Les Dossiers Thématiques > Entrepôt / WMS > Quel WMS pour quel secteur ? > Interview de Pauline POISSONNIER, Consultant REFLEX solutions logistiques



Retail, santé, matières dangereuses… quel WMS pour quel secteur ?

INTERVIEW

‘‘ Avec Reflex, nous avons fait le choix d’un logiciel unique en mesure d’adresser les spécificités sectorielles ’’ P.POISSONNIER, HARDIS GROUP


auline POISSONNIER, Consultant REFLEX solutions logistiquesInterview de Pauline POISSONNIER, Consultant REFLEX solutions logistiques.
Réalisée le 09/01/2018 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Retail, santé, matières dangereuses… quel WMS pour quel secteur ? ».


Quels sont les grands domaines d’activités des sociétés utilisatrices de votre WMS ? Comment techniquement adressez-vous ces différents secteurs ?

Les principaux secteurs d’activité de nos clients sont la prestation logistique, le retail et l’industrie.

  Autres contributions

Thomas TSCHINSCHANG, Directeur Commercial de KLS
‘‘ KLS combine possibilités techniques de ses solutions et expertise sectorielle de ses chefs de projets ’’

François BIESBROUCK, Directeur de BK Systèmes
‘‘ À partir d’un WMS unique, nous adressons les secteurs en activant des pans de fonctionnalités spécifiques ’’

Philippe MARQUES (Responsable Produits) et Xavier LIBRE (Responsable Offre & Avant-vente Grands Compte), A-SIS
‘‘ Des fonctions dédiées à un secteur peuvent trouver un écho chez d’autres acteurs ’’

Sébastien SLISKI, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions chez Zetes
‘‘Distribution pharmaceutique : assurer la conformité du digital et du physique ’’

Historiquement, les WMS étaient plutôt spécialisés avec des briques métiers très cloisonnées.

Avec Reflex, nous avons fait le choix d’un logiciel unique en mesure de s’adapter pour répondre aux différentes activités des clients.

Notre WMS couvre ainsi un large panel de process et de besoins. C’est ensuite à travers le paramétrage ou l’utilisation de modules dédiés (gestion des alcools, des matières dangereuses, etc.) que nous sommes en mesure de répondre finement aux spécificités de nos clients.

Prenons le cas des prestataires logistiques qui sont donc pour Hardis des partenaires historiques. Sur un même entrepôt, ils doivent pouvoir gérer des activités diverses : de la distribution alimentaire, du textile, de la pièce détachée, etc.

Sur chacune d’entre elles, les process sont différents. Une réception de produits textiles au colis ne se traitera pas comme une réception de produits alimentaires en palette. De même, les niveaux de contrôles de qualité et de traçabilité vont évoluer en fonction de la typologie de la marchandise.

Néanmoins, l’utilisation d’un outil commun permet à l'opérateur qui est la personne au cœur du process de réaliser son travail avec facilité et de toujours utiliser les mêmes écrans.

C'est donc cette approche de logiciel unique avec paramétrage que nous avons pu mettre en œuvre chez les 3PL, mais également chez tous nos clients des autres secteurs.

Aujourd’hui, nous traitons aussi bien la distribution, le e-commerce, l'industrie ou la pharmacie avec le même outil.

Nous considérons que s’appuyer sur une seule solution offrant une grande couverture fonctionnelle apporte de la valeur ajoutée à l’ensemble de nos clients, en particulier dans des contextes d’évolution d’activité.

En effet, la logistique bouge vite et son impact est croissant sur le business. Elle n'est plus uniquement envisagée comme un centre de coût, mais un poste à valeur ajoutée permettant de fournir une réponse aux nouvelles exigences des clients et des consommateurs.

Une société qui choisit un WMS doit en particulier s’assurer que l’outil lui permettra de facilement adapter ses process dans le temps.




Pourriez-vous illustrer ce point ?

Prenons l’exemple des acteurs de la distribution.

Les retailers s’appuyaient traditionnellement sur un réseau de magasins. Ils ont ensuite dû intégrer le e-commerce et ont donc dû apprendre en quelque sorte un nouveau métier.

Dans ce secteur les transformations se poursuivent aujourd’hui avec le développement du Click & Collect voire du Ship From Store.

Pouvoir continuer à utiliser la même solution et ne pas avoir à juxtaposer plusieurs systèmes constitue selon nous une vraie force.

C’est notre vision pour accompagner nos clients sur les évolutions de leurs métiers.


Revenons à la prestation logistique. Quelles sont les attentes des acteurs du secteur par rapport au WMS ?

La prestation logistique constitue donc notre canal historique. Nous comptons plus de 50 références dans ce secteur et près de 20% de notre parc installé concerne les 3PL.

C’est donc clairement à travers la collaboration avec ce type de sociétés que nous avons construit notre solution.

