Les Dossiers Thématiques > Entrepôt / WMS > Quel WMS pour quel secteur ? > Interview de Thomas TSCHINSCHANG, Directeur Commercial de KLS



Retail, santé, matières dangereuses… quel WMS pour quel secteur ?

INTERVIEW

‘‘ KLS combine possibilités techniques de ses solutions et expertise sectorielle de ses chefs de projets ’’ T. TSCHINSCHANG, KLS


Thomas TSCHINSCHANG, Directeur Commercial de KLSInterview de Thomas TSCHINSCHANG, Directeur Commercial de KLS.
Réalisée le 05/01/2018 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Retail, santé, matières dangereuses… quel WMS pour quel secteur ? ».


Quels sont les principaux secteurs d’activité des sociétés utilisatrices du WMS de KLS ?

KLS Group est un éditeur multisectoriel avec une place de leader dans certaines activités comme le luxe ou la santé :

  Autres contributions

Pauline POISSONNIER, Consultant REFLEX solutions logistiques
‘‘ Avec Reflex, nous avons fait le choix d’un logiciel unique en mesure d’adresser les spécificités sectorielles ’’

François BIESBROUCK, Directeur de BK Systèmes
‘‘ À partir d’un WMS unique, nous adressons les secteurs en activant des pans de fonctionnalités spécifiques ’’

Philippe MARQUES (Responsable Produits) et Xavier LIBRE (Responsable Offre & Avant-vente Grands Compte), A-SIS
‘‘ Des fonctions dédiées à un secteur peuvent trouver un écho chez d’autres acteurs ’’

Sébastien SLISKI, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions chez Zetes
‘‘Distribution pharmaceutique : assurer la conformité du digital et du physique ’’

  • L'agroalimentaire : Laiterie Saint Père (Groupe Intermarché), Groupe Sodiaal (Nutribio, Entremont…), Mondelez International…
  • La santé (centres hospitaliers, laboratoires et groupes pharmaceutiques) : Montpellier, Lyon, Amiens, Bordeaux, Angers, Medtronic, Debio, Groupe Lepine…
  • La distribution au sens large (Retail et E-commerce) : Dafy Moto, Julbo, Pacaprod, Système U, Vilmorin…
  • Le luxe : LVMH, Richemont, Swatch…

Néanmoins, notre périmètre d’intervention ne s’arrête pas à ces seuls secteurs. Nous sommes en mesure de répondre à diverses problématiques.


Tous les secteurs sont-ils adressés par KLS avec le même WMS ?

C'est en effet le même produit qui est utilisé.

En fonction des secteurs d’activité, des spécificités en termes de fonctionnalités sont activées. Nous avons ainsi créé des modules dédiés à certains secteurs. C’est le cas pour la santé, les matières dangereuses et la distribution.




Pouvez-vous nous en dire plus sur le module matières dangereuses ?

Le module SAFE est destiné aux sociétés qui distribuent ce type de produits, y compris les prestataires. Il permet :

  • D’effectuer les déclarations,
  • De calculer automatiquement les seuils réglementaires ICPE,
  • D’opérer la gestion des compatibilités et incompatibilités matières,
  • De suivre les historiques des produits,
  • De gérer les fiches de données sécurité,
  • Etc.

Et sur ceux dédiés à la santé ?

Nous proposons différents modules.

En particulier un module de préconisation de commandes d’achat qui se base sur la saisonnalité, les délais de réapprovisionnement et les cycles de consommation.

À partir de ces données, le système recommande des réapprovisionnements périodiques ou sur seuil. Nous sommes le seul éditeur de WMS à proposer un tel module.

Nous avons également développé un autre module qui vise à traiter les produits particuliers comme les implants, le sang, etc.


Dans le secteur de la santé, quels types d'unité logistique équipez-vous ?

Dans le domaine de la santé, notre WMS s’adresse aussi bien à l’intendance générale, qui peut s’apparenter à une activité d’entrepôt classique (magasin hôtelier général et pharmacie centrale), qu’aux sites intermédiaires qui regroupent les pharmacies d’établissement comme les unités fonctionnelles ou bien les blocs opératoires.

Il s’agit donc d’une gestion en cascade. Notre WMS permet des gestions multi-sites et multi-niveaux particulièrement adaptées aux flux de la santé.


Quels sont les profils des utilisateurs de votre WMS dans ce secteur ? J’imagine qu’ils diffèrent de ceux d’un entrepôt traditionnel…

Cela dépend du périmètre sur lequel le WMS est utilisé dans le centre hospitalier. Il s’agit aussi bien de personnel soignant que de professionnels logistiques. On retrouve majoritairement ces deux profils.


Et pour la distribution, quelles sont les spécificités du module que vous proposez ?

La logistique hospitalière nous a permis de développer une expertise pointue dans le domaine de la traçabilité (médicaments, implants…). Aujourd’hui, cette expertise est mise à disposition pour le secteur de la distribution en particulier pour les drives alimentaires. Nous avons développé un module spécifique de planification et d’ordonnancement où les préparations peuvent être générées automatiquement et prototypées en fonction des typologies de commandes.

Nous avons souhaité apporter une réponse au fait que les cycles se sont drastiquement raccourcis. On est ainsi passé d’un délai jour à un délai heure. Il n’est pas envisageable de dédier une personne à la planification des préparations au fil de l’eau. Lorsque la commande tombe, elle est analysée, découpée et lancée. Les moteurs permettent d’atteindre cette réactivité et contribuent ainsi au respect des objectifs d’expédition dans la même journée notamment pour les drives alimentaires.


