Publications > Logiguide CGL > Reprendre la vague dès la reprise économique : Les grandes tendances et les pratiques logistiques à suivre (Volume 11 / Numéro 9)



Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

Article extrait des Logiguides de GROUPE GCL, cabinet de conseil en logistique.

CGL


Le calme après la tempête

Au cours de la dernière année, bien des entreprises ont essuyé tant bien que mal les coups de la crise économique. Alors que certaines n’ont pas survécu à cette période critique, d’autres verront bientôt la relance économique comme une possibilité de reprendre le chemin du succès corporatif. Au front de cette relance, les gestionnaires de la chaîne d’approvisionnement chercheront à mettre en place des stratégies pratiques et des processus fiables leur permettant de guider rapidement leurs opérations dans la bonne voie.


La ligne de départ

Plusieurs mois de crise économique auront eu un impact sur les stratégies de gestion mises en place par les départements logistiques. Parmi celles-ci, le phénomène de réduction des coûts, ou Cost Killing, aura pris beaucoup d’ampleur afin de contrer la chute des marchés. Les tentatives de réduction des coûts par l’entremise de processus de minimisation des stocks, de la main-d’oeuvre, des coûts de transport et d’optimisation des réseaux de distribution auront été des orientations stratégiques importantes et nécessaires à la survie de certaines entreprises. L’optimisation des ressources stratégiques de l’entreprise et le renforcement des liens avec les fournisseurs et les clients auront aussi permis d’alléger le fardeau de la crise et de permettre à plusieurs intervenants de retrouver un second souffle.

Évidemment, la situation économique aura aussi permis à bien des entreprises de déterminer des processus ou des pratiques déficients et d’identifier des pistes d’amélioration potentielles. Après l’optimisation des livraisons, la réduction des inventaires, la mise en place de pratiques d’impartition et l’optimisation des technologies de l’information, il est maintenant temps de reprendre le chemin du développement et de la croissance.


Prendre rapidement la vague

Pour les gestionnaires en logistique, la reprise économique signifie certains changements d’intérêt. En premier lieu, ils devront revoir leurs priorités et leurs orientations stratégiques. Ces dernières devront permettent de guider leurs opérations de manière à profiter des opportunités générées par la reprise. Puis, le renflouement des coffres de l’entreprise signifiera un retour à l’équilibre des budgets alloués aux projets logistiques. Néanmoins, ces investissements devront s’assurer d’optimiser la valeur ajoutée aux opérations et à l’amélioration des processus en place. Des analyses comparatives des coûts et des retours sur investissement seront des outils particulièrement pratiques dans cette quête de l’investissement parfait. Finalement, certains gestionnaires auront l’opportunité de remettre en question des procédés et des procédures déficients ou désuets. Une introspection des maillons de la chaîne d’approvisionnement qui ont le moins résisté aux coups de la crise devrait s’imposer afin qu’ils puissent résister à une éventuelle rechute des marchés.



Réapprendre à « surfer »

Sans surprise, les priorités stratégiques, tactiques et opérationnelles devront être révisées. Une revue du centre d’intérêt de l’entreprise et de ses services ainsi qu’un retour à des investissements en formation et en développement de projets à moyen terme sont des orientations stratégiques à envisager en premier lieu. Puis, une révision et (ou) la mise en place d’un système de contrôle des dépenses permettront d’assurer une relance équilibrée et une optimisation des coûts logistiques. Enfin, l’identification de projets prioritaires permettant d’améliorer la qualité des produits et de générer des économies opérationnelles devrait être primordiale.

Les choix en matière d’investissements seront durs et les priorités devront être débattues à l’interne. Parmi les débats à venir, les gestionnaires devront choisir entre investir à l’interne ou à l’externe dans le but d’améliorer la performance des opérations. Le choix devrait strictement dépendre de la présence et de la disponibilité des ressources possédant l’expertise requise pour chaque projet. Il est primordial de bien identifier les améliorations à envisager et de repérer les sources d’appui disponibles à leur accomplissement. Ne vous prenez pas pour des architectes, des plombiers ni des génies en informatique si ces tâches ne font pas partie du bagage de compétences des ressources en place.

Bien sûr, une telle suite d’idées ne serait pas complète sans parler des mises en garde appropriées. Pour vous assurer de ne pas revivre la même expérience dans le cas où une rechute venait à se produire, il demeure important de rester à l’affût des variations dans le marché. Bien qu’évidence même pour certains gestionnaires, cette capacité de compréhension de son marché n’est pas chose acquise. Maintenez de bonnes relations avec vos fournisseurs et vos clients ainsi qu’avec les intervenants et les spécialistes en logistique. Participez aux divers événements et rassemblements organisés par les différentes organisations logistiques.

Ensuite, soyez en mesure de concentrer vos énergies sur les activités rentables de l’entreprise et éviter les projets susceptibles d’échec à court et à moyen termes : il vaut mieux éviter de trop diversifier son offre de produits ou de services lors de périodes d’incertitudes économiques.

Comme dans le monde de la médecine, la tendance est aujourd’hui à la mise en place de mesures préventives face à de telles périodes de crise. Par conséquent, prenez le temps d’établir un plan de contingence à toute éventuelle crise. Votre plan est, à toute fin pratique, votre plan se secours à court terme. Comme vous n’aurez pas à chercher les solutions au moment voulu, vous pourrez vous concentrer à générer de nouvelles solutions à la survie de votre entreprise.


David Pelletier
Conseiller, Groupe GCL
www.gclgroup.com


Groupe GCL Europe, Conseil logistique

13 avenue René Boylesve
75016 Paris
Internet : www.gclgroup.com


Ressources connexes

  

Global Trade Flow Index
Q3 – 2011
November 2011

Executive Summary: Global Trade Flow Index - Q3 2011
- Weak US economy, debt crisis in the Euro zone and worries about inflation coupled with tighter monetary policy in Asia have clouded the outlook for global economy in Q3 2011
- Weakening flows of goods and services reflected in reduction of global trade by 1.3%, on QoQ basis in Q3 2011
- Euro zone debt crisis and an appreciating Euro constrained the exports from European nations, as total trade reduced by 2% in Q3 2011, on QoQ basis
- US recovery slowed down significantly in Q3 2011 due to its financial turmoil; and US dollar is expected to weaken further especially against growing market currencies, impacting its trade volumes
- Japan’s economic growth improved in Q3 2011 as reconstruction spending and improved exports provided a boost to overall growth
- Amongst BRIC nations, the outlook for Indian and Chinese economies remains positive, driven by heavy investments and exports

Contactez notre équipe