Les Dossiers Thématiques > Entrepôt > Optimisation d'entrepôt > Interview de Bertrand JAUFFRET, Président de Cleversys



Optimisation d'entrepôt : outils et bonnes pratiques - FAQ Logistique

  INTERVIEW

‘‘Un bon outil informatique dans un entrepôt mal optimisé ne donnera pas de résultats satisfaisants’’ B. JAUFFRET, Cleversys

Bertrand JAUFFRET, Président de Cleversys

Interview de Bertrand JAUFFRET, Président de Cleversys
Réalisée le 10/10/2013 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Optimisation d’entrepôt : outils et bonnes pratiques ».



Sur quels types de projets liés à l’optimisation d’entrepôt votre cabinet intervient-il ?

Cleversys intervient sur 3 domaines en rapport avec la gestion des entrepôts :

  • les diagnostics de performance
  • l’optimisation et l’organisation
  • la mise en place d’outils et de méthodes

Nos clients ont dans 80% des cas leurs propres entrepôts pour gérer leur activité. C'est-à-dire qu’ils ne font pas appel à des prestataires.

Au-delà de projets qui touchent à l’entrepôt, nous intervenons également sur les problématiques d’optimisation de la supply chain.


  Autres contributions

Jean-David ATTAL, Viastore Systems
‘‘ Dans l’entrepôt, les « économies de bouts de chandelle » peuvent se révéler très couteuses au final ’’

Chantal LEDOUX, BOA Concept
‘‘ La qualité du service délivré aux clients dépend avant tout de l’implication des équipes ’’

Yannick BUISSON, FM Logistic France
‘‘ L’externalisation des activités logistiques constitue avant tout un projet de coopération ’’

Christian MORIN, MORIN LOGISTIC
‘‘ Une externalisation des opérations d’entreposage doit prendre en compte les impacts de la localisation des entrepôts sur le volet transport ’’

Gilles SAUBIER, STEF
‘‘ STEF a adopté une démarche très volontaire par rapport aux économies d’énergie ’’

Loïc LE CHARTIER, Hardis
‘‘ Il faut s’assurer que le WMS retenu sera suffisamment évolutif pour répondre correctement aux besoins futurs de l’entrepôt ’’

Quels sont les domaines dans lesquels les entrepôts peuvent encore être optimisés?

Bien sûr, au niveau des outils, tous les mécanismes du type PDA, radio fréquence ou assistance vocale constituent d’importants gisements d’optimisation.

Cependant, nous nous apercevons qu’au niveau de la méthodologie, il y a encore beaucoup de choses à faire. Nous constatons que dans de nombreux entrepôts, les méthodes et les processus ne sont pas bien structurés. Dans la partie process, il convient en particulier de bien identifier les flux et de bien gérer les différentes zones de l’entrepôt. L’organisation spatiale est en fait un élément fort d’optimisation. Ce point englobe la bonne délimitation des zones mais également la propreté dans le bâtiment. Au-delà de la logistique d’optimisation, on touche ici à des enjeux de gestion des risques.

Autre problématique à bien travailler, celle du management. Malheureusement, on s’aperçoit qu’il y a souvent des problématiques d’organisation des équipes. Or, à l’instar d’un magasin, il convient d’arriver à optimiser les ressources dans l’entrepôt en fonction des périodicités, de l’arrivée des colis, du nombre de commandes, etc. Cela concerne l’ensemble des opérateurs. L’objectif est de ne pas subir une situation dans laquelle les équipes attendent alors que les livraisons ne sont pas encore composées ou au contraire des livraisons qui arrivent et des opérateurs qui ne sont plus disponibles.

Autre point qui peut être évoqué, celui de la gestion des emplacements. L’entrepôt doit en effet être organisé en fonction des typologies des produits et des fréquences de sortie. Certains clients peuvent également avoir des exigences qui obligent à réserver certaines zones de l’entrepôt.

Enfin la formalisation des process entre les différents entrepôts d’un même client est un élément clef. On voit souvent des entrepôts appartenant à une même entité qui ont des process d’organisation différents. Pour y remédier nous préconisions la mise en place de démarches Lean dans les entrepôts pour arriver à ce que tous les entrepôts fonctionnent sur le même modèle quand les typologies de produits sont identiques.