Vos clients distributeurs ont-ils plutôt une activité de vente en magasin ou d’e-commerçants ?

Nous rencontrons tous les cas de figure. Certains s’appuient sur un réseau de boutiques, d’autres sont des pure players Internet ou encore utilisent des canaux de vente à distance de type VPC.

Ce qui vient complexifier le tout, c’est que nombre de distributeurs combinent plusieurs canaux en même temps (cross canal).

C’est, par exemple, le cas de notre client Maty (bijouterie), entreprise historiquement présente dans le secteur de la VPC (commandes par courrier, fax ou téléphone), qui a fortement développé son activité e-commerce et qui s’appuie également sur un réseau de magasins.

La particularité chez ce client est que tous les produits sont disponibles à la vente, quel que soit le canal. La gestion des préparations et des retours est donc commune.

Chez Maty, à travers l’utilisation du module de planification et d’ordonnancement, nous avons divisé par deux les cycles de préparation et d’approvisionnement grâce à une vision globale multi-sites et multi-supports qui a permis d’accélérer les opérations et de limiter les niveaux de stocks.


Revenons au secteur du luxe que vous avez évoqué en début d’entretien. Quelles en sont les spécificités logistiques ?

Il s’agit d’un secteur dans lequel la qualité est prépondérante. L’erreur n’y est pas tolérée. Tout au long du processus, on retrouve de nombreuses opérations de contrôle. Les workflows sont vraiment très séquencés.

Le besoin de traçabilité est très fort, lié au niveau d’exigence qualité mais aussi au coût des matières premières, et l’automatisation très présente.

Dans ce secteur, nous intervenons souvent sur un aspect fabrication. Nous gérons, à travers notre WMS, l’ensemble des composants et matières premières, en particulier utilisés pour le SAV.

Les niveaux de stock sont très importants. Chez certains clients, il s’agit de plusieurs dizaines de millions de références qui sont physiquement présentes dans l’entrepôt.


Mis à part les modules évoqués au cours de l’entretien qu’est-ce qui différencie KLS de ses confrères, éditeurs de WMS ?

Notre principale force au moment d’adresser un secteur spécifique est de pouvoir combiner les possibilités techniques de nos outils avec l’expertise de nos chefs de projets.

Ceux-ci sont en effet spécialisés par secteur d'activité. Ils maitrisent ainsi le métier du client et ses particularités ce qui permet d'apporter une réponse très qualitative à chaque problématique.

Au-delà des modules spécifiques évoqués, la marque de fabrique de notre application est qu’elle est assimilable à un LEGO. Tous les workflows logistiques sont paramétrables. Du coup, le client peut lui-même mettre en place les scénarios de réception, de préparation, etc.

Une fois l'analyse fonctionnelle réalisée à l’instant T et le système paramétré par nos soins, les équipes de l’entreprise ont l’autonomie suffisante pour faire évoluer la solution et coller au plus près aux besoins métiers. Cela est possible grâce à la capitalisation d’un nombre conséquent de workflows (préparation, réception, contrôle qualité, etc.) sous des librairies.

Cela peut s’apparenter à un vendeur de maisons « sur catalogue » qui disposerait de différents types d'habitations témoins avec la possibilité pour les clients d’affiner certains éléments (ajout d’une pièce, modification des tailles de fenêtres, etc.).


Hormis le WMS, proposez-vous d’autres solutions orientées logistique ?

KLS Group est spécialisé dans les domaines du WMS et du TMS.

Nous venons en particulier d’intégrer la société Logtimum, experte dans le domaine du TMS dans l’entité métier KLS Transport. Nous sommes désormais un des rares éditeurs français en mesure de couvrir aussi bien les opérations d’entrepôt que les opérations de transport.

Le TMS, nommé XMS, de Logtimum propose, entre autres, quatre grandes fonctions :

  • L'impression d'étiquettes avec la communication EDI
  • Le tracking du colis
  • L'optimisation des expéditions à travers le choix du transporteur
  • Le contrôle de la facturation

Nombre de ses clients sont des prestataires logistiques.


Des innovations sont-elles à prévoir en 2018 chez KLS ?

Nous sommes en train de développer des lunettes de réalité augmentée qui vont permettre de proposer un autre type de support de préparation que le terminal radio ou le vocal.

Ce mode vise en fait à combiner les avantages de ces deux technologies.

Il s’agira en particulier d’afficher les plans de préparation ou les actions à réaliser sur le bas de la lunette, de flasher les articles ou les supports à l’aide d’un lecteur optique et d’effectuer des contrôles soit par la voix soit par les yeux.

La solution doit être testée chez un client en 2018. Elle sera présentée sous forme de démo au cours du salon SITL en avril prochain.

Dans une deuxième phase, nous souhaitons aller vers la réalité augmentée. Par exemple, afficher en temps réel des informations en fonction du lieu où se situe l’opérateur et des articles stockés à proximité.


Bio Express :

Thomas TSCHINSCHANG est Directeur commercial de KLS. À ce titre, il a en charge la stratégie commerciale et le management des forces de ventes de l’entreprise. Il a auparavant occupé les postes d’Ingénieur d’affaires puis de Responsable Développement des Ventes France.

Thomas TSCHINSCHANG détient une formation supérieure en informatique et électronique.

Site Internet de KLS : http://www.kls-group.fr/


Contactez notre équipe