Les Dossiers Thématiques > TMS / WMS > WMS et TMS: faut-il passer au mode SaaS ? > Interview de Jérôme BOUR, PDG de DDS Logistics



WMS et TMS: faut-il passer au mode SaaS ?

  INTERVIEW

‘‘Les prospects sont très matures vis-à-vis du SaaS. Ils en appréhendent à la fois les bénéfices et les limites’’ J. BOUR, DDS Logistics

Jérôme BOUR, PDG de DDS Logistics

Interview de Jérôme BOUR, PDG de DDS Logistics.
Réalisée le 14/01/2014 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique «TMS et WMS : faut-il passer au mode SaaS ?».



Quelle est la vision de DDS Logistics par rapport au SaaS ?

Nous avons été l’un des premiers à proposer une offre SaaS. Ce mode constitue clairement un axe stratégique pour nous.

Aujourd’hui nous constatons que la demande du marché est très soutenue pour des solutions de ce type. Les grands groupes aussi bien que les entreprises de taille moyenne ou les PME sont fortement intéressés.

En même temps, les prospects sont très matures vis-à-vis du SaaS. Nous l’avons à nouveau constaté lors du dernier Supply Chain Event.

Ils en appréhendent à la fois les bénéfices et les limites. Les discussions que nous avons avec eux nous permettent ainsi d’aborder rapidement les points qui vont faire qu’une offre SaaS va être pertinente ou pas vis-à-vis de leur projet.


  Autres contributions

Evelyne RAYNAUD, a-SIS
‘‘ Aujourd’hui le marché veut avoir le choix entre SaaS et Licence ’’

Jean-Charles DECONNINCK, Generix Group
‘‘ Le SaaS constitue le moyen même de construction de notre offre de collaboration au sein de la Supply Chain ’’

Fabrice MAQUIGNON, WKTS - Transwide
‘‘ Le SaaS nous permet de mettre en place très rapidement l’exécution opérationnelle du transport, particulièrement génératrice de gains pour les chargeurs ’’

Florent BOIZARD, Hardis
‘‘ Le choix entre SaaS et licence dépend avant tout des attentes du client, de sa saisonnalité et de sa croissance ’’

Yvan KELLER, bp2r
‘‘ La question à se poser est la suivante : a-t-on besoin d’un outil de gestion ou de production? ’’

Steven WALLIS, MobileIT
‘‘ Le mode SaaS peut conduire les entreprises à s'équiper d'un WMS plus rapidement qu'elles ne l'auraient fait autrement ’’

Florian CIMETIERE, ITinSell
‘‘ Avec le SaaS, le client s’affranchit des risques d’obsolescence de la solution ’’

Jean-François SERRA, Creasoft51
‘‘ Avec le SaaS, nous facturons nos clients en fonction du nombre d’écrans consultés ’’

Vincent LE BRIS, Transporeon
‘‘ Avec le mode SaaS, les transporteurs , industriels ou distributeurs ont simplement besoin d’une connexion Internet pour accéder à nos solution ’’

Proposez-vous exactement les mêmes solutions en modes SaaS et licence ?

Pas exactement. Nous considérons en fait il y a deux aspects dans nos solutions TMS.

1. Le volet optimisation et mise sous contrôle des process de gestion du transport du client : ces éléments sont identiques du point de vue fonctionnel dans les deux modes. Les process différant d’un client à un autre, nous considérons qu’il y a toujours un besoin de personnalisation de notre solution en fonction de chaque société. Aussi bien en mode SaaS qu’en mode licence, le paramétrage nous permet d’opérer cette personnalisation.

2. Le volet collaboration proposé sous forme de plate-forme à laquelle une communauté d’acteurs se connecte. Par nature, une telle solution ne peut être proposée qu’en mode SaaS.


Quels sont les intérêts du SaaS pour une entreprise qui souhaiterait s’équiper d’un TMS ?

Pour répondre à cette question, la taille de la société cliente constitue un critère important.

Le mode SaaS permet d’offrir une capacité à monter en charge, à variabiliser en quelque sorte les coûts informatiques. C’est un point particulièrement intéressant pour les PME qui ne disposent pas de services informatiques comparables à ceux des grands groupes.

