Les Dossiers Thématiques > TMS / WMS > WMS - TMS PME > Interview de M. Jean-Marc PHILIP, Commercial chez Syleps



WMS et TMS : sont-ils adaptés aux PME ?

  INTERVIEW

‘‘Il convient de trouver le juste équilibre : limiter l’importance des adaptations pour que le budget ne soit pas exorbitant mais s’assurer de conserver la valeur ajoutée de l’entreprise’’ J-M.PHILIP, Syleps

Jean-Marc PHILIP, Commercial chez Syleps

Interview de M. Jean-Marc PHILIP, Commercial chez Syleps
Réalisée le 09/09/2013 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « WMS et TMS : sont-ils adaptés aux PME ? ».



Présentez-nous votre offre WMS. Comment s’articule-t-elle par rapport à votre offre globale ?

Notre WMS s’appelle Sydel Univers WMS. C’est une solution packagée qui appartient à la famille des solutions Sydel Univers.

Outre les modules de base de Sydel Univers, le package WMS comprend les modules stockage, préparation de commande et TMS chargeur (organisation des commandes par rapport aux exigences des transporteurs).

Dans la mesure où Syleps a également une activité de fabrication et d’intégration de solutions de mécanisation, nous avons naturellement intégré un module WCS (système de pilotage des équipements mécanisés) dans notre package WMS.

Notre WMS peut s’utiliser indépendamment des autres modules de Sydel Univers. Nous avons en fait assez peu de clients utilisant la totalité des modules. Par contre, la majorité des clients ont en effet le package WMS.


  Autres contributions

Evelyne RAYNAUD, a-SIS
‘‘ Pour les PME, la frontière qui existe aujourd’hui entre les TMS et les WMS tend à disparaître. ’’

Jérôme BOUR, DDS Logistics
‘‘ Notre objectif est de limiter le besoin en mobilisation de ressources chez le client. ’’

François BIESBROUCK, BK Systèmes
‘‘ Au-delà de la qualité du produit WMS, le projet se réussit grâce à l’accompagnement qu’il convient de proposer à la PME. ’’

Patrick REHEL, NEGSYS
‘‘ La PME cherche bien entendu une solution logicielle mais aussi du conseil. ’’

Ottavio RIVELLI, inconso
‘‘ Chez une PME, les équipes projet du client sont généralement plus proches de la Direction Générale. ’’

Gilbert GARCIA, KLS
‘‘ Dans une PME, les interlocuteurs sont beaucoup plus dans une logique de délégation de confiance et de compétence. ’’

Yvan KELLER, bp2r
‘‘ Un TMS est un concept logiciel extrêmement large. Il faut prendre le soin de savoir ce qu’on en attend véritablement. ’’

Jean-Pierre GAUTIER, ACSEP
‘‘ La mise en place d’un WMS est l’occasion pour la PME de tout mettre à plat et d’analyser la valeur de chaque action’’

Quelle typologie de clients adressez-vous ?

Nous sommes généralement dans la fourchette haute des PME.

Il nous arrive également d’intervenir dans de très grands groupes industriels mais plutôt au niveau de sites particuliers qui peuvent plutôt s’apparenter à une petite entreprise autonome.

En terme de secteurs, nous avons une très forte implantation dans le domaine de l’agro-alimentaire (industrie et distribution). Nous avons également une part de nos activités sur l’industrie de la santé et des fournitures industrielles. Il s’agit d’ailleurs de secteurs sur lesquels nous souhaitons augmenter notre présence.


Quelles sont les particularités d’un projet WMS chez une PME ?

On peut noter deux cas de figure en fonction de l’activité de la PME.

Pour une PME qui fabrique et distribue ses produits, la logistique représente généralement une petite part de l’activité. Le métier de base est lié à la production. Il peut ainsi être difficile de mobiliser les équipes sur un tel projet qui est parfois vu de façon annexe.
Le meilleur des cas de figure est celui où c’est la Direction Générale qui a pris la décision de la mise en place du WMS. Elle s’implique alors et arrive à mettre l’énergie suffisante pour favoriser le succès du projet.

Pour une PME qui distribue des produits qu’elle ne fabrique pas, la logistique est un métier beaucoup plus structurant pour l’entreprise. Ce cas englobe également les sociétés qui font partie d’un groupe et qui sont alimentées en produits par d’autres sociétés du même groupe. C‘est alors beaucoup plus simple de pouvoir compter sur des équipes motivées et compétentes. En effet autant dans un grand groupe vous pouvez détacher des personnes à temps complet pour travailler sur un projet particulier, autant dans une PME, les difficultés tiennent au manque de disponibilité des interlocuteurs. Les personnes qui vont s’investir sur le projet continuent à devoir assurer leurs activités régulières par ailleurs. Il leur est difficile de dégager du temps pour le projet logistique. Elles continuent généralement leurs activités sans être affectés à 100% sur les projets WMS.