L’ensemble des prestataires attend de nous et de notre WMS Reflex :

  • Une capacité à apporter de la valeur ajoutée à leurs propres clients, en particulier à travers l’innovation.
  • La maîtrise des coûts pour assurer la rentabilité de leurs process.
  • Une solution nativement multi sites, multi clients et multi activités. Sur un ou plusieurs entrepôts, il s’agit d’adresser différentes activités de façon complètement transparente pour les utilisateurs.
  • Une autonomie et une facilité de prise en main. L’appropriation de l’outil doit être aisée de manière à simplifier les déploiements et l’intégration de nouveaux clients sans être dépendant de l’éditeur. Si des développements informatiques sont nécessaires, ils doivent pouvoir être effectués de façon maîtrisée et cloisonnée.
  • Le pilotage de la performance en temps réel. Les prestataires souhaitent suivre des KPI via la consultation de tableaux de bord accessibles en mobilité (tablette, téléphone, écrans dans l’entrepôt) et faciles à paramétrer. L’objectif est de contrôler l'avancement de l'activité, de piloter les délais pour être au plus juste et assurer cette performance. Pour les prestataires c'est un enjeu récent, mais capital.

Au-delà de ces attentes génériques, vos clients prestataires peuvent-ils avoir des besoins spécifiques ?

Certains sont en effet eux-mêmes spécialisés dans des secteurs d’activité dont les contraintes d’exploitation sont spécifiques.

Je pense en particulier à des secteurs soumis au respect de normes ou à des exigences fortes de contrôle et de traçabilité. Par exemple la pharmacie avec des normes de type CFR 21. Pour y répondre, nous avons ainsi mis en place certaines fonctionnalités dédiées comme la signature électronique qui permet de valider certains process par un second opérateur ou un manager.

En ce qui concerne la traçabilité et la sécurité des informations, le sujet est également important pour les prestataires qui traitent des alcools ou des matières dangereuses.


Quelles sont les spécificités du secteur de la distribution en termes de gestion d’entrepôt ?

Je l’évoquais à l’instant, c’est bien entendu le développement de l’omnicanal qui marque le secteur.

Les distributeurs doivent désormais traiter les commandes e-commerce dont les typologies de flux sont très différentes de l’approvisionnement de magasins.

Nativement, Reflex permet d’adresser la variété des process quelles que soient les tailles des acteurs concernés.

Le même produit permet par exemple de traiter aussi bien les flux de Bol.com (leader du e-commerce aux Pays-Bas) avec un entrepôt de 150 000 m² et 1.400 utilisateurs de notre WMS que ceux de Probikeshop.fr (vente d'articles vélos) qui opère sur entrepôt en région lyonnaise.

Reflex propose ainsi une très large étendue de process avec des modes de préparation dédiés (ramasse, tri, emballage, etc.) et une grande capacité de personnalisation.

Ce dernier point est important. Plus la logistique se rapproche du client final, plus les contraintes de personnalisation sont fortes. Cela peut par exemple concerner une prestation d’emballage cadeau sur l’entrepôt.

De même, cette proximité de l’entrepôt avec le consommateur final provoque une exigence de qualité de service de plus en plus importante. La fiabilité du stock est à ce titre prépondérante et il est indispensable de piloter finement les opérations afin de s’assurer du bon respect des délais et des engagements. Il en va de l’image de marque du distributeur vis-à-vis de ses clients.

La réponse logistique qui est d’ailleurs de plus en plus souvent apportée par les entreprises du secteur est la mécanisation ou la robotisation. Nous devons dès lors interfacer notre WMS avec ces solutions.
Enfin, dernière tendance forte du secteur, le développement du Click & Collect et du Ship From Store. Ici, il s’agit de faire véritablement entrer la logistique sur le point de vente.

Nous couvrons l’ensemble de ces sujets et sommes en mesure de fournir une réponse globale aux nouveaux enjeux logistiques et à l'exécution des opérations dans un contexte d’omnicanalité.


Que proposez-vous aux distributeurs pour la gestion de leurs opérations logistiques en magasin ?

Nous avons lancé l’an dernier une application 100% mobile et embarquée qui vise à apporter une solution de gestion de stock en magasin : Reflex In-Store Logistics. Celle-ci couvre tous les process d'exécution logistique en magasin. Il s’agit en quelque sorte du dernier maillon de la supply chain à intégrer.

Il ne s’agit pas uniquement de gérer la réserve, mais d’étendre le périmètre d’action jusqu'aux rayons. L’objectif est de donner de la visibilité au vendeur sur son stock disponible que celui-ci soit situé en linéaires, dans sa propre réserve ou sur un autre magasin.

Finalement, dès que la gestion de magasin est un peu conséquente, il devient nécessaire de maîtriser finement son stock. Il ne suffit plus de seulement se référer à un stock consolidé pour l'ensemble des magasins.

Notre solution gère également la préparation de commandes en point de vente ou en drive pour permettre aussi bien le Click & Collect que l’expédition depuis les magasins (Ship From Store).

