Publications > Logiguide CGL > L’amplification de la variabilité de la demande - bullwhip effect (Volume 6 / Numéro 9)

Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

Article extrait des Logiguides de GROUPE GCL, cabinet de conseil en logistique.

CGL

L’amplification de la variabilité de la demande (AVD), également connue sous le terme de «Bullwhip effect», représente l’incertitude causée par un manque de communication entre les différents maillons de la chaîne d’approvisionnement.

La déformation de l’information empêche les compagnies de prévoir correctement la demande, ce qui entraîne des coûts importants pour les intervenants. Ces coûts sont générés entre autre par une augmentation du niveau de stock, une baisse du niveau de service et une augmentation des heures supplémentaires.


Qui peut être affecté par l’AVD?

La majorité des industries peuvent être affectées par l’AVD. Cependant, les compagnies qui font face à une importante variation de la demande ou celles qui sont dépendantes de leurs fournisseurs ou de leurs distributeurs sont plus à risque.

L’AVD est une conséquence des actions prises par les individus impliqués dans la gestion de la demande tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Nous présentons dans les prochaines lignes les quatre principales causes de l’AVD:

 

  1. Techniques de prévision de la demande

Les techniques de prévisions de la demande assistent les gestionnaires dans la planification de la production, la planification de la capacité, le contrôle de l’inventaire et la planification des besoins de matières. Cependant, certaines techniques réagissent trop fortement à la demande exprimée et mise à jour. Ces mécanismes de prévision s’avèrent inefficaces s’ils sont répétés à chaque échelon sans tenir compte de la demande indépendante (demande du client final).


  1. Gestion des stocks de sécurité

Lorsqu’il y a un manque de collaboration facilitant la transmission de l’information, les délais de livraison ont tendance à augmenter. Faisant face à une fluctuation de la demande plus élevée, chaque maillon ajuste son propre stock de sécurité, ce qui contribue à accentuer cette fluctuation tout au long de la chaîne d’approvisionnement.



  1. Taille et fréquence des lots commandés

Souvent, par souci d’économie d’échelle, les compagnies accumulent les demandes avant de placer une commande. Ainsi, elles réduisent les coûts de commande, le prix unitaire et les frais de transport. Par ailleurs, les tailles de lots sont généralement plus importantes plus on se dirige vers l’amont de la chaîne. Par conséquent, cela signifie qu’une petite variation de la demande se traduit par une grande variation de la demande auprès du manufacturier.


  1. Fluctuation des prix

Plusieurs transactions entre les fabricants et les distributeurs sont basées sur des ententes promotionnelles. Ainsi, les entreprises se procurent des biens en grandes quantités afin de bénéficier de rabais substantiels. Cependant, les niveaux de commandes ne sont plus représentatifs des habitudes de consommation et la variation des quantités achetées est nettement supérieure à la variation de la consommation. Il est ironique de penser que les fabricants et les distributeurs sont victimes de l’AVD causée par leurs propres actions.


  1. Rationnement et manoeuvres stratégiques

Lorsque la prévision de la demande est supérieure à la production, les entreprises ont tendance à commander une quantité supérieure à leur besoin afin de bénéficier d’une plus grande allocation en cas de pénurie. Ainsi, il y a une création d’une demande irréelle afin d’éviter des futures pénuries. Lorsque l’on se rapproche de la date de livraison, le fournisseur fait face à des annulations de commandes ou à des retours. Par conséquent, cette stratégie a des impacts négatifs sur le niveau de stock, sur le niveau de service et sur l’efficacité des procédures administratives internes.


Comment limiter les effets causés par l’AVD?



  1. Partager l’information

Le partage de l’information facilite l’intégration de la chaîne d’approvisionnement. Effectivement, les prévisions préparées indépendamment augmentent l’incertitude, et par conséquent elles augmentent les quantités commandées ainsi que le niveau des stocks. Pour neutraliser cet effet, les compagnies peuvent mettre en commun l’information à l’aide entre autre de l’EDI, de l’Internet, du CPFR (Collaborative Planning, Forecasting and Replenishment) et du VMI (Vendor-Managed Inventory).


  1. Briser les lots de commandes

Les compagnies doivent implanter une stratégie qui permet de réduire la taille des lots tout en optimisant les coûts de transport. Par conséquent, une entreprise peut inciter son client à acheter plusieurs produits en petites quantités afin de réduire les coûts de transport et d’avoir un chargement complet.


  1. Stabiliser les prix

Établir une stratégie d’uniformisation des prix s’avère un autre moyen de réduire l’AVD. En effet, en diminuant les incitatifs des détaillants de commander en grande quantité, le manufacturier bénéficiera d’une demande plus stable. Plusieurs compagnies telles que Wal Mart, Kraft et P&G ont implanté une stratégie de bas prix quotidien, ce qui a entraîné une augmentation des profits ainsi que des parts de marché.


  1. Éliminer le rationnement et les manoeuvres stratégiques

Lorsqu’un fournisseur fait face à des pénuries, il devrait baser ses prévisions en fonction des ventes passées et non en fonction des commandes. Ainsi, les clients n’ont aucun avantage à exagérer les commandes. Par ailleurs, les fabricants devraient pénaliser les détaillants qui annulent des commandes. Cette stratégie va donc inciter les détaillants à commander des quantités qui correspondent davantage à leurs besoins.

D’autres méthodes telles que la réduction des délais de livraison ainsi que la saisie au point de commande permettent de réduire l’AVD.

L’objectif visé par ces solutions est de diminuer le niveau d’incertitude de la chaîne d’approvisionnement afin de permettre la synchronisation des activités logistiques entre les entreprises et de réduire les coûts de chaque intervenant de la chaîne.


DANIÈLE PAPAZIAN, M.Sc.
Conseillère Groupe GCL
www.gclgroup.com


Groupe GCL Europe, Conseil logistique

13 avenue René Boylesve
75016 Paris
Internet : www.gclgroup.com

Contactez notre équipe