Pour les grands groupes, c’est plutôt à la question de la sécurité que le mode SaaS va apporter une réponse pertinente. Les TMS sont très ouverts par nature dans la mesure où avec le transport on sort des frontières de l’entreprise. Il existe donc des risques associés. C’est pourquoi les directions informatiques de ces sociétés, pour des questions de sécurité, préfèrent utiliser des solutions collaboratives hébergées en mode SaaS. En effet avec ce mode, rajouter un client va relativement vite et permet de s’affranchir d’une certaine pesanteur sur les procédures internes.

Enfin, on considère généralement que le SaaS permet d’accélérer la mise en place de la solution grâce au déploiement de solutions packagées. Cependant, nous ne considérons pas que cela représente un différenciateur en tant que tel dans la mesure où nous pouvons proposer des performances à peu près équivalentes en mode licence.



En mode SaaS, sur quelles bases facturez-vous vos clients ?

Nous proposons deux modes de facturation :
- en fonction du nombre d’utilisateurs
- en fonction d’une unité d’œuvre transport (par exemple le nombre d’expéditions)

Nous nous sommes cependant rendus compte que nos clients préféraient clairement le mode de facturation lié au nombre d’utilisateurs. Ceci pour deux raisons.

Capture d'écran DDS Logistics

D’abord parce que c’est un mode dans lequel le coût va être beaucoup plus prévisible et lissé. Souvent, lors de la mise en place de notre TMS, nos clients n’ont pas une idée précise du nombre d’expéditions. Une facturation à l’unité d’œuvre transport reviendrait donc pour eux à s’engager sur un budget qu’ils ne maîtrisent pas. Au contraire, le nombre d’utilisateurs est connu, il s’agit de l’équipe qui gère le transport au sein de la société. Avec une facturation en fonction du nombre d’utilisateurs, le coût est donc maîtrisé et stable tout au long de l’année.

Ensuite parce que le TMS va apporter des gains de productivité. Si on se place dans un cadre où les volumes de transport sont en croissance, l’idée est clairement d’absorber ou de gérer plus de volume à effectif constant. Si vous êtes sur un mode dans lequel l’unité d’œuvre est le nombre d’expéditions, lorsque ce nombre progresse de 10 %, votre coût augmente dans les mêmes proportions. Au contraire, en liant le coût au nombre d’utilisateurs, le budget reste constant et est donc réparti sur un plus grand nombre d’expéditions. Dans cette configuration le gain de productivité bénéficie donc totalement aux clients.


Quels sont les coûts fixes associés à la mise en place de votre TMS en mode SaaS ? Sont-ils comparables à ceux d’une mise en place d’un TMS en mode licence ?

Dans les deux cas, il convient en effet de prendre en compte une partie projet. Il s’agit du travail d’analyse des process du client, de son réseau de transport, de ses structures tarifaires, etc.

Cette partie projet comprend également la formation puisque nous privilégions un mode de transfert de compétences. Tout ce travail est réalisé de la même manière sur un projet SaaS et sur un projet licence. Ce sont des coûts qui sont facturés au démarrage. Il y a donc effectivement un coût initial de projet pour mettre en œuvre la solution.

Portail Web DDS Logistics

Ce coût est un peu plus faible en mode SaaS qu’en mode licence sur la partie technique puisque l’infrastructure existe déjà. Rajouter un client dans notre infrastructure SaaS est très rapide en comparaison de la mise en place d’une infrastructure ad hoc chez un client.

En revanche, pour tous les aspects de paramétrage ou de transfert de compétences, la charge est comparable.

Nos clients nous demandant de leur fournir des solutions adaptées et personnalisées en fonction de leur process, ces coûts sont tout à fait compris par le marché.


Bio Express

Jérôme BOUR a pris la Direction de DDS Logistics en 2000. Il a auparavant occupé les postes de Directeur Informatique du Groupe DAHER, de Responsable de l’organisation et des systèmes opérationnels chez DHL et de Consultant chez Ernst & Young.

Site internet de DDS Logistics : www.ddslogistics.com


Contactez notre équipe