Cela permet d’avoir une meilleure connaissance des process et de possiblement bénéficier de l’interopérabilité entre les entrepôts en fonction des zones géographiques. On peut alors réaménager plus facilement les schémas de distribution et bénéficier ainsi d’économies importantes.

Sur tous ces sujets on constate que des améliorations sont possibles.



Les clients chez lesquels vous intervenez ont-ils une connaissance juste de leurs flux ?

La connaissance des flux est en effet un élément clef de l’optimisation des ressources et de la gestion de la main d’œuvre en entrepôt.

CLEVERSYSTous les clients n’ont pas le même degré de connaissance. Il convient de distinguer plusieurs typologies d’entreprises.

Les industriels ou les distributeurs en fonction de leur taille et de leur maturité disposent d’une visibilité plus ou moins grande.

Les logisticiens sont par contre plus aguerris parce que l’entrepôt fait partie de leur cœur de métier. C’est grâce à la bonne gestion de leurs opérations d’entrepôt qu’ils sont en mesure de dégager des marges bénéficiaires.


Quels sont les principaux postes de coûts d’un entrepôt?

Le personnel est bien sûr un poste de coût important.

Ensuite, on retrouve le coût des surfaces que l’on peut diminuer en optimisant l’organisation spatiale. Chez certains fabricants, il suffit de passer dans l’entrepôt pour s’apercevoir qu’il y a des produits qui ne tournent pas mais qui encombrent les zones de travail. Une bonne optimisation de la supply chain va permettre de gagner entre 10 et 20% d’espace.

La mauvaise organisation représente donc un élément de coût. Cela concerne d’ailleurs également le poste de coût lié au personnel : les tournées de picking des opérateurs dans un entrepôt optimisé vont permettre de préparer le même nombre de commandes avec moins d’opérateurs.


Dans vos missions de mise en place de SI d’optimisation et de gestion des activités d’entrepôt, quelles sont les bonnes pratiques que vous avez pu capitaliser ?

En ce qui concerne les solutions informatiques, même si d’un outil à un autre les fonctionnalités peuvent varier, le vrai enjeu porte sur l’organisation des zones.

Cela concerne l’optimisation du rangement et donc l’organisation même de l’entrepôt. Il convient avant tout de bien référencer les zones de picking et d’organiser son entrepôt en fonction de ses clients.

Un cariste dont le parcours n’est pas optimisé va perdre du temps. Les aspects de rangement et de circulation sont donc très importants.

Il faut quasiment que la veille d’un jour d’activité, un patron d’entrepôt fasse le bilan des réceptions et des expéditions du lendemain pour bien organiser ses équipes et ne pas perdre de temps. Souvent quand il y a une grosse réception, on peut avoir une mobilisation forte des équipes pour la réception et on va du coup empiler le retard pour l’expédition. Il est ainsi nécessaire d’effectuer une très bonne préparation en amont, une bonne organisation des allées et des différentes zones.

Un bon outil dans une organisation mal optimisée ne donnera pas de résultats satisfaisants.


Quels sont les critères de choix d’une solution de gestion d’entrepôt ?

On s’aperçoit souvent qu’un ERP est beaucoup moins adapté qu’un véritable WMS pour la gestion d’un entrepôt. Nous recommandons donc généralement à nos clients d’adopter du best of breed et rarement de l’intégré.

Le 1er critère porte sur la facilité d’intégration des outils et périphériques annexes du type gestion des codes-barres douchettes, etc.

Le 2ème élément concerne le degré d’optimisation des ressources. Il s’agit de répondre à la question suivante : comment l’outil va-t-il prendre en compte des éléments d’organisation dans la façon dont il va gérer les sorties de picking dans l’entrepôt ?

>Le 3ème élément est lié à l’automatisation. Il convient de s’assurer que la solution retenue pourra gérer ces technologies si la croissance de l’entreprise justifie un équipement.


Bio Express

Ingénieur ECE Paris, Bertrand JAUFFRET est titulaire d’un Mastère de l’ESSEC. Anciennement PDG de Kurt Salmon Associates en France, Il a créé Cleversys en 2011 dont il est le Président. Cleversys est aujourd’hui une filiale du groupe Samsic. Depuis plus de vingt ans, il s’est essentiellement occupé de sujets de mise en place des systèmes d’information et d’optimisation d’organisation.

Site Internet de Cleversys : www.cleversys.com


Contactez notre équipe