À travers la maîtrise du stock sur l’ensemble de la chaîne et du réseau, les enseignes et leurs vendeurs doivent ainsi pouvoir maximiser leurs ventes.

Nous travaillons désormais en co-construction avec plusieurs clients et la commercialisation de Reflex In-Store Logistics sera élargie à tous les distributeurs dès l'été prochain.

Jusqu’à présent, nous avons pu constater que la solution intéressait aussi bien les acteurs de l'agroalimentaire que de la distribution spécialisée.


Quels types d’opérateurs l’utiliseront ?

Pour certains enseignes, l’application sera principalement employée par les vendeurs afin qu’ils puissent bénéficier d’une visibilité complète sur le stock et lancer le traitement de process omnicanaux.

Dans d’autres enseignes, une utilisation par des opérateurs dédiés aux opérations logistiques sur le point de vente sera privilégiée.

Cela dépendra avant tout de la taille du magasin.


Passons à l’industrie. À quels types d’enjeux votre WMS permet-il d’apporter une réponse ?

Nous adressons en effet la logistique également en dehors des entrepôts classiques. En particulier dans des environnements industriels y compris dans les usines en amont et en aval des lignes de production.

Les principales contraintes des industriels concernent la traçabilité, la gestion des dates et la maîtrise d'une hétérogénéité de produits.

Dans une usine, on retrouve des produits semi-finis nécessitant une gestion de numéros de série, des pièces détachées, etc.

Les process sont également particuliers notamment en ce qui concerne l'approvisionnement ou le retour de lignes de production.

Dans l’industrie, la mise en place de notre WMS répond principalement aux objectifs suivants :

  • Maîtriser et réduire les quantités stockées sur les sites de production,
  • Limiter les destructions avec une meilleure maîtrise des dates,
  • Gérer les rompus,
  • Etc.

Tout cela est rendu possible par la fiabilisation des stocks des sites industriels.

Celle-ci impose d’ailleurs au WMS une grande ouverture vis-à-vis de l’écosystème informatique des sites de production. Il doit pouvoir s’intégrer avec la GPAO, l’ERP ou les MES qui pilotent les lignes de fabrication.

C’est ainsi que l’exécution logistique peut être fiabilisée à chaque étape entre les phases de production et de logistique.


Votre WMS est-il dès lors utilisé en amont des usines ?

Nous sommes historiquement présents en aval des usines. Nous équipons déjà en effet nombre de centres de distribution de produits de grande consommation ou de pièces détachées.

La façon dont nous adressons ces entrepôts est finalement assez proche de ce que nous faisions pour les 3PL.

Depuis quelques années, nous sommes de plus en plus sollicités pour mettre en place le même type de solutions sur des entrepôts d’approvisionnement des usines.

Le WMS va venir renforcer ces process.


Quels sont les points différenciants de Reflex WMS par rapport aux solutions de vos confrères ?

Je pense que les principaux points différenciants tiennent à la richesse du standard, à notre logique d’ouverture sur l’écosystème supply chain, à notre capacité d’innovation et à l’expérience métier de nos consultants.

Nous avons une R&D très active qui regroupe une quarantaine de personnes. Le standard de la solution est donc riche et le paramétrage accessible pour les utilisateurs. L’objectif est de leur donner l'autonomie suffisante pour faire évoluer leurs process et ainsi continuer à bénéficier des travaux de la R&D.

Ensuite, notre maîtrise des technologies nous permet d'être dans une logique d'ouverture avec un écosystème de partenaires. C'est-à-dire que nous nous sommes focalisés sur l’expertise logistique où qu'elle soit et que nous nous entourons des solutions up to date pour être capables de nous ouvrir sur les écosystèmes supply chain de nos clients. Je pense par exemple à des partenaires comme Shippeo sur la traçabilité des livraisons.

Chez Hardis l’innovation est également un point clé. En atteste le développement actuel de notre drone inventoriste.

Enfin, les consultants Hardis ont tous acquis une expérience terrain avant de rejoindre nos équipes. Cette expertise métier est chez nous un prérequis.


Bio Express :

Pauline POISSONNIER a intégré Hardis en 2013 en tant que Consultante Solutions pour les produits Reflex. Elle intervenait à ce titre chez des clients de différents secteurs (textile, industrie, etc.).

Depuis 2017, elle a rejoint les équipes avant-vente de l’éditeur et travaille sur les réponses aux appels d’offres et sur l’enrichissement de l’offre en particulier à destination du retail avec le développement de Reflex In Store.

Elle a auparavant occupé des postes de Chef de projets logistiques dans l’industrie et le retail (Declathon, Vertbaudet, Cyrillus...) en France et à l'international, en particulier en Chine.

Site Internet d'Hardis : www.hardis-group.com
Site Internet de REFLEX : www.reflex-logistics.com


Contactez notre équipe