Les Dossiers Thématiques > Entrepôt > Automatisation > Interview de Mme Hoyame SABER, Responsable Nationale des Ventes Logistiques chez Jungheinrich



Automatisation d'entrepôt, un luxe nécessaire? - FAQ Logistique

  INTERVIEW

‘‘Les clients sont de plus en plus exigeants en terme de ROI’’ H.SABER, Jungheinrich

Hoyame SABER, Responsable Nationale des Ventes Logistiques chez Jungheinrich

Interview de Mme Hoyame SABER, Responsable Nationale des Ventes Logistiques chez Jungheinrich.
Réalisée le 10/04/2013 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Automatisation d’entrepôt, un luxe nécessaire ? ».



Présentez-nous l’offre de Jungheinrich en rapport avec l’automatisation d’entrepôt.

Dans le cadre de son Activité Projets, Jungheinrich propose une gamme complète pour l’automatisation d’entrepôts.

Celle-ci comprend en particulier des chariots sans conducteurs AGV à guidage laser sur base de véhicules standard.

Nous offrons également des solutions complètes intralogistiques en termes de matériel (transitique, transstockeur, chariots systèmes automatisés) et de systèmes d’information (WMS, navigation d’entrepôt, solutions de terminaux radio-fréquence embarquées sur les chariots).

Cette gamme nous permet de donner une réponse globale et sur mesure à nos clients.


Qu’est ce qui distingue votre WMS de ceux des éditeurs?

En tant qu’acteur majeur du milieu de la manutention, nous avons un regard au niveau de la productivité des chariots qui est neuf par rapport aux autres prestataires de WMS.

Notre WMS est développé de sorte à optimiser toutes les trajectoires chariot, à augmenter la sécurité au sein d’un entrepôt intralogistique.

Il permet de gérer au mieux toutes les prestations Jungheinrich et en particulier des spécificités telles que le shuttle qui est très en vogue aujourd’hui pour des questions de gain de place.


  Autres contributions

Bertrand FAURE, Fives
‘‘ Le client doit prévoir une mobilisation de ses équipes adaptée aux enjeux du projet ’’

Alain BUSSOD, Savoye
‘‘ Dans des régions où les prix du mètre carré sont élevés, la mécanisation s’impose ’’

Florent BOIZARD, Hardis
‘‘ Il faut éviter qu’une mécanisation trop forte ne limite la flexibilité de l’entreprise ’’

Bertrand JAUFFRET, Cleversys
‘‘ Aujourd’hui, un entrepôt peut s’apparenter à une usine ’’

Julien MONGOIN, Barjane
‘‘ Pour la plateforme Eurocopter Global Logistics, il y a eu une interaction très importante entre la construction du bâtiment et celle du magasin automatisé ’’

A lire également

Présentez-nous un cas concret d’automatisation pour le compte d’un de vos clients

Nous avons mis en place chez un leader de l’industrie pharmaceutique un entrepôt avec des chariots automatiques. Il s’agissait d’une solution alternative aux transstockeurs.

En effet, si les transstockeurs constituent une solution efficace en terme de productivité, cette solution peut dans certains contextes manquer de flexibilité dans la mesure où il s’agit d’appareils qui sont solidaires des rayonnages.

Une solution avec des tridirectionnels ou des combis automatiques permet l’utilisation de chariots automatisés en allée étroite tout en conservant des rayonnages autonomes. Les résultats en terme d’occupation au sol sont donc semblables à ceux des transstockeurs.

Les transstockeurs sont généralement proposés pour des hauteurs supérieures à 10 mètres. Cependant, jusqu’à 12 ou 13 mètres, on peut également proposer des combis ou des tridirectionnels automatisés. Ils permettent en effet de bénéficier de coûts moindres et d’une plus grande flexibilité.

Cela a donc été le cas chez cet industriel chez qui nous avons livré des combis automatiques à changement d’allée associés à notre logiciel de gestion pour optimiser les mouvements de chariots et la transitique. Il s’agissait donc d’une solution complète.

L’installation a été livrée en 2009. Aujourd’hui, nous relivrons un chariot complémentaire parce que notre client a évolué et a des problématiques de productivité accrues. La livraison de ce nouveau chariot dans une installation existante Jungheinrich est très simple.



Quels sont selon vous les facteurs clés de succès pour la réussite d’un projet d’automatisation ?

Pour que l’entreprise cliente soit prête et rassemble les conditions sine qua non pour passer à l’automatisation, il convient de respecter 3 pré requis :

  • le retour sur investissement doit être bien approprié,
  • les espaces doivent être bien adéquats pour ce type de solutions,
  • et les exploitants doivent également être prêts à passer au cap de l’automatisation.

Du côté du fournisseur, il convient de bien appréhender les problématiques client, son cahier des charges et de pouvoir s’appuyer sur une gestion de projet professionnelle.

Chez Jungheinrich, pour chaque projet d’automatisation, nous dédions un chef de projet en charge de toutes les interactions internes. En effet, dans un projet d’automatisation, on retrouve la partie informatique, la partie transitique, la partie engineering et souvent à côté un certain nombre de « plus » (les chariots de manutention supplémentaires, le rayonnage, etc.). Le client a besoin de pouvoir s’appuyer sur un fournisseur qui lui apporte un regard simple, un accès rapide aux informations et un professionnalisme reconnu.

Notre avantage est de cumuler une large gamme et des services opérationnels. Nous avons ainsi des chargés d’affaire et des chefs de projet professionnels, interlocuteurs uniques de nos clients. Nous sommes ainsi en mesure de les accompagner en toute transparence.

La largeur de notre gamme nous permet également d’éviter tout transfert de responsabilité vers un tiers, ce qui se révèle très important sur ce type de projets.


Quid des retours sur investissement?

Les clients sont de plus en plus exigeants en terme de ROI mais tout dépend du degré d’automatisation.

Pour un degré d’automatisation simple avec par exemple des AGV, on peut estimer par expérience que le client va être intéressé par ce type de solution si le retour sur investissement est rapide, c'est-à-dire compris entre un an et 18 mois.

Pour des degrés d’automatisation plus élevés, les logisticiens dans un contexte de problématique contractuelle vont cibler des retours sur investissement de l’ordre de 2 ans, au maximum 3 ans.

Nous nous adaptons à la demande. D’où l’importance d’appréhender correctement le cahier des charges aussi bien techniquement que financièrement. Mieux il sera appréhendé et mieux le degré d’automatisation sera adapté au besoin du client.

Il peut ainsi arriver qu’au vu des retours sur investissement demandés par le client, l’automatisation ne soit pas possible et que nous préconisions des solutions d’entrepôt manuel malgré une volumétrie conséquente.


Bio Express

Ingénieur en mécanique, Hoyame SABER a successivement occupé les postes de Responsable de bureau d’études et de Responsable Grands Comptes chez un fabricant de solutions de stockage. Elle y a également monté la structure de service d’automatisation.

En 2009, elle rejoint Jungheinrich France en tant que chef de projets logistiques puis prend en charge la direction du service Ventes Logistiques, un an plus tard.

Au sein de ce service, Hoyame SABER pilote 3 activités :
- Chariots Système (chariots préparateurs de commandes verticaux et chariots pour allées étroites : tridirectionnels et combi)
- Rayonnages : du palettier conventionnel jusqu’à l’autoportant
- Projets : gamme automatisation du prestataire.

Site Internet de Jungheinrich : www.jungheinrich.fr


Contactez notre équipe