapport aux opérations nécessaires pour l''entreprise qui souhaite mettre en place un bon système de logistique inverse. Ces opérations sont déterminées par l''expérience et par les observations faites en entreprises des systèmes de la logistique inverse. Par le biais de trois cas industriels et de trois expériences personnelles en tant que consommateur, le cadre conceptuel a été validé.

Puisque le cadre conceptuel se veut générique, des entreprises de différentes tailles oeuvrant dans des secteurs d''activités distincts ont été utilisées. Cette validation a permis de s''assurer que les situations vécues en entreprises étaient considérées par le cadre conceptuel.

Contactez notre équipe