Quels sont les points de vigilance à considérer pour mener à bien un tel projet ?

Le 1er point de vigilance concerne la complexité des solutions à mettre en oeuvre. Durant la phase d’avant vente, le client prend un temps conséquent pour comprendre ce qu’il va acheter. A cette étape, les principaux critères sont analysés (prix, fonctionnalités, etc.). C’est dans une deuxième étape que le client va vraiment appréhender plus dans le détail la solution pour comprendre exactement ce qui sera mis en œuvre.

Chez les PME, à la différence des projets qui concernent les grandes entreprises, il est indispensable d’établir des solutions simples. Du fait du manque de disponibilité des équipes, il ne faut pas consacrer trop de temps à réinventer la manière dont les opérations logistiques sont traitées. Au contraire, il faut s’appuyer sur des process préparamétrés. Ce sont donc plus des solutions clefs en main avec des petits budgets et une rapidité de démarrage qui sont recherchées.

Malgré tout, une fois que le WMS est choisi, les clients peuvent vouloir que la solution leur permette de faire exactement ce qu’ils faisaient dans leur ancienne configuration. En particulier si ils considèrent que ces éléments contribuent à la différenciation de leur offre par rapport à celles de leurs concurrents.
Cela peut s’avérer problématique. Un progiciel du marché nécessite pour le client de s’adapter. Si le client veut absolument garder ces modes opératoires, il faudra adapter l’outil et passer par la réalisation de spécifiques qui ne sont bien souvent pas compatibles avec leurs budgets.

Il convient donc trouver le juste équilibre : limiter l’importance des adaptations pour que le budget ne soit pas exorbitant mais s’assurer de conserver la valeur ajoutée de l’entreprise.

Le 2ème point de vigilance a déjà été évoqué, il s’agit de l’implication des équipes. Celle-ci passe par le choix des Key Users. Leur rôle est de remonter les besoins de l’entreprise et de prendre des décisions. Ce deuxième aspect est très important. Il est en effet impossible que tous les utilisateurs soient satisfaits par une décision. Il faut donc être en mesure de trancher et de faire accepter les décisions prises par le reste de l’équipe.
De même, les Key Users doivent faire preuve d’esprit de synthèse. Il existe plein de cas de figure particuliers qui se passent au cours d’une journée, mais il convient toujours de se poser la question de la fréquence du cas et de son côté impactant. Peut-être que celui-ci peut être traité à la main et donc pas justifier une adaptation du produit.

Le dernier point de vigilance concerne le planning. Les PME dans une logique budgétaire ont tendance à vouloir réduire au maximum la durée du projet de mise en place du WMS. En effet, elles considèrent qu’une part significative du coût du projet est liée aux prestations. Ainsi, plus on ira vite, moins il y aura de prestations et plus petit sera le budget.

Il ne faut cependant pas chercher à vouloir faire des plannings trop courts. Il est souvent recommandé de laisser le projet mûrir, de s’accorder des phases d’analyse permettant de comprendre mutuellement ce dont les utilisateurs ont besoin et ce que le produit est en mesure de faire.
Ce temps de réflexion doit être vu comme un investissement. Ne pas passer suffisamment de temps en amont risque de créer des situations dans lesquelles on subit des désagréments dans la phase de mise en oeuvre. Une fois la solution mise en place, il devient très compliqué de changer de direction.

Je considère donc qu’il faut prendre du temps au départ et ne pas chercher à trop comprimer le planning.


Vous évoquez le planning. Combien de temps faut-il généralement compter entre le moment où une solution est retenue par le client et sa mise en œuvre sur le terrain ?

Entre la sélection de l’éditeur et la mise en production, un délai de 4 à 6 mois est raisonnable.
Si il arrive cependant que des projets qui concernent des PME se fassent en deux mois, il s’agit de cas idéaux (décision prise au bon moment, ressources libérées à temps aussi bien du côté intégrateur que client, pas de perte de temps dans la prise de décision, etc.)


Bio Express

Jean-Marc PHILIP est entré chez Syleps en 2006. Il est Responsable de la commercialisation des solutions logicielles et en particulier du WMS de l’éditeur.

De formation Ingénieur Informatique Industriel complété par un Master en Gestion, il a débuté sa carrière dans une SSII en occupant des postes de développeur jusqu’à chef de projet.

Au début des années 1990, il intègre le monde des éditeurs ERP agro-alimentaire et de WMS industriel.

Site Internet de Syleps : http://www.syleps.com/


Contactez notre équipe